Le journal de Frank THOMAS

Libre parole d'un citoyen.

posté le mardi 05 janvier 2016

N'est pas Machiavel qui veut.

Le président de la République, à force d'habileté tactique et de rouerie déguisée en bons sentiments, nous jette, une fois de plus, en pleine confusion.

 

 

 

Déjà, depuis le début de son calamiteux quinquennat, il a tenté, à plusieurs reprises, de semer le doute et le trouble dans les esprits en annonçant avec un optimisme de façade d'autant plus irritant qu'il était fort mal joué, que " la courbe du chômage " allait s'inverser en 2013, puis en 2014, puis en 2015. Et les Français, tels soeur Anne, attendent toujours et ne voient rien venir.

Ce 31 décembre,  poussé par l'urgence, il ose annoncer un nouveau plan de traitement social du chômage, inefficace et coûteux tous les experts le prédisent, dans le seul but de faire baisser artificiellement les statistiques avant 2017. L'idée est de pouvoir se représenter devant le suffrage des Français sans paraître trahir sa promesse, tant de fois réitérée qu'elle en est plus que suspecte,  de se retirer de la compétition en cas d'échec. 

 

Nous avons eu droit ensuite au chef de guerre impitoyablement déterminé, mais qui curieusement affichait sa ferme volonté, s'agissant de la guerre contre l'Etat Islamique, de ne pas se laisser aller à bombarder la Syrie. Belle fermeté - inepte d'ailleurs - bien vite oubliée à la suite des attentats du 13 novembre dernier. Il ne se passe pas de jour que, de France ou sur le pont de notre porte-avions, dans des mises en scène dignes de Georges Bush, il ne bombe le torse en annonçant les raids aériens sur la Syrie.

 

En même temps, il a fait sourire le monde entier en se haussant du col et, l'air sévère et martial ( qui lui va à peu près aussi bien qu'une collerette à une vache ), en donnant des leçons à Obama et à Poutine.

Ce dernier eut même droit à un camouflet dans l'affaire des frégates payées par la Russie mais que notre grand corrézien refusait de faire livrer.

Depuis le voici qui souhaite que la Russie s'engage à nos côtés dans une grande coalition contre Daesh !

 

Drapé, dès son élection, dans les valeurs sacrées de la Gauche humaniste, il n'avait pas de mots assez durs pour stigmatiser la finance, et voici qu'il nomme à Bercy un jeune loup libéral sorti de chez Rotschild !

Dénonçant ce qu'il prétendait être les dérives sécuritaires de la droite et notamment son désir de retirer la nationalité française aux bi-nationaux auteurs d'attentats terroristes, il campait dans le rôle avantageux du défenseur intransigeant des principes républicains.

Or ne voilà-t-il pas que devant le Congrès réuni à Versailles en novembre, il promet la déchéance de nationalité à ces assassins "même nés en France" ? Pas de géant en direction des options les plus extrêmistes de la Droite. Comprenne qui pourra.

Ou plutôt si ! On voit très clairement - si l'on peut dire au sein d'une eau si trouble - que ces revirements et ces palinodies sont le signe à la fois d'une effarante incapacité et d'une insupportable duplicité. Essayons de débrouiller l'écheveau.

 

La Gauche dans sa quasi totalité refuse cette mesure qu'elle considère - à juste titre selon moi - comme à la fois inefficace et discriminatoire puisque, en contradiction avec notre Constitution, elle créerait deux catégories de Français ceux qui pour les même crimes, seraient déchus de leur nationalité et les autres qui, ne disposant que de la nationalité française, la conserveraient.

Pris au piège de sa misérable habileté, Hollande s'efforce à présent, par sbires interposés, de noyer le poisson en élargissant la déchéance de nationalité à tous les Français, même mono-nationaux. Ce qui était présenté il y a trois jours comme impossible au regard de nos engagements internationaux lesquels excluent l'apatridie, devient miraculeusement possible...

 

Et notre fin tacticien y voit de plus l'avantage non négligeable de forcer la Droite à voter une mesure venant de lui, tout en piégeant la Gauche, satisfaite dans sa demande d'équité.

"Ad augusta per angusta" dit l'adage latin (  "au grandiose par l'étroit" ). Notre immense président, lui, va "ad angusta per augusta".

Il n'oublie pas non plus d'exploiter jusqu'à la corde et jusqu'à l'indécence l'émotion populaire en volant de cérémonies commémoratives en dévoilement de plaques, escomptant bien en tirer un profit électoral. 

Machiavel a fort bien théorisé l'habileté et le mensonge en politique. Mais les conseils qu'il donnait au prince avaient tous pour fin, fût-ce au prix de la morale, le bien de l'Etat. N'est pas Machiavel qui veut.

 

 


Commentaires

 

1. fugace  le 05-01-2016 à 14:51:02

Bien éclairé et résumé.
Je crains malheureusement que notre pays ne dispose toujours pas d'un homme d'Etat à la hauteur des enjeux.
Qu'aurait réussi Sarkozy avec un second mandat ?. Après son erreur géopolitique majeure (à priori) en Lybie, ne valait-il pas mieux qu'il céda la place.
Alors qui ? J'ai de sérieux doutes sur les qualités intrinsèques de Jupé . Quand à Fillon, un excellent second, qui ne pourra plus se départir de ce costume.
J'aimerais bien voir Valérie Pécresse en campagne bien plus que NKM.

Bien entendu, FH , va tout faire pour faire monter le FN, et çà risque de bien marcher. Sauf imprévu comme pour DSK.

 
 
 
posté le lundi 04 janvier 2016

Et si on essayait sans lui ?

 

 

 

 

 


 « Tremble, m'a-t-elle dit, fille digne de moi;

             Le cruel Dieu des juifs l'emporte aussi sur toi »

 

 Jean Racine, Athalie...

 

 

 

... Mais aussi le Dieu des catholiques des protestants, des orthodoxes, des sunnites, des chiites,  ceux des hindouistes; et Baal, et Quetzacoatl, et Mars, et Jupiter, et Pluton, et Vénus, et Vulcain... Tous !  Tous, vous dis-je.

 

 

 

(Voir articles en lien et billets associés) 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 04-01-2016 à 08:20:46

Ah non.. On ne va pas recommencer le débat..pourquoi ne pas pouvoir imaginer que la Foi en undieu ne conduise pas a ce exactions..?? A ces horreurs..?? Est -ce si difficile..?? Ma foi est une ouverture aux autres..dans le respect de nos différences..mes amis libanais chiites..mes amis musulmans sont très très chers à mon coeur..ma foi va m'aider a supportér le suicide d'une connaissance..dans notre village, hier..un agnostique de la premiere heure..par pure hérédité.. Et tradition familiale..!! Bonne semaine..fse

2. Frank-Marie-THOMAS  le 04-01-2016 à 08:43:00  (site)

@ La cigogne

On peut toujours, l'imaginer, en effet, c'est le mot.
Mais l'Histoire, elle, est affaire de réalité et non d'imagination. Et il se trouve que dans l'histoire du monde, il n'a pas existé une seule religion sans exactions, prévarications, violences et crimes. Pas une.
C'est sans doute que le propre de la foi est d'être exclusive ou de n'être pas.
Le Christ lui-même, sans doute pourtant le plus doux et le plus pacifique des prophètes, a osé dire : "malheur aux tièdes" et "force les à entrer".
Je suis bien persuadé, chère amie de votre sincérité et de la pureté de votre foi. Elle n'est pas en cause.
Ce qui l'est c'est l'inévitable manipulation du fanatisme inhérent à toute foi exclusive qu'elle croie en un dieu, en plusieurs, ou en un homme providentiel.

