Le journal de Frank THOMAS

Libre parole d'un citoyen.

posté le dimanche 03 juillet 2016

En termes de...

Encore une de ces expressions vides de sens qui s'est répandue comme une épidémie.

 

 

 

 

Pas le moindre journaleux, qui, trouvant que cela donne du sérieux à ses analyses, n'abuse de cette expression détournée de son sens premier.

Et chacun de renchérir et d'y aller à coup de "en termes de rapport qualité prix", "en termes de rendement à l'hectare", "en termes de fréquentation touristique", "en termes de santé", etc.

 

EN TERMES ( toujours au pluriel) DE signifie "dans le vocabulaire de" et ne signifie que cela.

Par contamination avec l'expression anglaise "in terms of" qui, elle, peut se traduire par "en matière de", nous nous sommes une fois encore laissés envahir de façon absurde. Car c'est bien une absurdité que de parler de "termes", c'est à dire d'un vocabulaire spécifique à la fréquentation touristique ou au prix des artichauts.

 

On peut en revanche tout à fait correctement  dire "en termes de marine", "en termes de droit",  dans le sens de "dans le vocabulaire de la marine, du droit" etc. parce que ce sont là des domaines dotés d'un vocabulaire approprié et spécifique.

Pour le reste, il faudrait  utiliser des formules variées comme " en matière de", "pour ce qui est de", en ce qui regarde, ou concerne".

 

C'est ce genre de laisser-aller où la paresse intellectuelle et l'esprit moutonnier le disputent à un médiocre snobisme ( on adopte avec "en termes de" une attitude de "pro", pour user d'une autre expression très envahissante et très irritante ) qui peu à peu mine notre langue, lui ôte sa saveur et habitue nos contemporains à se contenter d'un langage stéréotypé et d'approximations vagues.  

 


Commentaires

 

1. UIn treès vieux prolétaire  le 03-07-2016 à 11:54:33

Merci,Mais vos anciens littéraires étaient beaucoup plus explicites afin de rassembler le peuple français.A plus de vous lire.

2. Nicolaï Vavilov  le 03-07-2016 à 15:33:29

pollution par des anglicismes de snob

3. MarioB  le 03-07-2016 à 18:02:23  (site)

Ce serait un calque détourné de "In a matter of..."

 
 
 
posté le vendredi 01 juillet 2016

Végétariens, végétaliens, véganes et antispécistes.

Dans la foulée de la vague écologiste, les adeptes d'une alimentation et d'un mode de vie respectueux de l'animal prennent, si j'ose dire, du poil de la bête.

 

 

Les insupportables images de certains abattoirs français, les cruautés affreuses infligées aux animaux lors de la mise à mort, mais aussi les conditions souvent cruelles de leur élevage donnent évidemment raison à ceux qui, tels les véganes, veulent mettre un terme à l'exploitation indigne des animaux à notre profit.

Il va de soi aussi qu'on ne peut leur donner tort lorsqu'ils rejettent les spectacles de parcs d'attraction, de cirque ou de corridas, le gavage des canards et des oies, etc., dans lesquels la souffrance animale, quelque édulcorée qu'elle puisse apparaître, n'est guère discutable. 

Avec eux, aussi, on peut refuser la mise à mort de milliers d'animaux à fourrure pour le plaisir de quelques clients fortunés ou la vivisection bien souvent inutile de milliers d'animaux de laboratoire.

 

 

 

 

On ne peut qu'être d'accord avec eux lorsqu'ils considèrent tout animal comme un être sensible, sujet  à la souffrance physique, évidemment, mais aussi psychique. 

 

Mais là s'arrête, selon moi, le terrain d'entente entre les véganes et les personnes de bon sens.

Au nom de "l'antispécisme" dont le chantre en France est le journaliste Aymeric Caron, les véganes prétendent empêcher toute exploitation, fût-elle douce - des animaux.

 

 

 

 

Plus d'abattoirs, bien sûr, plus de pêche, plus de chaussures en cuir, plus de soie, plus de laine, plus de miel, plus d'équitation, plus d'animaux de compagnie ( ou alors, pour les moins extrêmistes des véganes, nourris de façon végétalienne...).

Cette doctrine qui assimile la domination de l'Homme sur l'Animal à de l'esclavagisme et à du racisme  aboutirait, si par malheur elle venait à triompher - ce qui est somme toute heureusement peu probable - à la coupure radicale entre l'Animal et l'Homme, condamnés à vivre chacun de son côté, sans aucun rapport. 

 

Je tiens pour essentiel, en ce qui me concerne, que nous vivions à côté et avec les animaux.

Je suis convaincu que les chiens et les chats rendus "à la nature" seraient infiniment malheureux , tout comme nous le serions de ne plus partager leur vie. C'est au contraire ce contact quotidien qui nous ouvre sur un autre monde que le nôtre et qui nous convainct que la sensibilité animale est une dimension indispensable pour nous.

 

Ne plus vouloir qu'on tonde les moutons,  qu'on récolte le miel des ruches ou qu'on élève des vers à soie est une absurdité qui montre à quel point ces véganes peuvent être des extrêmistes.

Pour l'heure ce ne sont encore que de doux originaux. Il ne faudrait surtout pas que leur doctrine totalitaire devînt la norme. 

 

Articles liés
Sensibilité vegane
 


Commentaires

 

1. Nicolaï Vavilov  le 01-07-2016 à 15:34:13

animalisation de l'homme, humanisation des animaux (Finkie)
végétarisme, végétalisme, végan... la dérive sectaire n'est pas loin...
il y a une diminution de la consommation de viande... et tant mieux... Cela serait du au fait que nombre d'animaux (lapins par exemple) sont traités comme des chats... et l'homme ne mange pas son animal familier...
(tabou de la viande de cheval...) maintenant du lapin...
Nombre d'enfants ont une période de dégoût de la viande ( lié au comportement récent vis à vis des animaux ... lapin... NAC..???.)
Autrefois à la ferme le chien avait une niche dans la cour... la basse-cour était un réservoir alimentaire... on tuait le cochon ,maintenant le chien est dans le lit de la patronne... le lapin court partout dans la maison... les poules naines sont traitées comme des poupées... et dans le poulailler il y a une piscine et tout le monde est prof.guitrock
Il reste que l'on mange trop de viande ...
que l'abattage des animaux est difficile à défendre... mais j'aime quand même la viande...
L'abattage devrait obligatoirement se faire après étourdissement...( problème avec le halal).
La consommation de viande de cheval aurait permis de maintenir des races qui auraient disparues...

2. Frank-Marie-THOMAS  le 01-07-2016 à 16:31:09  (site)

NicolaÏ Vavilov

Il me semble que vous avez tout à fait raison de parler de "dérive sectaire". Les motivations de véganes sont acceptables, voire louables; mais le jusqu'auboutisme de leur doctrine en fait des fanatiques enfermés dans une vision du monde qu'ils considèrent comme la seule possible. Tous les autres à leurs yeux sont des brutes épaisses, si ce n'est des criminels. D'où le sentiment d'être les sauveurs du monde et une coupure d'avec le monde réel considéré comme ennemi, qui est le propre de toute secte.

3. MarioB  le 02-07-2016 à 00:42:05  (site)

Si ce gars touche à mon chat, je le mords.

4. UIn treès vieux prolétaire  le 03-07-2016 à 12:03:54

Pardon,
Mais dans votre équipe municipale d'autres fois une élue détestait l'herbe le long des routes de Joigny.????

5. UIn treès vieux prolétaire  le 03-07-2016 à 12:10:40

Merci de me recevoir,
J'ai connu un propriétaire d'un chien."On dit que le maître est le reflet du chien,ou vice verça"..Ceci est terriblement vrai. mon voisin était un C.....Le chien mordait y compris le facteur.

 
 
 
posté le jeudi 30 juin 2016

Que va devenir l'anglais au sein de l'UE ?

Selon toute logique, la décision du peuple britannique de quitter l'Union Européenne devrait avoir une conséquence directe sur l'usage des langues au sein de cette instiution.

 

Jusqu'à hier, les locuteurs anglophones au sein de l'Union étaient 64.161.000.

Après le retrait de la Grande Bretagne ils ne sont plus que 5.050.000 ( Irlande et Malte ), soit 12,5 fois moins.

De fait la situation nouvelle fait que, dorénavant, l'anglais est  une des langues les moins parlées de l'Europe.  Alors ?

 


Commentaires

 

1. Nicolaï Vavilov  le 03-07-2016 à 01:45:53

à la manière de Gramsci;
l'impérialisme linguistique précède l'hégémonie culturelle puis économique.(Hagège)
Ici dans les offices de tourisme on distribue des flyers ... au lieu des papillons, la police mettra des flyers sur les pare-brise!!
Une boutique écolo anti mondialisation
se nomme "grange icaunaise drive-ethique!!!
La presque totalité des publicités TV comportent un angliscisme, c'est tendance ...
Dans les villages que nous traversons l'été, des groupes de musiciens, réunis pour des festivals (des petits campagnards qui ne viennent pas de la route 66) ont des intitulés en anglais!!!
and "so on"
vive le brexit linguistique...