3. fugace  le 04-01-2016 à 14:11:18

D'abord "Bonne année 2016" à vous, et vos proches.

Depuis que le monde est monde, il semble que les croyances aux sens large (donc idéologies incluses), aient eues le besoin d'exister de tous temps.
La nature ayant horreur du vide, sur ce sujet aujourd'hui, la - réaction - se manifeste en France et en Europe par une islamisation qui n'est pas prête de s'arrêter puisque nos hommes et femmes politiques de tous bords semblent avoir pris le pari qu'avec le temps (et l'argent) le déséquilibre géopolitique mondial, ne pourrait être contenu qu'au travers des futures "déocraties". Le "m" va donc sauter !
Ainsi sous quel régime politicoreligieux la France et plus largement l'Europe seront-elles administrées en 2101 ?

4. Frank-Marie-THOMAS  le 05-01-2016 à 07:50:50  (site)

@ fugace

Tout au long de ma vie d'enseignant et de citoyen j'ai espéré - avec de plus en plus de difficulté plus le temps passait - que le XXIe siècle donnerait tort à Malraux et à sa sombre prophétie.
Encore Malraux ne prévoyait-il qu'un monde "spirituel" et non religieux, ce qui est sensiblement différent.
Hélas, nous assistons, effarés, au grand retour de ce que les Lumières, à juste titre, appelaient "la superstition" et que Voltaire stigmatisait sous le nom "d'infâme". Qui l'eût cru ?
Spirituel je le suis, tout comme vous et la plupart de nous, je pense. Mais il ne faut pas accepter que la spiritualité soit accaparée par les religieux, pas plus, mutatis mutandis, qu'il ne faut accepter que l'amour de la nation et du drapeau soit monopolisé par je ne sais quel parti politique.
La réponse que je vous fais là m'inspire d'ailleurs une réflexion sur "spiritualité" que je mènerai bientôt.

5. fugace  le 05-01-2016 à 14:33:11

@FMT
Merci du retour que je partage. La question qui me vient immédiatement étant :
- Comment désormais lutter ? Puisque la Raison ne réussit plus à reprendre le dessus.
Je me convainc chaque jour qu'un nouveau concept de "soldats" va devoir sortir émerger en nombre.

6. Fusette  le 05-01-2016 à 21:22:37  (site)

Cette "une" et, à mon avis, bien tournée...Je ne sais plus qui a dit que le XXIème siècle serait celui des religions..Quizz !

7. Frank-Marie-THOMAS  le 05-01-2016 à 23:04:23  (site)

@fusette

La réponse à votre interrogation est dans le 4e commentaire.

 
 
 
posté le dimanche 03 janvier 2016

La fin d'un monde

Diffusée en Grande Bretagne, en France et ailleurs dans le monde depuis 2010, la série télévisée Downton Abbey s'est achevée hier soir, comme elle avait commencé : dans l'excellence.

 

 

 

Je n'ai pas pour habitude, dans ce blog, d'encenser la télévision, on l'aura sans doute remarqué

La facilité, les vulgarismes de la langue, la pauvreté du vocabulaire, l'indigence des idées, la vulgarité triomphante sont des défauts tellement courants et envahissants sur toutes les chaînes - aux exceptions notables de Arte ou de la 5 - que cet outil qui aurait dû être un extraordinaire vecteur de divertissement et de savoir, est devenu le déversoir de la médiocrité la plus insupportable.

 

 

 

 

 

La série britannique Downton Abbey, chronique d'une grande famille anglaise du début du XXe siècle jusqu'aux années 30, est une remarquable exception.

 

En six saisons de neuf épisodes chacune, le spectateur suit la vie d'une grande famille anglaise à une époque charnière de l'histoire, sur décor d'un monde qui bascule dans la modernité.

Les gens d'en haut, "upstairs" sont des aristocrates à la fois conservateurs et bienveillants, attachés aux traditions mais ouverts aux inévitables évolutions de la société.

De belles figures se détachent de cette famille : une comtesse douairière ultra conservatrice, ironique et bonne à la fois; un chef de famille tendre et humain époux d'une femme douce et charmante, deux filles aussi différentes que possible, antagonistes et attachées l'une à l'autre; des hommes amoureux, polis et originaux qui passent dans leurs vies ou y restent.

Et en bas, "downstairs", tout un peuple de domestiques fortement hiérarchisé, fidèlement attaché aux gens d'en haut qu'il considère comme sa famille et qui est traité par eux avec affection et respect. De cette autre "famille" qui peu à peu comble la distance qui la sépare de celle d'en haut,   se détachent les deux hautes figures de Carson, le maître d'hôtel et de Mme Hughes, qui finiront par s'épouser.

 

Le grandiose décor du château familial et de son parc, l'ameublement, la beauté des toilettes - car chez ces gens-là on s'habille plusieurs fois par jour et le plus élégamment du monde - tout concourt à faire de ce spectacle un plaisir des yeux et un repos pour l'esprit.

 

Si vous n'avez pas vu Downton Abbey, je vous conseille de combler cette lacune; c'est aisé. 

 

. 

 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 03-01-2016 à 09:24:57

Oh que je partage votre avis..j'ai suivi cette serie avec un grand bonheur.. Tout y est parfait..les décors, les costumes..et les personnages sont très attachants..l'humour de la comtesse douairière .. Son apparente rigidité..son flegme..la rivalité de ces deux sœurs qui s'aiment..l'évolution du comte dans un monde qui change trop et trop vite..le respect que se portent ces deux mondes..celui des étages et celui du sous-sol-aucune vulgarité..les sujets abordés restent sobres..l'homosexualite de Me Barrow, la naissance d'une enfant hors mariage....bravo à ces acteurs..et je pense aussi à Mary qui, dans la vraie vie,a enterré son bien-aimé le 15 décembre..quand la vie rattrape la fiction..bon dimanche à toutes et tous..fse

2. Florentin  le 03-01-2016 à 22:02:02  (site)

J'en ai entendu parler par des gens qui avaient aimé. Trop tard pour que je me mette à regarder cette apparemment bonne série. Je vais combler cette lacune en achetant les DVD qui en seront inévitablement tirés.