2. Un parrent d'élève  le 03-07-2016 à 12:18:34

Mon fils a décidé de suivre la filière"allemande lors de sa scolarité post professionnelle .Suite aux rapprochements ulta-Rhin.Merci à la gauche,il a fini au chômage.

 
 
 
posté le jeudi 30 juin 2016

Faussaire, va !

Dans le style amphigourique et flou qui est sa marque, le président de la République, étrillé par la rue et les sondages qui tous le placent dans une position intenable, s'est efforcé devant les journalistes du quotidien Les Echos de faire bonne figure et même d'avancer une promesse, une de plus.

 

 

Lorsqu'on passe en revue les derniers sondages d'opinion, on constate l'effondrement de la cote de François Hollande.

A ne considérer que les tous derniers, datant de ce mois, on voit que le malheureux tombe de Charybde en Scylla :

 

Radio Classique - Les Echos : 15%

TNS - Sofres : 12 % (enquête du 27 juin)

Huffington Post- i Télé :  11 % 

 

A ces scores calamiteux s'ajoute - et c'est capital - que les sympathisants de gauche, ses électeurs de 2012, le rejettent dans des proportions inconnues à ce jour : il ne recueille en effet que 33 % de bonnes opinions chez les socialistes et apparentés et 15 % chez les personnes proches du Front de Gauche ! 

 

 

 

 

Il y a le feu. Alors, après avoir promis monts et merveilles aux enseignants qui sont censés constituer le noyau dur de son électorat, le voici qui, sans vergogne, après les avoir pillées depuis quatre ans, fait les yeux doux aux "classes moyennes". 

 

Mais je vous laisse apprécier la précision de sa "promesse", en réponse à une question des journalistes des Echos sur cette perspective d'allègement fiscal ciblée.

Question : les contribuables concernés seront-ils les mêmes, ceux des premières tranches du barème ?

Réponse : Il est trop tôt pour le dire. Le Premier Ministre me fera des propositions. Mais ma préférence irait ( appréciez ce conditionnel, ndlr ) vers une mesure ciblée pour les classes moyennes.

 

Le vide absolu ! Et quand on  regarde le calendrier, on voit que cette caricature de promesse n'a de toute façon aucune chance de s'appliquer avant la présidentielle de l'an prochain. Faussaire, va !

 

 


Commentaires

 

1. Un vieux de la vielle  le 03-07-2016 à 12:24:43

Ou sont les vacances des prolos d'après de 19445

 
 
 
posté le mercredi 29 juin 2016

Santander et la côte cantabrique.

La magnifique côte cantabrique dans le nord de l'Espagne, sur l'Atlantique

 

 

 

 

A l'Est, Castro-Urdiales 

 

 

 

A l'Ouest, San Vicente de la Barquera

 

 

 

Au centre de la côte, Santander, ses falaises, ses plages et son front de mer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
 
posté le samedi 25 juin 2016

La dérive Balkany.

"Les Républicains" ont donc décidé d'accorder une fois encore l'investiture du parti à Patrick Balkany pour les législatives de 2017. Une fois de trop.

 

 

Les multiples scandales auquel son nom et celui de son épouse sont associés, la liste impressionnante des mises en examen, la levée de son immunité parlementaire, la conduite démagogique et clientéliste de la politique municipale à Levallois n'ont apparemment pas pesé dans la décision du parti dirigé par Nicolas Sarkozy.

Quelques protestations plus ou moins clairement articulées par certains membres de son parti - dont deux candidats aux primaires de novembre - ont été balayées avec mépris.

 

Dans cette défaite de la morale publique, les électeurs de Levallois ont leur responsabilité. Un monsieur apparemment cossu est interviewvé sur un trottoir de la ville; sa réponse résume bien la mentalité dominante de la commune :  depuis que Balkany est maire, nous avons une ville propre, bien surveillée et dotée d'excellents équipements publics. Je ne me prononce pas sur la députation; mais comme maire je lui renouvelle tout mon soutien.

 

Toute la dérive de notre République tient en ces quelques mots incroyablement cyniques. Ils me rappellent les citoyens de mon ancien village de l'Yonne qui trouvaient normal que le député-maire les arrose de subventions au détriment des autres communes de la circonscription et de l'ensemble des contribuables.

 

            Qu'importe la morale et l'intéret commun, tant qu'on en profite ! 

 

Addendum du 28 juin

 

Monsieur Balkany - de son plein gré, cela va de soi - renonce finalement à se représenter à la députation.

Selon toute probabilité c'est une très proche, ancienne attachée parlementaire auprès de lui, qui devrait obtenir l'investiture de son parti. Un grand changement, on le voit. 

 

Articles liés
Le jeu du "comble" (2)
 


Commentaires

 

1. Bellatrix  le 25-06-2016 à 19:56:10  (site)

Bonsoir.
" Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des traîtres, des voleurs, n'est pas victime, il est complice." George Orwell.

J'ai été révulsée (c'est révoltant!) aussi quand j'ai appris que la commission nationale d'investiture à laquelle figurent Sarkozy mais aussi des proches de Juppé, Fillon et de Le Maire, etc.. puissent permettre cela. Ils sont donc, au premier chef, responsables et complices de cet état de fait!
Patrick Balkany a été mis en examen, et interdit de sortie du territoire, pour fraude fiscale, déclaration mensongère et corruption passive. On interdit l'entrée au Palais-Bourbon à des personnes fichées S..en revanche on laisse passer un tel individu interdit de territoire et mis en examen et en plus on lui permet de se représenter.
Trêve d'ironie...
En outre, il continue ses magouilles: en février dernier, la Cour régionale des comptes avait déjà sévèrement critiqué la gestion des Balkany et annoncé des anomalies de 117 millions d'euros dans les caisses de la ville Levallois.
Et tout récemment, rebelote: il s'agit de la société SEMARELP pointée du doigt cette fois-ci . Cette société est gestionnaire de la politique immobilière de Levallois et détenue à 80% par la municipalité de Levallois qui a "grassement rémunérée des amis du couple Balkany ( des dizaines de milliers d'euros ).
La présidente de ladite société n'est autre que l'épouse, Isabelle Balkany qui touche jusqu'à 5000 euros pour cette fonction, et a été dirigée de 2009 à 2014 par le fameux Jean-Pierre Aubry (ami et homme de mains..euh de paille de Patrick Balkany)
qui lui était payé 30 000 euros par mois pour ce faire!
A sa démission il touchera 48 000 euros de prime!
Bien évidemment, il a démissionné contrait et forcé, car mis en examen lui-même au côté de son ami et complice de longue date, pour corruption et fraude fiscale. Tout ce beau monde avait augmenté leurs émoluments de 130% alors que ladite société était déficitaire. Tu m'étonnes Charles!
La Cour régionale des comptes a épinglé la gestion de cette société qui rémunéraient toujours les mêmes entreprises ( donc faisant toujours travailler les mêmes) lors de l'attribution des marchés publics et d'une sur-facturation systématique de 30% sur ce qui avait été établi au départ.
Et voilà qu'à présent le fils, Alexandre Balkany, prend modèle sur ses parents dévoyés (un pléonasme): il a été mis en examen pour fraude fiscale, déclaration mensongère et corruption passive.
La commission nationale a accordé également l'investiture à Georges Tron ( cet ancien ministre sous Sarkozy me semble-t-il) et maire de Draveil (?) ..enfin bref: on permet à un homme de se représenter alors qui est en attente " de son procès aux assises pour viol sur 2 anciennes employées de la mairie de Draveil".

 
 
 
posté le mercredi 15 juin 2016

Clipperton ! Clipperton ! Clipperton !

« Quand, citoyens d'Athènes, quand ferez-vous ce qu'il faut ? Quand un malheur sera advenu ? Et quel plus grand malheur que ce qui se passe ? »

 

Ce cri de fureur et d'angoisse c'est Démosthène qui l'a poussé il y a vingt cinq siècles. Il faut le reprendre avant qu'il ne soit trop tard.

Depuis plus de vingt ans, par aveuglement, démagogie et faiblesse, on a laissé s'installer chez nous, et notamment dans les banlieues de nos grandes villes, la gangrène des incivilités, de la violence, du sexisme, de l'antisémitisme, de l'intimidation, de l'intégrisme religieux lié à la délinquance, au viol et au meurtre.

 

Ceux - et ils n'appartenaient pas tous au Front National, tels M. Guérin, maire communiste de Vénissieux dans le Rhône - qui mettaient en garde contre cette vague noire étaient systématiquement traités de racistes et de populistes. Comme si le vrai populisme n'était pas au contraire de vouloir à toute force justifier, excuser et même refuser d'admettre les crimes commis par les membres d'une même communauté.

 

Systématiquement certains beaux esprits, au nom d'une conception dévoyée et perverse de la démocratie, refusaient et refusent encore de donner à cette dérive fascisante   un nom  et un visage, quoique les citoyens de ce pays eussent tous une certitude née de leur expérience quotidienne.