3. La cigogne  le 04-01-2016 à 08:23:03

Pour répondre a florentin.. Les saison 1 a 5 existent déjà en DVD mais mieux vaut attendre l'ultime saison pour avoir l'intégrale..a un prix plus intéressant..!! Fse

4. fugace  le 04-01-2016 à 14:27:39

Pour ma part, je n'accroche pas à ce genre de série, même si il est probable d'y rencontrer des acteurs de talents, et possible de se laisser emporter par nombre de sentiments, émotions et autres attachements.
C'est peut-être que ce type de séries ne montrent qu'une toute petite part ciblée, mais éloignée des réalités du monde.
Encore que...

 
 
 
posté le mercredi 30 décembre 2015

Vive 2016 !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonne année 2016 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 30-12-2015 à 10:09:42

Quel beau BB..pour lui, pour Vous, pour ceux qui vous sont chers..nous souhaitons le meilleur..le plus doux..le plus beau..la sante..la joie..continuez-s'il vous plait -la rédaction de vos billets..!! Tres respectueusement..Françoise, Marc et M-S..

2. Galinette  le 03-01-2016 à 10:43:52  (site)

Très bonne annee à vous également et à ceux que vous aimez. Mes meilleurs souhaits de joies petites ou grandes et de santé pour les apprécier.
Et pour vos lecteurs assidus dont je suis, le plaisir de vous lire.
Merci pour ce blog et pour vos billets qui sont comme un rdv amical: nécessaires.
Un écho à des pensées, à un ressenti, qui nous fait sentir moins seuls. Un blog qui ouvre l'esprit sur des connaissances, des analyses différentes ou plus approfondies (en ce qui me concerne).
Merci pour ce que vous êtes et pour ce que vous nous apportez.
BONNE ANNEE Pace e salute

 
 
 
posté le mardi 29 décembre 2015

Carnet de notes (7)

Pascal Elbé vient de mettre en scène un film qui raconte l'édifiante histoire de l'escroc israélien Gilbert Chikli, incarné à l'écran par Vincent Elbaz, un ancien de La Vérité si je mens.

 

 

L'escroc au culot pyramidal exerce sa coupable industrie avec de simples coups de fil. Il bâtit une fortune malhonnête et risquée avec un cynisme absolu, en grande partie par amour pour sa femme, jouée par Julie Gayet. Voilà le résumé de Je compte sur vous.

Au journal de TF1 ce soir, Pascal Elbé, poussé par le journaliste qui l'interviewvait, a été contraint de reconnaître que l'escroc - bien réel -  doit toucher  des royalties s'élevant à 0,15% du prix de chaque entrée.

L'amoralité, décidément, s'est répandue dans notre pays qui, hélas, ressemble de plus en plus à une république bananière.

Un escroc condamné à 7 ans de prison en France, actuellement réfugié en Israël, qui s'enrichit avec le recit de ses vols ! La compagne du président de la République qui joue un rôle de premier plan dans ce film !

Qui dit mieux ? 

 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 30-12-2015 à 10:11:49

On aura du mal à faire mieux..!! Un petit croissant.?? ‼️‼️pour faire passer ce dernier..affront..!! Fse

 
 
 
posté le dimanche 27 décembre 2015

Carnet de notes (6)

Grande nouvelle ! on va expérimenter en Ile de France et dans deux autres régions la circulation des motards entre les files de voitures.

Si c'est concluant, le code de la route sera modifié pour autoriser les motos à passer entre les files de voitures et de camions.

 

 

 

 

Un détail : il y a trente ans que cela se fait. C'est tellement entré dans la norme quotidienne sur les autoroutes et les périphériques urbains que les motards klaxonnent rageusement pour faire s'écarter les voitures et même, de plus en plus fréquemment, frappent de la main ou du pied le véhicule qui ne se pousse pas assez vite à leur gré.

C'est un beau pays que celui où l'on expérimente ce qui existe déjà depuis plus d'une génération.

 

***

 

 

La Corse, sortie des radars depuis quelques mois, fait un retour fracassant dans l'actualité.

A la suite d'un traquenard tendu par des voyous de banlieue aux pompiers d'Ajaccio, la population indignée est descendue dans la rue pour exprimer sa colère. Elle a eu raison.

On aimerait que dans les "quartiers" de Métropole les riverains eux aussi excédés aient la même réaction.

Ce qui est moins louable, en revanche, ce sont les slogans racistes scandés par les manisfestants ainsi que le saccage d'un lieu de culte musulman.

Ce n'est pas la première fois que sous couvert de particularisme insulaire la Corse se signale par son rejet violent des "étrangers ", pieds noirs, métropolitains ou maghrébins. Ce n'est pas son visage le plus avenant.

Soit dit en passant, les chaînes d'information en continu prennent un malin plaisir à faire des gros plans sur un coran à demi brûlé comme si, dans la période que nous traversons, ces images ne présentaient aucun risque.

A insister sur elles on prend la responsabilité de déplacer le point de vue du côté des musulmans en estompant l'origine de cette violence qui est une agression insupportable contre un corps dévoué à la sécurité des citoyens au travers duquel des jeunes égarés par la haine de la France  veulent  montrer leur rejet de la société française dans son ensemble.

Ce qui complique encore l'équation corse, c'est que ces jeunes maghrébins anti-français sont vomis par des corses, eux-mêmes en délicatesse avec la France. 

 

 

 

 

La Corse s'est dotée d'une assemblée régionale à majorité indépendantiste. Il est à craindre qu'elle fasse à nouveau parler d'elle.

Il est aussi à craindre que le discours officiel qui consiste à ménager la chèvre et le chou en condamnant les violences commises par les jeunes issus de l'immigration tout en stigmatisant la réaction extrêmiste de la population autochtone ne soit pas une solution au problème corse. Cette prétendue modération , au contraire, ne fait qu'envenimer les choses. 

 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 27-12-2015 à 17:02:00

La métropole..!! Je rêve..!! La Corse..ses dérives..ses excès..ras le bol..!! Fse

2. Icaunaise  le 28-12-2015 à 08:46:54

"le discours officiel qui consiste à ménager la chèvre et le chou, etc, etc...." Auriez-vous une solution miracle pour régler tous ces épineux problèmes ou avez-vous dans vos relations un "superman" qui attend sagement qu'on le lui demande pour ramener le calme et la félicité dans ce monde tourmenté?