Sous le prétexte, d'ailleurs fondé, que tous les ressortissants français d'origine maghrébine et de culte musulman n'étaient pas des terroristes en puissance, et au nom d'une idéologie stupidement éréniste, on a refusé de sévir quand il en était temps contre tous ces voyous qui pourissaient la vie de nos concitoyens les plus défavorisés et installaient peu à peu dans nos villes et dans nos campagnes, un régime d'omerta, de terreur et de complicité forcée.

 

Moi-même, comme professeur, j'ai à maintes reprises eu à me heurter à l'apathie absolue des autorités de l'Education Nationale qui refusaient de "stygmatiser" et de sévir. Pire : il m'est arrivé d'avoir à me justifier devant tel ou tel proviseur du lycée de la petite ville où j'enseignais pour avoir porté plainte contre un jeune voyou insultant et violent. Loin d'aller dans mon sens, on me mettait en position d'accusé et peu s'en fallait qu'on ne me traitât de raciste pour avoir voulu faire sanctionner un jeune qui s'était mal comporté de façon provocatrice, menaçante et grossière.

Par exemple, rares, très rares étaient les collègues qui osaient protester et faire taire les élèves, filles et garçons, qui s'invectivaient en hurlant dans la cour et dans les couloirs des "fils de pute", "pédé", "sale juif". Lorsque je le faisais, jamais l'administration ne marquait la moindre solidarité, quand elle ne faisait pas montre, au contraire, d'une désapprobation à la fois démagogique et dangereuse.

 

Nous payons le prix de toutes ces années d'aveuglement et de lâcheté.

La France, complexée par son passé colonial en Afrique du Nord (qui aurait pourtant dû l'instruire sur la montée du terrorisme et sur ses méthodes d'intimidation), est comme tétanisée par ce qui lui arrive.

Il y a le feu à la maison et certains  discutent à perte de vue pour savoir s'il faut sortir la lance à incendie, s'il faut l'ouvrir, et comment la tenir.

 

Les terroristes sanguinaires que nous avons nourris dans notre sein nous font de plus en plus mal. Et nos réponses tardives, molles et inadaptées sont autant de triomphes pour eux.

Ils hurlent de rire devant ces images de télévision où un peuple apeuré vient dire son angoisse et, au sortir de "cellule de soutien psychologique",  pleure à chaudes larmes en déposant fleurs et bougies sur les lieux du dernier crime. 

 

 

Ce qui s'est passé hier à Magnanville - ce double meutre de policiers à leur domicile sous les yeux d'un petit enfant - est une étape supplémentaire dans la montée de la terreur.

Le meurtrier est un délinquant répertorié dans les fichiers; il a effectué un temps de prison, il est connu pour s'être radicalisé, et il va librement par les rues de son quartier ! 

Dorénavant on n'est plus en sécurité dans les stades, les clubs privés, les salles de concert, les églises, les synagogues, les écoles et, à présent, chez soi. La France connaît à son tour la terreur continue que l'Algérie a connue il y a soixante ans. Mais cette fois elle n'a pas la solution d'abandonner son territoire...

 

 

Il est grand temps, comme le criait Démosthène, de "faire ce qui faut".

Et comme il n'est pas possible de demander plus à nos forces de l'ordre et qu'il est hors de question de vivre dans un régime policier en perpétuel état de siège,  il faut impérativement mettre hors d'état de nuire les 3600 islamistes radicaux répertoriés et fichés S par nos services de renseignement avant que leur nombre ne double ou ne décuple. Car nous n'en sommes qu'au commencement.

On n'a pas assez de places en prison et les aurait on, il n'est certainement pas souhaitable que ces fanatiques viennent y pourrir les détenus de droit commun.

Personne ne souhaite non plus un grand camp de détention à la Guantanamo qui serait un remède plus dangereux que le mal.

 

Pour ma part, je le redis encore une fois, je ne vois que l'exil lointain pour ces assassins irrécupérables, dans un endroit peu ou pas gardé - sauf par les requins -,  toute fuite en étant impossible, et si éloigné qu'aucun contact avec le monde extérieur ne soit envisageable. Il s'agirait d'une mise à mort civile, d'un bannissement à vie qui ôterait à ceux qui en seraient frappés la joie d'être des martyres et de faire la une des journaux, des télévisions et des réseaux sociaux. Pensez-y.

 

 

 

 

 

Clipperton ! Clipperton ! Clipperton ! 

 

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 17-06-2016 à 15:02:45  (site)

On recule tout de même devant la solution extrême que vous préconisez. Ceci étant dit, je suis aussi persuadé aussi qu'il faut faire quelque chose. Mais quoi ? Mais quoi ? Sachant qu'il faut, c'est sûr, séparer l'ivraie du bon grain. Pas facile tout ça !

2. UN ICONNU  le 18-06-2016 à 12:02:25

J'adore vos raccourci en politique et je ne regrette pas votre départ du village.

3. decapedee  le 24-06-2016 à 16:25:26

Pour prendre de pareilles décisions, il faut du courage.

Sans vouloir blâmer ce pauvre gouvernement dépassé par les événements et dirigé par une petite fraise, qui aurait un minimum de courage?

Bon voilà, hein, quand cela concerne le code de la route, cela pose moins de problèmes: on pond fièrement une mesurette que l'on annonce d'un air grave.

HE HO Fo pas déconner hein

4. Frank-Marie-THOMAS  le 25-06-2016 à 17:09:38  (site)

@UN ICONNU
Et moi, à lire ce commentaire haineux, vide et anonyme, je regrette encore moins d'avoir quitté un village à la dérive peuplé de particuliers dans votre genre.

5. Frank-Marie-THOMAS  le 25-06-2016 à 17:13:13  (site)

@ Florentin

Clipperton - ou les Crozet, vous dis-je.

6. Bellatrix  le 26-06-2016 à 11:40:01  (site)

Bonjour. Je vous trouve bien manichéen sur ce coup-là!
Ces lycéens ( issus de l'immigration maghrébine) ne sont pas nés dans la peau de voyous. Cela ne relève pas d'un atavisme comme pour toutes les autres communautés. Il n'y a aucun atavisme là-dedans! Mais il y a toujours un lien de cause à effet..et les causes sont nombreuses dont celle du mépris et délaissement des politiques à l'égard de ces communautés issues de l'immigration.
Et le processus de politique étrangère depuis un certain nombre d'années n'est pas pour rien dans l'avènement du terrorisme islamique en France. En suivant George Bush dans la guerre du Golfe en Irak qui constitue la pire erreur..la plus stupide..jamais commise par une administration américaine et toutes les autres qui ont suivi..celle aussi sous Sarkozy avec son va t'en guerre BHL..Libye..cette de Syrie dont fait les frais la population civile en plus de subir un tyran et ses exactions..etc.
L'exil lointain pour les 3600 islamistes "radicaux?" fichés? La même tirade que Laurent Wauquiez en novembre 2015: "Je demande le placement d'internement des 4000 personnes fichées pour terrorisme." Une réplique de Guantanamo tant qu'à faire...un centre de tortures où on leur imposait de manger leurs excréments et toutes sortes de sévices innommables comme par exemple être tenus en laisse (par un collier de chien) par leur garde-chiourme qui pissait sur eux en y trouvant un plaisir sadique..etc.
Revenir aux bagnes et goulag où l'on emprisonnaient et torturaient à tort et à travers ?
La fiche "S" qu'elle aille de 1 à 16 ( c'est bien précisé sur le site gouvernemental): n'est en rien une preuve de culpabilité!
Elle a une durée de vie limitée en fonction du comportement de la personne surveillée.
Elle vise à suivre un suspect, "jugé capable de passer à l'acte, sans pour autant l'avoir fait! "
Et à échanger des infos au niveau européen..
Etc..à chacun d'aller lire en quoi consiste ces fiches.
Cette fiche ne concerne pas uniquement des potentiels terroristes de surcroît et/ ou des individus proches de mouvements djihadistes. Y figurent aussi des militants, des activistes politiques ou encore des Hooligans.
Voilà ce qu'à répondu Marc Trévidic à Laurent Wauqiez:, " c'est précisément ce que recherche l'organisation de l'Etat islamique: terroriser les Etats de manière à ce qu'ils incarcèrent des personnes qui ne sont "coupables d'aucun acte", en se fondant sur des critères qui ne relèvent plus du droit! "
Faire de la communauté musulmane un bouc émissaire. Faire cristalliser toutes nos peurs sur cette communauté qui est autant valeureuse qu'une autre! La peur est l'instrument des dictatures.
Le pays censé être celui des droits de l'homme va verser dans le totalitarisme? J'espère que non!
Sommes-nous encore dans un Etat de droit?
En outre, cela ne servirait à rien qu'à ensemencer la haine et l'ancrer davantage au coeur des hommes.
C'est en amont qu'il aurait fallu agir..on (les politiques ) récolte ce que l'on a semé...prévenir plutôt que guérir. Ben voilà la gangrène est là et il faudra des années (certains disent même une génération entière/ 20 ans?) pour assainir la situation.
Faut-il aussi envoyer le cimentier Lafarge (son groupe entier) qui du printemps 2014 ( presque 2 ans après que la guerre civile ait débuté) jusqu'au 19 septembre 2014, pour pouvoir continuer de fabriquer le ciment Lafarge, est passé par " des intermédiaires et des négociants qui commercialisaient le pétrole raffiné par l'EI, contre le paiement d'une licence et le versement de taxes."
Donc ils se sont fait implicitement complices de leurs exactions en alimentant leur provision bancaire!
Ils ont payé également pendant (pour le moins) du printemps 2013 jusqu'en septembre 2014 pour être en possession d'un laissez-passer estampillé du " tampon de l'EI".
Alors, je vous le demande: faut-il aussi envoyé dans un endroit de relégation cette entreprise, fleuron de l'industrie française????
Tiens comme par hasard, le groupe Lafarge a depuis fusionné, en 2015, avec le suisse Holcim pour devenir un géant des matériaux de construction.

7. Frank-Marie-THOMAS  le 28-06-2016 à 10:52:32  (site)

@ Bellatrix

Vous me trouvez "manichéen" sur ce sujet, et vous avez tout à fait raison.
Le moyen de ne pas l'être en face de cinglés "religieux" suant la haine et la bêtise au front de taureau ?
Vous voudriez nuancer, avoir des délicatesses avec des assassins prêts à égorger toute personne, fût-elle un enfant - qui a le malheur de les croiser au mauvais moment ?
Il est des moments - et nous en connaissons un qui risque de durer plusieurs décennies - où toute hésitation, toute faiblesse est une trahison des idéaux de liberté portés par la République. En 40, il ne s'agissait pas de ratiociner avant d'abattre un nazi ou un collabo.
Je ne propose pas de tuer qui que ce soit, mais de le mettre hors d'état de nuire. Nous n'avons que trop tardé.
Réfléchissez, envisagez toutes les solutions et, sans vous laisser impressionner par les mots tabous ( "Guantanamo" ) qui nous font tant de mal, vous verrez que la sauvegarde de nos libertés est au prix de cette violence que vous trouvez inacceptable et qui, au total est la moins inhumaine des solutions.
Vous caricaturez mes propos en parlant d'humiliations, de tortures et de traitements dégradants que je condamne autant que vous. Rien de cela dans ce que j'avance.
Ce n'est jamais une bonne méthode de dialogue que de déformer les propos de son vis à vis. C'est triompher médiocrement.

8. Bellatrix  le 28-06-2016 à 13:42:25  (site)

Bonjour. Comment cela j'ai caricaturé vos propos?
Nul n'a besoin de les caricaturer, y compris moi-même, car ils se suffisent à eux-mêmes.
Ainsi que leur sens implicite!
Vous spécifiez bien ne pas souhaitez "un grand camp de détention à la Guantanamo vous dites."
Mais en réalité, vous souhaitez pire!
Voilà vos propos: "Il faut impérativement mettre hors état de nuire * les 3600 islamistes radicaux répertoriées et fichés "S".
Ce à quoi je vous réponds: qu'une fiche "S" n'est en rien une preuve de culpabilité: jugé capable de passer à l'acte, sans pour autant l'avoir fait!
Et autres développements à la suite..par conséquent je parle en mon nom..c'est moi qui m'exprime..cela ne revient aucunement à caricaturer le vôtre!

Voilà pourquoi je pose la question: "Revenir aux bagnes et goulag où l'on emprisonnaient et torturaient à tort et à travers?"
A laquelle s'enchaîne d'autres questionnements que j'exprime..."Je vous pose question": si c'est bien raisonnable d'enfermer 3600 islamistes radicaux susceptibles d'agir mais qui sont coupables de rien!

Punir une personne qui a commis un forfait, l'empêcher de nuire, cela va de soi. Mais mettre en détention 3600 islamistes radicaux d'un coup d'un seul coupables de rien, non, je ne suis pas d'accord.
Cela ne peut pas être dans un Etat de droit.
Et je développe ensuite en vous posant question..cela ne revient aucunement à vous attribuer des propos non tenus et encore moins à les caricaturer.
Encore une fois, ils se suffisent à eux-mêmes (je vous cite textuellement): "Pour ma part, je le dis encore une fois, je ne vois que l'exil lointain pour ces assassins irrécupérables, dans un endroit peu ou pas gardé - sauf pour les requins - toute fuite en étant impossible, et si éloigné qu'aucun contact avec le monde extérieur ne soit envisageable: il s'agirait d'une mort civile, d'un bannissement à vie qui ôteraient à ceux qui en seraient frappées la joie des martyres etc......"
Dire que vous souhaitez qu'ils pourrissent comme des chiens, peu ou pas gardé.. "il s'agirait d'une mort civile"/ je vous cite, autrement dit vous souhaitez qu'ils meurent et cela dans les pires conditions". Même le pire des crétins à parfaitement compris le sens de vos propos.
S'ils sont caricaturaux ils ne le doivent qu'à la haine qui s'exprime au travers eux. La vôtre!
Cette fois ci je vais livrer le fond de ma pensée: je trouve lamentable qu'un ancien élu et professeur tienne des propos pareils.
Bellatrix.

9. Frank-Marie-THOMAS  le 28-06-2016 à 14:57:07  (site)

@Bellatrix

"Je vous pose question": si c'est bien raisonnable d'enfermer 3600 islamistes radicaux susceptibles d'agir mais qui sont coupables de rien! "
Ma réponse est : oui.

Vous persistez à vouloir me faire dire que je suis partisan de l'humiliation et de la torture physique. Ou vous comprenez mal, ou vous le faites exprès.
Un exemple. Vous écrivez :
"il s'agirait d'une mort civile"/ je vous cite, autrement dit vous souhaitez qu'ils meurent et cela dans les pires conditions".
Révisez un peu les notions de base, je vous prie : la mort civile n'empêche nullement quelqu'un de se porter comme le Pont Neuf.

"Je trouve lamentable qu'un ancien élu et professeur tienne des propos pareils." écrivez-vous.
Nous en resterons donc là, voulez-vous ?

10. Nicolaï Vavilov  le 28-06-2016 à 22:12:12

la stupidité .... est-elle iréniste... lapsus de clavier.
Les plus hautes autorités ont parlé "d'état de guerre"... Faut-il la déclarer pour que cet état soit avéré? ou s'agit-il de simples coups de menton?
en état de guerre les procédures judiciaires avec l'instruction judiciaire du temps de paix , hélas ne s'appliquent plus...c'est la guerre...
Lors des menaces d'épidémies, variole(éradiquée?), peste, typhus, fièvre typhoïde, choléra, lèpre ... les mesures d'isolement (quarantaine) en l'absence de preuve de contagiosité, sont appliquées... elles sont efficaces...
ici... combien de temps ?
On a eu un individu de retour de djihad
libéré au prétexte qu'il n'a pas été prouvé qu'il était dangereux...simple délit d'opinion?
La république n'a pas toujours eu tant de mansuétude ...pauvres femmes tondues ... puis pendues... par les pieds ... et lachées...
pas si dangereuses...en l'absence de "collaboration" active (dénonciation)

11. Nicolaï Vavilov  le 29-06-2016 à 09:51:09

comparaison n'est pas raison...
cependant
pour la transmission des idées on a parlé de contagion mimétique... ( à l'origine, des hérésies... contamination, contagion... )
Pour les maladies contagieuses l'isolement n'est pas toujours efficace, en raison de l'existence de porteurs sains....
que l'on pourrait comparer aux djihadistes masqués pratiquant la taquya ...
nombre de candidats au djihad ont été décrits comme des jeunes gens "normaux"

 
 
 
posté le dimanche 12 juin 2016

Hélas !

Il y a deux jours je croisais les doigts pour que la violence ne règne pas autour et dans les stades de l'Euro 2016.

 

 

Hélas! ll faut que je renonce aussi à cette superstition, apparemment inefficace.

Des crétins décérébrés et imbibés de bière ont transformé nos rues en champs de bataille.

Dans la période sombre que nous traversons, nous n'avions certes pas besoin de ce surcroît de coups et de sang.

Cette fois les islamistes - qui viennent encore de frapper aux USA - n'y sont pour rien.

Nous avons nous aussi nos brutes épaisses en Europe; et le fanatisme chauvin du football ne fait que les rendre plus abruties encore.  

 

Articles liés
Je croise les doigts...
 


 
 
posté le samedi 11 juin 2016

Henri Queuille (1884-1970)

 

 

     La politique ce n'est pas de résoudre les    problèmes, c'est de faire taire ceux qui les posent.

 


Commentaires

 

1. Nicolaï Vavilovro  le 01-07-2016 à 15:13:01

"Il n'est pas de problème dont une absence de solution ne finisse par venir à bout.”

Queuille avait eu une vision prémonitoire du hollandisme

 
 
 
posté le jeudi 09 juin 2016

Je croise les doigts...

Comme vous tous, je croise le doigts pour que l'Euro 2016, que la France accueille, se déroule sans drame.

 

 

Je ne suis absolument pas - et c'est encore peu de le dire - fanatique de foot-ball. Je n'y connais rien et pour tout dire, ce sport m'ennuie profondément.

Ce qui me gêne encore plus c'est la place démesurée qu'il prend dans tous les médias, le cirque commercial qui l'accompagne et l'extrême vulgarité de certains joueurs et commentateurs sportifs.