3. Frank-Marie-THOMAS  le 28-12-2015 à 13:35:35  (site)

@ icaunaise
"La solution miracle", certes non.
Il n'y en a aucune dans l'urgence. Je puis vous dire cependant que c'est le laisser-aller et la paresse des responsables depuis au moins trente ans qui nous ont conduits où nous en sommes, en Corse comme ailleurs.
Modestement, à ma place de professeur, j'ai, durant quatre décennies lutté au jour le jour contre le laxisme et les idées saugrenues qui sont parvenues à abîmer la magnifique Ecole française, fondement de notre édifice social.
La reconstruction ne sera pas "miracle". Elle sera le fruit d'un effort continu de tous, fonctionnaires de l'Etat ou personnels du privé, élus, medias, pour redonner sens aux notions d'autorité, de respect des autres et de soi-même, d'ouverture d'esprit.
Pour l'heure, les lamentables responsables qui sont censés nous gouverner sont en plein brouillard, soutiennent un chose et son contraire et s'agitent pour faire oublier qu'ils font du sur place.
C'est tout ce que je disais à propos de leur attitude floue dans l'affaire corse. On n'en a pas fini avec elle.

4. fugace  le 04-01-2016 à 14:41:09

[On n'en a pas fini avec elle.]

Et c'est peut-être tant mieux. Je suis pour ma part convaincu que la situation intérieure et extérieurs que nous vivons (pour ne pas dire subissons) ici pour ne parler que de la France (Mayotte incluse) ne pourra se décanter qu'avec les forces intrinsèques des nouvelles entités régionales.
Qui ne crois pas depuis maintenant depuis plusieurs décennies, que "moteur" tourne à l'envers ?

 
 
 
posté le jeudi 24 décembre 2015

Vive la France !

 

 

 

Joyeux Noël ! 

 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 24-12-2015 à 13:19:42

Je partage volontiers avec vous une "vendanges tardives "..bon sang ne saurait mentir..!' Fse

2. jean 26  le 24-12-2015 à 14:39:09

Voila une crèche de noël qui me plait beaucoup pouvez vous laisser vieillir le petit jésus jusqu'à ma prochaine visite
Merci et bon Noel

 
 
 
posté le mercredi 23 décembre 2015

Déchéance ou indignité ?

Selon toute vraisemblance, le président de la République est sur la voie du renoncement à l'utilisation de la déchéance nationale.

 

 

 

Cette reculade, qui n'est pas la première depuis le début de son mandat, est hautement symbolique. C'est en effet dans le cadre le plus solennel que la République puisse offrir que la promesse avait été faite.

Il y a un mois, devant le Parlement réuni en congrès à Versailles, dans une ambiance d'union nationale après les épouvantables attentats du 13 novembre, François Hollande annonce qu'il est favorable à  la déchéance de nationalité pour les citoyens ayant une double nationalité, même s'ils sont nés français, à condition, bien sûr, que le Conseil Constitutionnel l'approuve.

Cette  annonce avait alors suscité une sorte d'unanimité, seuls quelques parlementaires ayant émis des réserves.

 

Voici que devant les réticences de plus en plus ouvertement exprimées par l'aile gauche de leur majorité qu'ils veulent ménager en vue de l'élection présidentielle de 2017, Hollande et Valls s'apprêtent à enterrer cette idée qui pourtant vient d'être considérée comme légale par le Conseil Constitutionnel.

La raison invoquée pour justifier cet incroyable et soudain revirement est que cette mesure serait inefficace.

 

C'est là un argument d'une totale mauvaise foi. Personne, en effet, n'a jamais cru que la menace d'être privé de la nationalité française pût faire renoncer à son projet un individu décidé à se faire exploser. Le caractère dissuasif de cette mesure - quand on sait que la peine de mort elle-même serait en l'occurence inefficace - est absolument nul.

Mais cet argument pragmatique est hors sujet. La déchéance de nationalité qui consiste à rejeter  hors de la communauté nationale un individu qui a accompli un acte criminel envers la nation est une peine infâmante dont la raison d'être, précisément, est dans son caractère infâmant.

Y renoncer pour pouvoir poursuivre sa petite tambouille politicienne est à la fois imbécile et honteux. 

Imbécile parce que cela envoie un message de faiblesse dont le pays n'a surtout pas besoin en ce moment; honteux parce que c'est une trahison de la parole donnée. 

 

Le président et son gouvernement,Christiane Taubira en tête, nous expliquent que  pour remplacer la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux, il faut les poursuivre pour indignité nationale.

L'indignité nationale crée en 1944 pour punir les collabos est un chef d'accusation dont la sanction est la dégradation nationale.

Celle-ci ôte au condamné le droit de voter, d'être élu, de faire partie de la fonction publique, de diriger une entreprise, d'être membre d'un syndicat, d'exercer des professions juridiques, de journalisme, de posséder des armes.

 

A première vue, donc, la dégradation nationale qui sanctionne l'indignité nationale est une peine tout aussi dissuasive que la déchéance de nationalité. Mais à première vue seulement.

L'individu frappé de dégradation nationale reste tout de même français. Ses droits sont réduits à presque rien, certes, mais il continue de faire partie de la communauté nationale.

La déchéance de nationalité, elle, le retranche du corps social, vivant ou mort.

 

Dans le titre de cet article, je pose la question du choix entre déchéance ou indignité.

La reculade de Hollande et de Valls qui, derrière leurs attitudes et leurs discours martiaux ont du mal à dissimuler leur lâcheté et leur faiblesse, est à mes yeux à la fois une déchéance et une indignité.

 

 

Ajouté le même jour à 18 h :

 

Revirement sur revirement; il semble que le président de la République souhaite maintenir, finalement, la déchéance de nationalité dans la Constitution.  Si tel est le cas il aura échappé à l'indignité. Encore faut-il que sa majorité le suive.

A dire vrai Hollande lorsqu'il promis cette mesure le 16 novembre devant le Congrès espérait certainement que le Conseil d'Etat la repousserait. Celui-ci l'ayant considéré comme constitutionnelle, le président, contrairement aux affirmations imprudentes de Madame Taubira hier à Alger, après avoir hésité, a fini par s'en tenir à sa promesse.

La gauche de son parti est mécontente; mais la Droite est en quelque sorte piégée, forcée de voter un texte qui va dans son sens. On nage en pleine politicaillerie

 

 

 

 


Commentaires

 

1. Bellatrix  le 23-12-2015 à 12:18:21  (site)

Vais m'abstenir de répondre.

2. Florentin  le 23-12-2015 à 13:49:14  (site)

Si j'en crois les informations télévisées de ce midi, on a reculé sur la reculade. La cacophonie continue ...

3. jean 26  le 24-12-2015 à 00:18:43

Quand vous écrivez On nage en pleine politicaillerie vous vous voulez dire en plein bordel ?????

4. fugace  le 04-01-2016 à 15:01:06

"La déchéance de nationalité, elle, le retranche du corps social, vivant ou mort."
Pour ma part, je ne me suis pas encore convaincu de la hauteur de la démarche.
Il eut fallut bien poser les circonstances des actions. Temps de paix ou temps de guerre véritable.
En temps de guerre, on parlera avec justesse de terrorisme, alors pourquoi pas un tribunal militaire avec toutes les conséquences violentes pour la ou les individu(e)s concernées ?
En temps de paix, même si le résultat des actions c'est aussi le même nombre de victimes, la démarche de la justice ne pourra jamais être la même. Ou alors, il faut rétablir la peine de mort.

J'ai lu récemment le papier de
François-Xavier Bellamy : «L'année 2015 a été celle du choc des incultures» / Figarovox.
Je suis convaincu que la République porte une lourde responsabilité s'agissant des 10 000 fichés à risques (à minima) au sens de leur radicalité potentielle. Ou est l'action de choc nécessaire ?
Certainement pas l'Etat d'urgence pendant lequel les voitures brûlent quand même !

 
 
 
posté le lundi 21 décembre 2015

La chercheuse-clown.

Par hasard je suis tombé cet après-midi sur l'émission " Les Grosses Têtes " de France2.

 

 

 

 

 

 

 Parmi les chroniqueurs se trouvait une certaine Marcela Iacoub dont la tenue et l'affectation étaient proprement grotesques. Maquillage outrancier, petit bibi ridicule, chaussures difformes et multicolores; un mauvais clown.

J'y aurais à peine prêté attention si cette créature chichiteuse et terne à la fois ne m'était pas un peu plus particulièrement connue.

C'est qu'elle a été, il y a une vingtaine d'années, l'étudiante de mon frère qui a dirigé son DEA puis l'a côtoyé à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes où il était directeur d'études.

A la mort de mon frère, en 2008 elle se signala par sa hâte à vouloir réunir tous ses textes et articles afin d'en être en quelque sorte le successeur. Si mon neveu ne s'y était pas opposé, sans doute cela se serait-il passé ainsi.

Depuis elle court après la notoriété médiatique en défendant des idées qu'elle veut à contre-courant et qui ne sont que pures provocations sans fondement. 

Mon frère était un savant dont la pensée juridique a influencé une génération de chercheurs. Il s'est toujours refusé à la banalisation médiatique de sujets par nature extrêmement complexes.

Madame Iacoub, reprenant les contours extérieurs de sa méthode, prétend éclairer la société dans laquelle nous vivons et tente de faire passer ses provocations à visée publicitaire pour une réflexion sur le fond. Ce faisant elle trahit deux fois Yan Thomas, sur le fond et dans la forme.  

 

 

C'est cette même femme qui,  en 2013, publie ce qu'elle nomme un roman pour échapper aux foudres de la justice, Belle et Bête, où elle raconte sa relation de quelques mois avec Dominique Strauss-Kahn, brossant de lui le portrait d'un "cochon" alors même qu'il se débattait dans les suites juridiques de l'affaire de New-York. Elégance !

 

La voici réduite, elle, chercheuse au CNRS, à minauder, à endosser les oripeaux de la femme sensuelle et libérée, à faire le pitre sans aucun talent d'ailleurs, dans une émission de gros rire.

Il y a des gens comme ça qui vous font aimer le genre humain. 

 


Commentaires

 

1. Bellatrix  le 21-12-2015 à 18:18:32  (site)

Bonsoir.
La voilà habillée pour l'hiver.

 
 
 
posté le samedi 19 décembre 2015

Un tout petit bonhomme.

 Claude Bartolone n'a pas remporté l'élection dans la région Ile de France. Du coup, il démissionne de son mandat.

 

 

 

La médiocrité de ce personnage, que j'ai déjà eu l'occasion de pointer ici, est tout entière contenue dans cette lâche attitude.

Honorablement battu par Valérie Pécresse - après l'avoir insultée, ce qui d'ailleurs a dû contribuer à sa propre défaite - il n'attend même pas le délai prévu pour démissionner de son siège de conseiller régional.

Ce faisant, il contredit toutes les grandes déclarations d'amour faites à la région à laquelle, disait-il dans un tweet du 9 décembre, il consacrerait dorénavant tout son temps.

 

Certes, il n'est pas le seul à refuser ainsi de siéger dans l'opposition : c'est aussi le cas de Philippe Vigier, centriste, qui n'ayant pas remporté l'élection en Centre Val de Loire, vient de démissionner de son mandat de conseiller.

L'étroitesse partisane de Bartolone, son irrespect pour ses adversaires se double là d'un irrespect pour ses partisans.

Ceci joint à sa ridicule et hypocrite pseudo-démission du perchoir de l'Assemblée Nationale  et à son congé maladie plus que suspect achève le portrait d'un tout petit bonhomme.

 

 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 20-12-2015 à 10:36:27

Ce petit minus a trouvé la force nécessaire, le soir de son abandon de poste et malgré un etat de sante alarmant.,!! D'aller boire un coup avec ses copains du groupe socialiste de l'assemblée nationsle..le PS.. Ça vous requinque un homme en un temps record..!! Mieux qu'un pèlerinage a Lourdes..!! Sourire..bon dimanche.. fse

2. Florentin  le 20-12-2015 à 15:30:55  (site)

Le PS s'est, une nouvelle fois, couvert de ridicule en choisissant l'acclamation pour remonter au perchoir ce triste sire et ce mauvais perdant.

 
 
 
posté le samedi 19 décembre 2015

Aïe ! Coudray !

Lisez et relisez cette phrase prononcée à l'ouverture du journal de 20h de TF1 hier, 18 décembre :

 

Elles ( les fêtes de Noël et du jour de l'an ) sont synonymes de fête de famille et de crise de foie, mais on les attend avec impatience.

 

Madame Anne-Claire Coudray, inoubliable auteur(e) de cette ineptie, trace donc une équivalence entre les réunions de famille et les crises de foie !

Le "mais" laisse à penser que les réunions de famille sont une plaie inévitable qui ne nous empêche cependant pas d'aimer Noël.

A moins qu'elle ne se soit mal exprimée ?

  

Il faut prendre la peine de bien écouter ce que ces gens-là racontent pour ne pas être contaminé par leurs bourdes et leurs approximations.

Sans ce salutaire effort - qui n'est accessible qu'à ceux d'entre les téléspectateurs et les auditeurs qui ont développé leur esprit critique - nous avons toutes les chances d'être contaminés.  

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 19-12-2015 à 10:33:21  (site)

Je crois que le "mais" visait surtout la "crise de foie", mais, vous avez raison, la phrase, prise dans son ensemble, pouvait prêter à confusion. Il faut dire qu'il y a beaucoup d'approximations dans le langage parlé. On ne se surveille pas assez.

2. Frank-Marie-THOMAS  le 20-12-2015 à 07:44:05  (site)

Florentin

Je ne partage pas votre interprétation : le pronom personnel "les" reprend bien à la fois les "fêtes de famille" et la "crise de foie". Grammaire oblige.

3. Florentin  le 20-12-2015 à 18:03:26  (site)

Je me suis sans doute mal exprimé.Je partage totalement votre analyse grammaticale. Mais, je pense que Mme Coudray ne voulait pas vraiment dire ce que l'on doit comprendre en l'écoutant. Ce qui ne l'exonère pas de sa faute, bien sûr.