Mais je dois bien constater qu'il suscite un extraordinaire engouement dans toutes les tranches d'âge du peuple, et par cela seul il mérite une certaine considération.

 

Les stades, depuis toujours, sont des lieux dangereux par la concentration de foule et par l'excitation qui y règnent. Mais en ces mois de juin et de juillet 2016 l'organisation de cette immense et coûteuse manifestation est à très haut risque, chacun le voit bien.

Les autorités ont sans doute eu raison de ne pas céder à la panique après les attentats de l'an dernier et de maintenir la tenue de ce grand évènement sportif sur notre sol. Y renoncer eût été concéder une victoire entière aux assassins hystériques qui nous détestent.

 

 

 

 

 

Mais il me semble qu'on va trop loin dans la prise de risques en dotant chacune des villes-hôtes d'un immense champ de foire doté d'un écran géant pour permettre à la foule qui n'aura pas pu ou voulu se rendre dans les stades, d'assister en commun aux compétitions.

Ces champs de foire gigantesques - jusqu'à 100.000 spectateurs - sont décorés du nom grotesque de "fan-zones". Elles seront évidemment le lieu de tous les dangers.

Non seulement par l'organisation, toujours possible quoi qu'on nous dise, d'un attentat, mais encore et peut-être surtout par le risque de mouvements de panique potentiellement mortels, comme tous les lieux concentrant d'immenses foules, ou, chose tout à fait plausible, le risque de bagarres entre supporters avinés.

 

Je le répète, je croise les doigts pour que tout se passe dans le calme et la joie publique. 

Reste que les autorités font courir délibérément un risque inutile aux amateurs de foot en les concentrant ainsi sans aucune nécessité autre que commerciale, et ce - incroyable paradoxe - en plein état d'urgence. 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. fugace  le 10-06-2016 à 14:49:37

Bonjour,

Oui croisons les doigts.
Mais politiquement, que de décisions difficiles à prendre.
Pour avoir été initié au foot dans ma jeunesse, j'en connaît bien les règles, au demeurant bien plus simples qu'au rugby. Je suivrai donc pour ma part cet événement, mais sans passion, en n'oubliant pas l'arrière plan dont celui de la nébuleuse Fifa.

On empêchera jamais les "détractés du chapeau" de faire du mal. Ma crainte pour ma part c'est que ces "ligueurs", frappent évidemment aux endroits les plus inattendus.

2. Florentin  le 10-06-2016 à 18:23:04  (site)

Vous avez parfaitement raison. Mais, la France ne pouvait faire autrement que d'accueilli cet Euro. L'effacer aurait été céder aux souhaits pressants des terroristes de l'EI. Ce faisant, on prend évidemment des risques. Mais, je crois qu'il faut cependant les assumer.

 
 
 
posté le mercredi 08 juin 2016

Montaigne ( 1533-1592)

 

 

 

 

 

 

« Et au plus élevé throne du monde,

si ne sommes assis que sus notre cul.»

 


Commentaires

 

1. fugace  le 10-06-2016 à 15:02:49

Bonjour,

J'ai donc dû aller lire quelque part que le H majuscule, c'est le fauteuil vue de face, et le h minuscule, le fauteuil vue de profil.

A quand Victor Ugo ?

 
 
 
posté le vendredi 03 juin 2016

Honte à Debbouze et Cantona !

Jamel Debbouze et Eric Cantona ont tenu des propos inconvenants, injustes et dangereux sur les raisons qui ont conduit le sélectionneur de l'équipe de France de football à ne pas retenir Karim Benzema et Hatem Ben Harfa.

 

 

M. Debbouzze, très populaire animateur et artiste comique, a affirmé dans France Football que les deux joueurs d'origine maghrébine "payent pour la situation sociale de la France".

Autrement dit, et pour être plus direct, Didier Deschamps aurait selon lui écarté ces joueurs de la sélection pour aller dans le sens de  l'opinion publique, censée être anti-arabe et raciste.

 

Lorsqu'on est un personnage médiatique, il faut faire attention à la portée et aux conséquences de ce qu'on dit. Dans la période plus que délicate que traverse notre  pays il est tout à fait scandaleux de jeter de l'huile sur le feu et d'entretenir un communautarisme dangereux.

Depuis, Debbouze (voir articles en lien), sans doute alerté sur les réactions négatives suscitées par ses insinuations et désireux de conserver la popularité qui le fait vivre, a essayé d'atténuer la portée de ses propos en se déclarant "désolé".

 

Quant à Eric Cantona qui se complait depuis deux décennies dans le rôle du papa bourru, il a tour à tour dérapé dans deux journaux étrangers.

Au Gardian, il a affirmé que c'était l'origine des deux joueurs qui les avait écartés de la sélection.

Dans le journal espagnol Marca il affirme que Didier Deschamps " a cédé sous la pression de la partie raciste de la France". 

Rien de plus grave que cette accusation de racisme dont on mesure les effets épouvantables qu'elle risque de provoquer dans les banlieues de nos villes, dans les établissements scolaires, dans les équipes de sport amateur et partout où cohabitent des populations d'origine différente. 

 

 

 

 

 

Outre le risque que ces deux histrions font courir à la concorde nationale, ils n'ont pas peur du ridicule : il suffit de regarder les visages de notre équipe de l'Euro 2016, pour voir à quel point l'un et l'autre disent n'importe quoi. 

                                                     Honte à eux ! 

 


Commentaires

 

1. johnmarcel  le 06-06-2016 à 20:39:54  (site)

J'entend parler de foot et de Benzema autour de moi... j'entend dire de Benzema qu'il joue bien dans son club mais n'en fiche pas une en équipe de France... c'est peut-être pour ça qu'il n'est pas sélectionné ?

2. Galinette  le 16-06-2016 à 08:08:57

Une "perle" dans " le monde" en reponse â cette polémique stupide et mortifère , à ces propos indignes sur le prétendu racisme du sélectionneur, que vous condamnez à juste titre dans votre billet.

http://mobile.lemonde.fr/idees/article/2016/06/07/appliquons-au-foot-la-recette-du-quatre-quarts_4940149_3232.html

 
 
 
posté le mardi 31 mai 2016

Couleurs de Paris, fin mai 2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. decapedee  le 31-05-2016 à 20:21:51

Paris en couleurs - Paris tonique !

c'est vachement bien décoré Paris:
tant de tags, de graffitis, quel Art ! Quelles énergies, quels chakras !

smiley_id117184

les fleurs ont un peu moins de succès

 
 
 
posté le vendredi 20 mai 2016

Pathétique et grotesque.

Le spectacle délirant de deux jeunes voyous tentant de blesser voire de tuer  un policier et mettant le feu à sa voiture alors que sa collègue et lui même sont encore à l'intérieur a de quoi révolter tout citoyen normalement constitué.

 

Mais celui de policiers défilant dans la rue pour demander au peuple qu'il les respecte voire qu'il les aime a quelque chose de profondément à la fois pathétique et grotesque.

C'est Louis de Funès, dans La Folie des Grandeurs, demandant à Yves Montand/Ruy Blas "flattez-moi !" ou s'exclamant au pied de son carrosse en direction de la foule accablée : "et mes acclamations ?" 

 


 
 
posté le dimanche 15 mai 2016

Qu'ils sont moches !

Il fut un temps, lointain déjà, où les objets utiles étaient le plus souvent bien dessinés et beaux.

 

 

 

 

Nous sommes envahis par la laideur, et la laideur gigantesque.

En complète contradiction avec les prétendues aspirations de notre époque nous sommes environnés d'objets - de véhicules notamment - d'une effarante laideur.

 

 

 

 

 

Enormes 4 4, "SUV" obèses, atroces camping-cars et paquebots monstrueux.

 

 

 

 

Rappelez-vous la ligne élégante du Normandie, du Queen Elisabeth ou du France et regardez cette épouvantable chose qui vient de sortir des chantiers de Saint-Nazaire et qu'on a osé appeler " Harmony of the seas" ! 

 

 

 

 

Allons ! Pour nous remettre, regardons l'élégante ligne du France : 

 

 

 

...ou de la DS 19

 

 

   
Articles liés
Pauvre France !
 


Commentaires

 

1. decapedepee  le 15-05-2016 à 20:38:34

- la "bêtise moutonniere", qui caractérise effectivement ces formules soit disant pleines d audace,
- la peur du beau, comme s il était une insulte, ou le miroir de sa propre laideur intérieure
Tout ceci est le rejet, très à la mode, du vrai, des paroles pleines, du bon goût des mots justes et plus généralement de la recherche de la perfection ?