4. La cigogne  le 21-12-2015 à 08:49:34

Allons allons messieurs..un peu de tolérance..que celui qui n'a jamais faute..etc..etc..dans l'esprit de Noël..!! Pardonnons lui...cette grossière et intolérable faute..!!fse

 
 
 
posté le jeudi 17 décembre 2015

Ils ont tous tort.

Hier matin, au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV, Gilles Kepel traçait ( prudemment) un paralèlle entre Daesh et le Front National.

 

 

Certes le politologue, professeur à Sciences Po, ne prétendait pas que le Front National pouvait être mis sur le même plan que l'état islamique, ni que ses positions étaient  comparables aux crimes de celui-ci.

Le rapprochement qu'il faisait portait sur ce qui à ses yeux était commun à Daesh et au FN, à savoir l'obsession du repli identitaire.

En admettant même, ce qui se discute, qu'une lecture structuraliste et purement universitaire puisse aboutir à un tel constat, l'exprimer ainsi devant un public non spécialiste, à une heure de grande écoute, est une provocation, qu'on le veuille ou non. 

 

Toutes les précautions oratoires de Kepel et celles aussi de Bourdin ne sauraient suffire à rendre ce parallèle acceptable.

Outre qu'il met sur le même plan une idéologie et une pratique, il introduit une équivalence entre deux phénomènes absolument différents.

Dans ces conditions, on comprend que les responsables du Front National, dont les nerfs viennent d'être mis à vif par les résultats de dimanche, aient, comme dit François Bayrou ce matin, "pété les plombs".

Le rapprochement inepte de Gilles Kepler amplifié par Bourdin est perçu par eux et par leurs électeurs, sans doute, comme une injustice et une insulte grave. D'autant plus que le fond de commerce du FN est précisément la dénonciation de l'islamisme radical et de ses dérives criminelles.

 

Sans prendre le temps de la réflexion, pour se démarquer de façon frappante de Daesh et pour infirmer les assertions de Kepler et les sous entendus de Bourdin, Marine Le Pen publie illico sur son compte des photos horribles dont celles d'un cadavre décapité et d'un prisonnier brûlé vif. Ce faisant, elle va exactement dans le sens de ce que les assassins souhaitent et, objectivement, se fait leur complice.

Elle, ordinairement maîtresse d'elle même et habile, tombe dans un piège grossier, mue par le désir forcené d'avoir le dernier mot.

Elle outrepasse la décence et blesse gravement les parents et les proches des victimes du 13 novembre.

Accessoirement,  à mon avis, elle perd  toute chance d'être jamais élue présidente de la République.

 

 

 

 

Articles liés
Bourdineries
 


Commentaires

 

1. Florentin  le 17-12-2015 à 16:04:10  (site)

Marine Le Pen est certes une habile politicienne, mais elle me semble effectivement trop esclave de ses nerfs. Quant à Kepel, il aurait mieux fait de s'abstenir. D'autant que sa démonstration était, pour le moins, tirée par les cheveux.

 
 
 
posté le mercredi 16 décembre 2015

Pile ou face ?

Dans la même semaine, on entend une chose et son contraire. L'incohérence règne en maître.

 

 

Pile, COP21, grandes envolées sur l'objectif de maintenir le réchauffement climatique en dessous de deux degrés centigrades au cours du siècle à venir. Bons sentiments, engagements solennels, vertu civique.

 

 

Face, gasoil en dessous de un euros dans les grandes surfaces. Bonne nouvelle pour les particuliers qui roulent et se chauffent à ce carburant fossile.

Pile, retour des bons points à l'école. Ces récompenses honnies par les pédagogistes durant des décennies, reviennent en grâce auprès des autorités ministérielles et rectorales.

 

 

 

Face, on apprend que la proposition formulée dès 2013 de réduire les bourses au mérite est mise en oeuvre. Pour les élèves nécessiteux ayant eu une mention bien au bac cette bourse va dorénavant être réduite de moitié, passant de 1800 euros à 900 euros annuels, mais sera attribuée à tous les élèves, quels que soient leurs résultats.

 

Comprenne qui pourra. 

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 17-12-2015 à 16:06:48  (site)

Malheureusement, quand on lance la pièce, elle tombe toujours sur pile ou face. Jamais sur la tranche. Ce qui, peut-être, aplanirait parfois les choses ...

 
 
 
posté le mercredi 16 décembre 2015

Les esclaves modernes.

 

       Pendant l'occupation, la pénurie d'essence a favorisé les vélo-taxis...

 

. 

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, dans nos villes, on en revient à une forme d'esclavage

absolument intolérable à mes yeux;

il est vrai que c'est pour "sauver la planète",

d'où le sourire de ces esclaves modernes.

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 17-12-2015 à 11:08:42

J'ai toujours eu beaucoup de mal à me faire promener par un attelage humain en Asie..,ou , pourtant, cela représente une réelle source de revenus, et j'avoue n'avoir jamais compris et admis ce mode de déplacement dans nos contrées..!! Fse

2. Florentin  le 17-12-2015 à 16:08:55  (site)

Honnis soient ces temps où, faute de travail, on est obligé de recourir à des boulots aussi humiliants.

3. Fusette  le 17-12-2015 à 19:44:36  (site)

C'est vrai que depuis quelques siècles nous avons perdu l'habitude des chaises à porteur..Perso, je trouve ce mode de locomotion urbain plutôt sympa à bien des égards..Ecolo et activité sportive pour les "chauffeurs", de plus les vélos sont à assistance électrique..Je connais un étudiant qui fait çà à Rennes les w.e. Il se dit bien rémunéré par son employeur et il garde les pourboires..Clin doeil1

4. Frank-Marie-THOMAS  le 18-12-2015 à 08:31:33  (site)

@ Fusette

Ecolo, sans doute. Mais il ne faudrait pas que cet argument devienne le prétexte, comme c'est déjà le cas dans nombre de domaines, à une régression sociale. En l'occurrence c'est le cas selon moi.
Tous ces vélos-taxis ne sont pas - loin de là - à assistance électrique. Ce serait en effet moindre mal.

5. causons  le 19-12-2015 à 13:40:38  (site)

Bonjour,
Je ne suis pas d'accord...
Affirmer que ce genre de travail est humiliant, mais pour quelles raisons, on dit bien que "toute peine mérite salaire", ou "il n'y a pas de sot métier"...
Ce que je trouve humiliant, c'est l'esthéticienne qui accepte de faire l'épilation de "la pastille" ou même ceux dans les oreilles ou des "vibrisses" (poils dans le nez), beurk !
Mais là, pédaler... (!?) pas de quoi se sentir humilié, dites donc cela aux jeunes gens qui aiment ce petit job à Nice, moi je trouve ça plutôt sympa...