2. Frank-Marie-THOMAS  le 16-05-2016 à 09:13:09  (site)

@ decapedepee

Je crois en effet que tout se tient.
Notre époque est celle de la consommation de masse sur fond d'inculture galopante. Le mauvais goût a pris le pouvoir; il s'appuie de surcroît sur la déification du confort comme fin ultime, dût la beauté en souffrir.
Il est évident que ces énormes immeubles flottants peuvent loger beaucoup plus de monde et sont plus confortables que les paquebots d'antan.
Mais il suffit qu'ils accostent dans un port ( on le voit à Marseille tous les jours ) pour que celui-ci soit défiguré.
Nos routes sont enlaidies par les horribles voitures qui y circulent, dans le même temps où l'abord de nos villes grandes ou petites est défiguré par les ronds-points "paysagés" et par les affreux bâtiments de béton et de tôle des interminables zones commerciales.
Nous sommes entrés - en France - dans le temps de la laideur vulgaire.
Quel candidat aux présidentielles de l'an prochain abordera cet épineux problème ?

3. Florentin  le 18-05-2016 à 20:51:27  (site)

L'époque n'est pas à la légèreté.

4. La cigogne  le 25-05-2016 à 19:05:24

Que dire de l'élégance vestimentaire des jeunes gens d'aujourd'hui?..de ces jeunes filles dont le haut du string s'offre au regard de tous et chacun..je me penche donc je suis..!! De ces garçons éclairant nos promenades a la vue de leurs pantalons pendouillant façon sarouel..la taille au niveau l'aisne.!! Je n'ai pu me retenir, il y a qq temps de dire à l'un d'entre eux qu'il allait finir par avoir un rhume très mal placé..si il ne prenait pas la peine de remonter un peu tout ce qui était victime de l'attraction terrestre..!!..dieu..tout fout le camp..fse

 
 
 
posté le dimanche 15 mai 2016

De quoi..."de quoi est-il le nom ?" est-il le nom ?

Depuis que l'essayiste Alain BADIOU, en 2007, a intitulé un pamphlet contre le précédent président de la République : " De quoi Sarkozy est-il le nom ?", cette formule amusante est devenue une scie médiatique.

 

 

 

 

 

 

 

Chacun y va de sa variation sur ce thème :

La station France Culture n'est pas en reste qui a tour à tour commis un : "de quoi le nom propre est-il le nom ?" et un : "de quoi le numérique est-il le nom ?"

Dans ces deux exemples on voit que la formule badiousienne peut tout bonnement se traduire par "qu'est-ce que le nom propre, le numérique, etc." Ou, si l'on préfère : "qu'est-ce qui se cache derrière les mots "nom propre" et "numérique ?"

 

Sur le site Mediapart, toujours à la pointe de la mode, Thierry Du Perou lance un "de quoi Rom est-il le nom ?". On voit là que se cache derrière le cliché une intention politique et morale qui tendrait à signifier : "quelle idéologie raciste se cache derrière cette dénomination en apparence bénigne ?"

 

Christian Salmon intitule un article : "de quoi Cahuzac est-il le nom ?" On comprend aisément qu'il s'agit de faire du nom du ministre du budget du gouvernement Ayrault le symbole de la corruption des élites.

 

Et, last but not least, Bernard Henri-Levy, l'impayable "philosophe" de salon qui y va de son "de quoi Siné est-il le nom ?", prenant la défense de Philippe Val et de Charlie-Hebdo dans la querelle entre le dessinateur et son ancienne rédaction sur fond de polémique antisémite.

 

Cette formule tape sur les nerfs. Il serait temps que les journaleux paresseux cessent de l'employer et s'efforcent de sortir de ce prêt-à-penser qui a le culot de vouloir passer pour une audace.

 

Question :de quoi "de quoi est-il le nom ?" est-il le nom ?

Réponse : de la bêtise moutonnière ! 

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 18-05-2016 à 20:56:09  (site)

Je n'aime pas cette expression qui n'a vraiment rien d'élégant.

 
 
 
posté le mercredi 11 mai 2016

Bravo à France 2 !

Hier soir la chaîne nationale France 2 a diffusé un admirable documentaire-fiction sur le commerce triangulaire et sur l'esclavage dans les colonies françaises d'Amérique intitulé Bois d'Ebène.

Factuellement cette émission était impeccable; la documentation riche et précise, sans recours au sensationnel.

 

L'esclavage est un sujet encore sensible, surtout dans nos outremers. Il est malheureusement souvent instrumentalisé par des groupuscules extrêmistes qui tentent de tout expliquer par ce crime historique et qui se dédouanent ainsi de présenter des solutions crédibles et réalisables aux problèmes de nos îles.

 

Dans le cas de l'émission d'hier soir on ne peut que saluer l'honnêteté et l'objectivité historique qui ont guidé les réalisateurs et les acteurs. 

 

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 18-05-2016 à 20:57:40  (site)

Je n'ai pas regardé et j'ai eu tort.

 
 
 
posté le mercredi 11 mai 2016

Il parlait d'or !

 

 


Commentaires

 

1. fugace  le 11-05-2016 à 15:07:14

Ce pays semble irréformable dans le consensus large. Il va donc falloir user énormément plus que du 49.3, quand on mesure avec réalisme le poids des chaînes qui nous enserrent tous ; le français d'abord, mais les européens plus largement.
Finalement çà va quand même tenir jusqu'en 2017. Qui l'eût cru ?

2. Florentin  le 18-05-2016 à 21:00:28  (site)

Ce monsieur n'est pas à une contradiction près.

 
 
 
posté le lundi 09 mai 2016

Les secrets de Monsieur Baupin.

Comme je m'efforce, dans ce blog, d'être honnête et cohérent, il arrive assez souvent que l'évènement vienne confirmer mes impressions, mes suppositions ou mes prévisions. De ce point de vue le cas de Monsieur Denis Baupin est emblématique.

 

 

 

 

 

 

Pour des raisons qui tiennent à la profonde antipathie que m'inspire ce personnage et surtout à la stupidité de ses engagements prétendument écologistes, j'ai rédigé un billet sur lui le 1er Novembre 2015 ( voir ci-dessous article en lien), billet auquel je n'ai pas un mot à retrancher, et que le scandale de moeurs dans lequel il  il est mis en cause, ne fait que corroborer.

 

Il y a chez ces prêcheurs "verts" je ne sais quoi de clérical et d'hypocrite qui m'irrite au plus haut point. J'y reviens régulièrement ici.

Ces donneurs de leçons, millénaristes et alarmistes revendiquent pour eux la morale et l'éthique, rejetant leurs adversaires dans le camp des compromis et des rapaces. Leur engagement pour "sauver la planète" est fondé, selon eux, non seulement sur des raisons écologiques, économiques et politiques, mais aussi sur un comportement moral en rupture avec les dérives de l'époque.

 

Or voici que le témoignage des femmes, toutes membres du parti Europe Ecologie les Verts selon lesquelles Denis Baupin les harcelait grossièrement et violemment, menaçant celles qui résistaient à ses avances de briser leur carrière politique, éclate au grand jour, scandalisant nos concitoyens

 

Mais le cas de Baupin s'aggrave encore quand on apprend - et c'est ce qui a décidé une de ses victimes à révéler l'affaire - qu'il vient de participer à une campagne médiatique féministe contre les violences faites aux femmes !  On ne saurait pousser plus loin la duplicité et l'hypocrisie.

 

 

 

 

Il ne faut plus s'etonner, dans ces conditions, du rejet dont sont l'objet les responsables politiques, même si leur immense majorité est aux antipodes de ces pratiques honteuses. 

 

J'espère que la justice pourra se saisir de ce cas tellement important et que Denis Baupin verra sa carrière brisée par ce qu'il a osé faire, si la preuve en est définitivement apportée.

Le harcèlement sexuel est intolérable et pourrit la vie des femmes. Mais il l'est encore plus  quand il est le fait de personnages dont l'engagement professionnel, politique ou religieux constitue une circonstance aggravante, une sorte de  crime dans le crime. 

Cet individu qui, en tant qu'adjoint au maire de Paris a mené une lutte contre l'automobile en ville au nom de la santé publique et d'arguments de nature morale, qui, vice-président de l'Assemblée Nationale(*), préside régulièrement les débats des législateurs français; qui est engagé dans toutes les actions de défense des faibles et des opprimés, se révèle pouvoir être un dangereux prédateur qui, pour toutes ces raisons, mériterait une sanction exemplaire. 

 

(*) Il vient de démissionner de son siège de vice-président. 

 


Commentaires

 

1. decapedepee  le 10-05-2016 à 15:27:32

Les enfants Taubira, Touraine, Fabius en prison ou faisant l objet d actions pénales mais papa ou maman ministres sont là pour "aider", le ministre du budget qui fait de la fraude fiscale, le conseiller de l Elysee qui.. etc..
Au tour du vice-president de l assemblée nationale, militant pour les droits des femmes mais qui les viole quand même. .
C est l hypocrisie institutionnalisée et la corruption comme règle.
La République française est brillamment représentée.
Ca va DE MIEUX EN MIEUX !
smiley_id117184

2. fugace  le 11-05-2016 à 15:11:16

Bonjour,

Question :
- Pourquoi seulement maintenant ?

 
 
 
posté le vendredi 06 mai 2016

"Mieux" miteux.

Notre miteux président de la République ne craint pas le ridicule : depuis deux semaines lui et ses sectateurs nous tympanisent de la rengaine "ça va mieux" sans que rien ne justifie  qu'il s'attribue cette prétendue embellie, ni que les citoyens semblent le moins du monde partager cet optimisme de comédie. 

 

 

 

 

Que les paramètres internationaux dont notre pays, comme les autres, est largement dépendant s'améliorent, c'est une évidence qu'on constate tous les jours : avec des taux d'intérêts les plus bas depuis des décennies, une monnaie européenne revenue à une valeur plus conforme à la réalité et un affaissement apparemment durable du prix du pétrole, il serait extraordinaire que la France, toute handicapée qu'elle soit par les règles qu'on lui impose et qu'elle s'impose, ne profitât pas du tout de cette embellie.

Il faudrait vraiment que le diable s'en mêlât pour que nous continuions à être mouillés quand le ciel est à nouveau dégagé. François Hollande et ce qu'il ose appeler sa "politique", ainsi que les ectoplasmes qui occupent la plupart des ministères ont beau essayer de nous faire croire que c'est leur parapluie qui nous protège, les Français ont des yeux pour voir qu'il ne pleut plus.

 

Dans ces conditions l'horripilante serinette du "ça va mieux", chantée sur tous les tons de la gamme, est insupportable à la plupart d'entre nous, qui n'avons pas perdu tout sens critique.

Plus insupportable encore, la très grosse ficelle de la prétendue maîtrise du calendrier par ce président de paccotille qui ose affirmer qu'il respecte le plan fixé dès 2012 : réforme d'abord, redistribution ensuite.

Selon lui, donc, nous en serions à la phase "redistribution". Mais redistribution de quoi ? Les caisses sont vides, les affaires sont atones, et le léger frémissement dû à l'embellie mondiale ne permet sûrement pas quelque largesse que ce soit.

Ainsi, non content de se moquer de nous, il nous ment éfrontément en mettant la charrue avant les boeufs et en faisant mine de suivre un plan élaboré de longue main alors qu'il flotte à la surface  des flots comme un bouchon à la dérive.

 

 

 

 

 

François Hollande et ses ministres-courtisans se multiplient sur tous les théâtres pour entonner ce péan de victoire, ils courent dans toutes les entreprises bien portantes pour leur apporter leur soutien, semblables à des médecins qui se rendraient au chevet de personnes en bonne santé pour recueillir leurs remerciements.

Mais soyons sérieux, de deux choses l'une : ou bien, effectivement, la situation du pays et la nôtre en particulier s'améliore, et la chansonnette batave est au mieux inutile et mensongère en s'attribuant un mérite qui n'est pas le sien; ou bien les choses ne vont pas mieux, et ce n'est pas ce petit air mille fois répété qui nous convaincra du contraire.

Par delà la grossièreté du procédé emprunté à ce que la répétition publicitaire peut avoir de plus irritant, nous ressentons très fort le sentiment d'être pris pour des imbéciles qu'il suffirait de saoûler de mots pour les anesthésier et les faire marcher au son de la flûte vers la rivière de Hammeln.

 

 

 

 

 

 

J'ai toujours été d'un grand scepticisme au sujet de la lucidité de la foule, mais si d'aventure la stratégie du "ça va mieux" produisait l'effet que Hollande en escompte, je désespèrerais pour de bon de l'intelligence de mes concitoyens. 

 


Commentaires

 

1. decapedepee  le 08-05-2016 à 00:25:51

Le chef d Etat lance une rumeur, tel un mot d ordre, pour tenter d améliorer sa piètre côte de popularité et c est miteux. Il faut des preuves et non une intuition, une émotion (pour reprendre un terme à la mode..).
De même qu un magistrat ne juge plus sur preuves mais déjà avec son "intime conviction"...
Donner autant de force à l impression la plus commode que l on a, afin que les autres aient la même, en faire une sorte de jugement pour que ce jugement soit aussi celui des autres (et ainsi le faire legitimer par eux), c est manipuler les esprits et la vérité et c est immonde à en vomir.

Quand le pouvoir n a pas de preuves et qu il se sert de la conviction, ce sont chaque fois des têtes qui tombent.

Avoir du pouvoir n est pas normal, c est extraordinaire. L exercice de ce pouvoir ne doit normalement pas se faire à coups d impressions.

Allez! On dira a gauche que cet homme a "le feeling"...et que c est un homme d émotions que nous ne pouvons pas comprendre.

2. Galinette  le 18-05-2016 à 15:17:28  (site)

J'ai bien peur malheureusement qu'il nous faille désespérer non pas de tous les concitoyens mais du pourcentage, infime mais suffisant ,qui fera pencher la balance dans un sens ou dans un autre. A mon sens, c'est à cette seule frange que sont destinés , cyniquement, ces "analyses", ces contre-vérités, ce matraquage infâme et insultant pour l'intelligence. J'espère me tromper mais j'ai bien peur que ce président, élu une première fois par défaut, ne le soit une deuxième fois par défaite de la pensée, du sens critique, de la culture et du courage.

 
 
 
posté le mercredi 04 mai 2016

3=0

" J'aime tellement l'Allemagne", disait Mauriac

"que je préfère qu'il y en ait deux".

 

Il semble qu'il en soit de même pour l'Education et la Culture :

notre calamiteux président les aime tant l'une et l'autre,

qu'il a donné à chacune d'elles trois ministres en quatre ans. 

 


Commentaires

 

1. decapedepee  le 06-05-2016 à 00:22:27

La "ligne politique" (il parle souvent de sa politique) est peut-etre de bien massacrer l Education et la Culture ?

smiley_id117184smiley_id117184

 
 
 
posté le jeudi 28 avril 2016

Bête et faux.

 

 

 

Je me permets d'ajouter que ce slogan est non seulement bête et vulgaire, mais qu'il est grammaticalement fautif

puisqu'il aurait fallu écrire soit

Hé Ho,

soit 

 Eh Oh. 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 30-04-2016 à 18:18:36  (site)

Eh oh ! Eh oh ! On revient du boulot (air connu). Enfin, pour ceux qui en ont un ...

2. decapedee  le 01-05-2016 à 19:51:59

OUI, bête à manger de l'herbe
faux, et aussi qui sonne faux

c'est bien la gauche des cancres, des faiseurs

avec çà, on est bien barrés !

smiley_id117728

 
 
 
posté le mercredi 27 avril 2016

Salah Abdeslam, Abdeslam, Abdeslam, Abdeslam...

Depuis ce matin on est étourdi par la répétition de ce nom honni. L'assassin du 13 novembre a été remis par la Belgique à la France.

 

 

 

Nous en sommes tous ravis.

Mais pourquoi faut-il que les chaînes de télévision, surtout celles d'information en continu, en fassent une vedette ? Comment le Garde des Sceaux ne voit-il pas qu'il est indécent d'honorer cette petite ordure d'une interview sur les marches de l'Elysée ?

" Où va aller Salah Abdeslam ?" "Que dit son avocat, Me Berton ?", "Quel sera son régime de détention ?"  "Que va dire Salah Abdeslam ?", "Etait-il un simple logisticien" "Quelle part de responsabilité est la sienne ?", etc.

 

Cet individu, malgré qu'on en ait, a droit au fonctionnement normal de la justice. Soit. Mais pourquoi en faire une vedette ? Ne peut-on pas attendre, dans le silence que la justice passe ? Tient-on vraiment à susciter de nouvelles vocations terroristes par ce battage médiatique qui ne peut qu'attirer ces petits voyous délinquants et amoraux avides de notoriété ? 

 


 
 
posté le mardi 26 avril 2016

"Lanceurs d'alerte" ou délateurs ?

Jean-Pierre Chevènement  (cf son site en lien) affirme que le scandale des "Panama papers" n'aurait pas pu éclater sans la collecte de "11 millions et demi de documents" par "des services spécialisés" qui ont selon lui en outre "choisi leurs cibles".

 

 

 

 

 

Autrement dit, on nous mène en bateau lorsqu'on nous laisse entendre  que ces "révélations" sont dues au courage, à l'honnêteté  et à la lucidité de chevaliers blancs du net, ceux que l'on  nomme noblement "les lanceurs d'alerte" et qui, dans un français courant, s'appellent plus simplement des délateurs.

 

 

 

 

Bien sûr, nous sommes tous satisfaits que des citoyens ou des sociétés sans scrupule qui font des profits en France (ou ailleurs) et qui vont cacher leur argent dans des paradis fiscaux en suivant des filières si complexes qu'il est presque impossible de les remonter, soient dénoncés et, mieux encore, sanctionnés. Notons au passage que les dénonciations sont finalement assez peu suivies d'effet.

 

Mais Jean-Pierre Chevènement a raison de dire qu'il est fort douteux qu'un hacker isolé puisse avoir accès à des documents si nombreux ( 11 millions et demi), si massifs ("ils pourraient remplir 700 bibles") et si disparates. Selon lui, il faut nécessairement que des services spécialisés et puissamment équipés se soient mis au travail. 

De plus, étant donné que pour que les ordinateurs travaillent, il faut y introduire des mots-clés, il est clair que des cibles étaient désignées à l'avance, ce qui contredit l'idée qu'on s'efforce de faire passer selon laquelle ces personnes physiques ou morales dénoncées l'auraient été à l'issue d'une recherche à l'aveugle.