6. Frank-Marie-THOMAS  le 19-12-2015 à 16:08:09  (site)

@ causons

Libre à vous, bien sûr, d'approuver et de trouver "sympa" ce mode de transport.
Quant à moi, je lui trouve un cousinage étroit avec les chaises à porteurs, les palanquins et les pousse-pousse, toutes choses marquant une société inégalitaire exploitant la sueur du faible.
Je vous sais gré, cependant, de n'avoir pas utilisé pour le défendre l'insupportable argument "écolo".

7. causons  le 20-12-2015 à 14:43:39  (site)

Bonjour,

Ben non, je ne suis pas convaincue que "pédaler" soit si dégradant, que penser alors des employées en charge de la tenue du ménage d'une famille... ?
C'est bien pire... donc vous voyez où je voudrais en venir...
Mais je n'en ferais rien, vu qu'on sait tous que les tâches ménagères sont partagées au sein d'une famille de nos jours...
(C'est cela, rêvons, il y aura toujours des "esclaves" c'est plus que certain ! mdr )

 
 
 
posté le lundi 14 décembre 2015

Scusi per la modestia...

"Excusez ma modestie"... Exceptionnellement je vais citer un court extrait de mon billet du 10 décembre, pour clarifier les choses. On comprend en le lisant et en se reportant aux deux billets précédents (en lien) que le résultat de l'élection d'hier ne constitue pas une surprise pour moi. Il est cependant lourd de conséquences et d'exigences pour les mois qui viennent.

 

 

" A deux reprises dans mes billets précédents j'ai envisagé l'hypothèse que malgré les résultats très flatteurs du premier tour, l'électorat du second tour pouvait fort bien se reprendre et barrer in extremis la route aux candidats du Front National arrivés en tête.

En effet, après avoir dit leur mécontentement sans frais, les électeurs se trouvent confrontés à la nécessité de choisir ceux qui durant six ans vont diriger leurs affaires, et ce choix crucial est influencé par les craintes que les candidats frontistes eux-mêmes et le tapage médiatique qui les précède, ont enraciné dans leurs consciences."

 

Commençons par observer que si le Front National ne parvient pas à passer victorieusement la barre du second tour , tout - même l'improbable - a été fait pour l'en empêcher, depuis les retraits de liste jusqu'aux vociférations hystériques du premier ministre et de ses affidés.

Par ailleurs l'utilisation habile et ultra politicienne des attentats horribles de novembre et du grand cirque médiatique de la COP 21 a permis aussi, le temps d'une élection, de détourner les yeux du peuple des souffrances qui sont les siennes, chômage et pouvoir d'achat en tête. 

 

Reste, malgré le tapage fait autour de la prétendue "défaite" du FN et de ses dirigeants, que le parti des Le Pen enregistre des scores inouïs et surtout fait élire des centaines de conseillers régionaux, sur tout le territoire à l'exception notable de l'Outre-Mer. Ce maillage d'élus ne peut qu'approfondir encore l'emprise de ce parti dans les métropoles, les villes et les campagnes, préparant ainsi de futures victoires.

Ne passons pas non plus sous silence les moyens financiers qu'une telle foule d'élus représente pour leur formation et les possibilités d'action et de propagande qu'ils leur offrent. 

Envisageons lucidement aussi que dans deux grandes régions, le Nord et PACA, le Front National, représenté par des groupes pléthoriques, sera durant six ans la seule voix de l'opposition, surtout si messieurs Bertrand et Estrosi gouvernent en tenant compte, comme ils le promettent, des attentes des électeurs de gauche qui leur ont permis d'être élus. 

 

Mais la principale leçon à tirer des élections d'hier est que, sous la pression du peuple et de la nécessité, il va falloir que se mette en place une complète refonte de la géographie politique française.

Le parti socialiste est plombé par ses "alliés" Front de Gauche et Verts qui le rejoignent le temps d'un second tour de scrutin, mais qui, le soir même, retournent à leur opposition sans concession. Pour le PS, c'est une impasse.

De même, les Républicains et les Centristes sont dans l'obligation électorale de s'entendre tactiquement, mais chacun, mu par des intérêts divergents, reprend ses billes dès l'élection passée. Pour Les Républicains, c'est une impasse.

L'inexorable progression en voix du FN oblige, sous peine de disparition, les deux blocs de la vie politique à se fragmenter et à se recomposer, moitié de la Gauche avec la Droite et moitié de la Droite avec la Gauche.

Quand plus rien ne sépare un Valls ou un Macron d'un Raffarin ou d'un Le Maire, quand on aurait du mal à distinguer ce qui peut bien opposer une Kosiusko-Morizet d'une Hidalgo, l'heure est venue de cesser de faire semblant et de s'unir à ceux avec qui on a tout en commun.

 

Or la cause de cette coupure artificielle de la France en deux camps, qui prétendent s'opposer quand tout les réunit, est dans le second tour de l'élection présidentielle qui fait s'affronter deux écuries qui devront s'opposer durant cinq ans pour justifier le combat qu'elles ont mené. Il  va donc falloir passer par une réforme profonde des institutions voulues par de Gaulle et Debré en 1958, qui sont dorénavant un lourd handicap pour la France.

 

Faute de cette courageuse refonte de nos institutions - et il ne faut sûrement pas compter sur un François Hollande pour avoir un tel courage - la montée de l'extrêmisme ne pourra pas être durablement endiguée. 

 

 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 14-12-2015 à 11:13:43

Le parti de Mme Le Pen est arrivé en tête dans notre département..!!les voix portees sur ce parti montent en puissance..et je pense que nos magouilleurs de première classe ont l'obligation de se bouger les fesses -pardon pour cette familiarité!!- dans la perspective de 2017..quant à Bartolone il m'a fait penser a un certain Jospin un soir de déroute électorale ..fse

2. Frank-Marie-THOMAS  le 14-12-2015 à 13:53:43  (site)

@ La Cigogne
Oui, à un détail près cependant : Jospin a dit qu'il se retirait de la vie politique et il a tenu parole.
Bartolone, lui, a mis en scène une pseudo démission du perchoir sachant pertinemment que le groupe socialiste de l'Assemblée ne peut pas faire autre chose, à un an de la présidentielle, que de le reconduire.
Comme disait La Rochefoucauld au sujet de la "retraite" du cardinal de Retz : " sa retraite est la plus fausse de ses actions".

3. La cigogne  le 14-12-2015 à 15:44:46

Jospin n'est il pas revenu sur les bancs du Conseil Constututionel??.. Pourrai je vous demander ce que vous pensez du vote nationaliste en Corse?..moi: il me choque terriblement..et dans ma colère.. Je suis prête a voter l'arrêt de toute subvention..Aide..et autres mânes republicaines..ils souhaitent leur indépendance..c'est le moment de leur offrir..un p'tit p'aisir..quand on peut rendre service..!! Je suis..agacée..!! Merci pour votre réponse..francoise

4. Florentin  le 14-12-2015 à 16:04:47  (site)

Les lignes frontières deviennent effectivement plus floues entre la droite et la gauche. Mais leurs différences idéologiques originelles sont incrustées dans l'inconscient collectif politique. Tellemment, me semble-t-il, qu'il me paraît impossible que ces deux partis puissent un jour opérer leur fusion.