La Maison Blanche n'est apparemment pas étrangère au choix de ces cibles dans la période de tension Est Ouest que nous traversons, et en pleine négociation sur le commerce entre l'Europe et l'Amérique. La mise en avant de la banque Rossia est de ce point de vue très significative : c'est, selon le "lanceur d'alerte" la tire-lire des dirigeants et des oligarques russes.

 

Enfin, pour parfaire cette réflexion éclairante et aux antipodes des histoires qu'on nous raconte, Chevènement fait remarquer que l'immensité des données auxquelles il faut avoir accès pour être un "lanceur d'alerte" suppose qu'on soit en relation avec le regroupement de médias appelé Consortium International de Journalistes d'Investigation (ICIJ) dont fait partie, par exemple, le quotidien Le Monde.

 

Soyons donc attentifs aux révélations qui sont lancées dans le public et qui nous éclairent sur la réalité du monde dans lequel nous vivons.

Mais ne prenons pas pour argent comptant - c'est le cas de le dire - la légende du héros solitaire, agissant sans intérêt personnel et révélant au monde les turpitudes cachées du capitalisme international. 

 

 

 


 
 
posté le lundi 25 avril 2016

Sous les pavés...

 

 

 

Place de la République, au coeur du grouillant 3e arrondissement de Paris,

les manifestants descellent les pavés nouvellement installés à grands frais.

Ils y plantent des légumes...

"Sous les pavés, les poireaux",

 c'est le nouveau slogan de ces écolos urbanisés.

 

 


Commentaires

 

1. Fusette  le 25-04-2016 à 21:04:14  (site)

De mon temps, c'était sous les pavés..le sable...Car de mon temps, les légumes poussaient dans les jardins des parents et grand'parents...Aussi, j'aime autant repenser au ..Fillette sable de 68...histoire de rêver de plage...Bon, mais, quand même, j'aime bien la jeunesse actuelle...qui parfois rêve !Fillette

2. Frank-Marie-THOMAS  le 26-04-2016 à 07:29:25  (site)

@Fusette

C'était, exactement, " sous les pavés la plage".

 
 
 
posté le dimanche 24 avril 2016

Toi aussi, mon fils !

 

 

 On a le droit d'éclater de rire en entendant M. Cambadélis grincer :

 

 " Emmanuel Macron s'imaginait en Sully,

il ne faudrait pas qu'il finisse en Brutus "

 

Ces rappels historiques ont de quoi éblouir les incultes qui fourmillent dans les médias.

Mais si l'on se réfère à l'histoire, Brutus est un bienfaiteur de la République Romaine que, poussé par Cicéron, il essaya de sauver en assassinant un tyran qui voulait se faire couronner roi.

 

 

 Karl Theodor Von Piloty

 

 

Le plus cocasse est que si Macron est Brutus, il faut que Hollande soit César...

Hollande ! César ! " Toi aussi, mon fils ! "

L'autre comparaison n'est pas mal non plus : pour que Macron fût Sully, il faudrait que Hollande fût Henri IV, rien que ça ! 

Hollande, Henri IV ! "Paris vaut bien une messe" ! 

 

 


 
 
posté le dimanche 24 avril 2016

Merci aux "casseurs" !

Le mouvement Nuit Debout semble faire long feu.

La cause principale en est son manque d'organisation et, force est de le constater, la rafraîchissante mais stérile naïveté de ses idéaux  à la fois sympathiques et confus. 

 

 

 

Pour notre pauvre président qui, entre autres promesses abandonnées, avait juré de faire de la jeunesse sa priorité, il est évident que la perspective d'un embrasement social parti des jeunes et débouchant sur un mouvement semblable à ceux d'Espagne ou de Grèce est un cauchemar absolu.

 

Le gouvernement, redoutant tout incident causé par les forces de police (on a  vu l'impact d'un simple coup de poing il y a quelques jours) a choisi de laisser le mouvement se tarir de lui-même et limite son intervention au nettoyage de la place de la République.

La tactique n'est pas si mauvaise que cela : il semble bien que peu à peu le mouvement s'étiole et, comme je le disais dans l'article (en lien) que je consacrai il y a deux semaines à ce sujet, un peu de patience permettra de le dissoudre complètement dans la préparation des examens et concours et dans les grandes vacances d'été. 

 

Mais, plus cyniquement - deux précautions valant mieux qu'une - on laisse systématiquement les "casseurs" jeter le désordre et semer la destruction et la violence dans ces manifestations calmes et pacifiques.

C'est comme si ces vandales largement médiatisés servaient de supplétifs aux forces de l'ordre. En les laissant agir alors que leurs interventions sont prévues et pourraient facilement être empêchées, on fait peur au citoyen, on le pousse à dissuader ses enfants à participer à un mouvement qui devient dangereux et on retourne l'opinion publique contre lui.

 

 

 

Les commerçants de Rennes, de Nantes et de Paris, les propriétaires de voitures abîmées ou incendiées ( dont la police elle-même)  paient aussi le prix de ce laxisme dont il n'est pas interdit de penser qu'il n'est pas totalement involontaire.

La méthode en tout cas est aussi vieille que les manifestations de rue.   

 

 

 

 

 


 
 
posté le samedi 23 avril 2016

Mexico, Mexico !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 23-04-2016 à 16:08:28  (site)

Heureux ceux qui quittent un jour leur petit Liré. Même si ce n'est que provisoirement.

 
 
 
posté le samedi 23 avril 2016

Les mensonges de Mme Vallaud-Belkacem.

Dans la masse des promesses non tenues et des changements de cap incohérents, je voudrais aujourd'hui pointer le leurre que constitue la prétendue "priorité" à la jeunesse et à l'éducation de ce triste gouvernement. Examinons les choix faits en ce qui concerne l'enseignement des langues anciennes dans  notre pays.

 

 

 

93% des 7100 collèges de France proposent aujourd’hui l’option LCA ( Langues et Cultures de l'Antiquité), soit 6603 collèges environ. Cette option, sorte de fourre-tout "culturel", ne laisse qu'une place très restreinte à ce qui, dans ces études, est réellement formateur pour l'esprit : l'étude de la langue elle même. Mais ce n'est pas tout :

si l’on réalise une projection sur ces 6603 établissements du nouveau système introduit par la réforme de Mme Vallaud-Belkacem, cela donne :

 

26115 par semaine, soit 940140h par an perdues d’enseignement des Langues Anciennes soit l’équivalent temps plein de la suppression de 1450 postes de professeurs certifiés ou 1741 postes de professeurs agrégés. Telle est la triste réalité, fort éloignée des rodomontades mensongères de la ministre.

Souvenons-nous : la réforme du Collège qui sera mise en place à la rentrée 2016 annonçait une « démocratisation » des Langues Anciennes, il était même question de « latin pour tous », en tout cas du « même nombre d’heures de cours » après la réforme, mais nous sommes très loin du compte (réécouter les déclarations de Najat Vallaud-Belkacem le 25 mars 2015 devant la commission des affaires culturelles de l’Assemblée Nationale).

 

Bien au contraire, à l’épreuve de l’organisation concrète de la rentrée 2016, le constat est sans appel : le « latin pour tous » est une chimère.

Pire, il constitue la preuve irréfutable du démantèlement brutal des Langues Anciennes par la réforme du collège 2016.

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 23-04-2016 à 16:15:25  (site)

J'ai fait du Latin de la sixième à la première et du Grec à partir de la quatrième. C'est donc avec beaucoup de tristesse que j'ai appris la quasi-disparition des langues anciennes en secondaire. Il est grand temps que tous ces gens-là disparaissent.

2. Frank-Marie-THOMAS  le 24-04-2016 à 14:32:49  (site)

@Florentin

Malheureusement je ne crois pas que le départ de ce mauvais gouvernement suffira à inverser cette tendance.
Voilà au moins trente ans que, gauche et droite confondues, la relégation des humanités est une constante de la politique de l'Education Nationale : suppression du latin dans les petites classes du collège, relégation des heures d'études à des horaires impossibles, fusion en un seul groupe d'élèves hétérogènes,etc.
Les uns pour lutter contre ce qu'ils appellent stupidement la "culture bourgeoise", les autres au nom d'une société de plus en plus libérale tournant le dos aux formations "inutiles". Mais les deux d'accord pour étrangler avec méthode et constance les langues anciennes. Elles gênent dans cette époque d'inculture parce qu'elles sont une école de rigueur intellectuelle et d'esprit critique.
La décision de Mme Vallaud-Belkacem n'est qu'un pas de plus dans cette longue marche qui laisse tout le monde indifférent puisque de moins en moins d'adultes ont suivi ces études et sont donc en mesure d'en apprécier la nécessité.

 
 
 
posté le vendredi 22 avril 2016

Tout en nuances...

 

Saisi au vol durant le journal de FR3 ce jour à propos de Prince :

 

 

 

«Il était comme Shakespeare ou Mozart :

un génie ! »

 

... et encore, comme dit le majordome des Tontons Flingueurs, « en notant vache ». 

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 23-04-2016 à 18:31:36  (site)

L'échelle des valeurs a changé de barreaux ...

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Per tenebras nitent