5. Frank-Marie-THOMAS  le 15-12-2015 à 08:08:31  (site)

@ Florentin

J'ai dû mal m'exprimer : je ne parle ni ne souhaite une quelconque "fusion" entre la Droite et la Gauche. Cela aboutirait à un magma politique bien peu démocratique, à une sorte de parti unique.
Je plaide pour la recomposition des familles politiques en trois grands pôles : les conservateurs nationalistes, les libéraux sociaux et les révolutionnaires. Ces trois familles existent, mais sont actuellement dispersées dans toutes les formations.

6. Frank-Marie-THOMAS  le 15-12-2015 à 08:13:22  (site)

@ La Cigogne

Le Conseil Constitutionnel est - ce qu'il ne devrait pas être, je vous l'accorde - une assemblée de retraités de la politique active; des sages, comme on les nomme.
Le succès relatif (25 % des suffrages ) des autonomistes - puisque c'est ainsi qu'ils se nomment eux-mêmes - n'est en rien le signal d'un désir corse d'indépendance.
Si un référendum avait lieu dans l'île sur la question de la séparation d'avec la France, ces 35 % seraient réduits à la portion congrue et les électeurs restants voteraient non.
Toutes choses égales paar ailleurs, la M

7. Frank-Marie-THOMAS  le 15-12-2015 à 08:14:43  (site)

(Suite ) la Martinique vient de voter pour une liste indépendantiste (Marie-Jeanne) alliée à la Droite (Monplaisir)...

 
 
 
posté le dimanche 13 décembre 2015

Chopard's shop chopé.

Faut-il en rire ? Oui, comme de tout ce qui est triste.

 

 

 

Il y a deux jours la boutique du grand bijoutier parisien Chopard

située en face de l'Elysée et à quelques mètres du ministère de l'Intérieur

a été braquée par un homme seul.

 

 

 

 

Son forfait accompli celui-ci est reparti à pied

avec son butin évalué à un million d'euros.

Il y a de quoi être rassuré, vraiment,

sur l'efficacité de l'état d'urgence

et des forces policières et miltaires qui quadrillent Paris :

 dans le saint du saint, à mi-chemin entre Hollande et Cazeneuve,

on peut, au plein jour,

dévaliser seul un illustre bijoutier ! 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 13-12-2015 à 11:32:58

Nous n'avons plus le droit de marcher sur le trottoir côté elysee..il arrive meme que le faubourg Saint-Honore doit interdit à toute circulation..il y a bon nombre de gardes républicains ..la place Beauvau est cernée par les forces de l'ordre..et on cambriole gentiment et tranquillement Chopard..!! Je me sens en sécurité..dormez tranquilles bonnes gens..on veille pour vous..!! Vive l'état d'urgence..joli dimanche à toutes et tous.fse

2. florentin  le 13-12-2015 à 15:38:33  (site)

J'en connais qui ont dû rire jaune en apprenant ce cambriolage. Aussi bien au ministère de l'Intérieur qu'à l'Elysée.

 
 
 
posté le dimanche 13 décembre 2015

France2, Itélé ! Et la loi ?

 

Le 18 novembre dernier, alors que l'assaut était en train d'être donné par les forces de l'ordre contre les assassins du 13, la télévision interviewe une voisine.

 

 

 

Celle-ci  parle cachée par un niqab.

Faut-il rappeler que la loi du 11 octobre 2010 interdit absolument de dissimuler son visage, par quelque vêtement ou moyen que ce soit, sur l'espace public ?

Comment France2 et Itélé ont-ils pu se laisser aller à une transgression aussi grossière, dans une période aussi sensible de surcroît ?

Comment croire après cela que les mesures exceptionnelles liées à l'état d'urgence seront réellement appliquées et surtout dissuasives et efficaces ?

N'y a-t-il pas quelque chose de décourageant dans cet incroyable laxisme, resté jusqu'à ce jour impuni ? 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 13-12-2015 à 11:27:18

Nous étions, Marc et moi, tres agacés devant ce reportage..devant le laxisme de cette télévision de service public.. Et de l'arrogance de cette femme a provoquer..je suis en rogne devant ces populations qui ne respectent pas leur pays, leur pays d'accueil.. Les lois en application..tout le monde a sa part de responsabilité.. Quand je pense qu' à Dubaï.. Une femme qui montre ses épaules risque la prison.!! Un vrai et juste milieu me semblerait idéal..et applicable..

2. florentin  le 13-12-2015 à 15:33:52  (site)

L'application de la loi sur le voile pose problème parce qu'elle fait des vagues. C'est la raison pour laquelle elle restera élastique. Conclusion ; il valait mieux ne pas voter cette loi. Elle met l'Etat en état de faiblesse et ça fait désordre. .

 
 
 
posté le samedi 12 décembre 2015

Bartolone, le visage de la mesquinerie.

 

Si la mesquinerie a un visage, il ressemble à celui-ci.

 

 

Claude Bartolone est un cumulard du genre que les Français, dans leur grande majorité, ne supportent plus. Le parti socialiste a cru bon, en remplacement de Jean-Paul Huchon qui avait fait son temps, de choisir ce cacique grisâtre et étroit d'esprit.

 

Se sentant distancé dans les derniers jours de la campagne par sa concurrente de droite,  il se permet des écarts de langage tout à fait insupportables et en complète contradiction avec la vertu républicaine dans laquelle il ne cesse de se draper.

Il imite en cela le premier ministre qui donne dans une surenchère grotesque et dangereuse à la fois, en prédisant une "guerre civile" si le Front National venait à emporter une région demain soir.

 

Que le président de l'Assemblée Nationale, tenu par sa fonction à beaucoup de dignité et de maîtrise de soi, se laisse aller, pour grapiller quelques voix, à insulter gravement son adversaire et à la calomnier pour lui faire mal est une attitude indigne et qui aurait due être condamnée par son parti et par le premier ministre, chef de la majorité.

 

Bien loin de cela, le parti socialiste le soutient, Manuel Valls se précipite à son secours et - hormis la présidente des Verts, pourtant son alliée dans cette élection - personne n'a le courage et la dignité de condamner ses infâmes propos.

Il faut dire que l'homme est un spécialiste des coups bas et des petites manoeuvres.

Déjà juste après les attentats du 13 novembre, il avait publié sur Twitter un tag appelant à voter pour lui en hommage aux victimes...Attitude de charognard absolument répugnante.

Voici qu'en accusant Valérie Pécresse de prôner la supériorité de la "race blanche", récupérant ainsi une polémique récente autour de Mme Morano, il tente de la mettre en difficulté en l'obligeant, pour se laver de cette ignoble accusation, de se justifier et, pense-t-il, de perdre ainsi des voix sur sa droite.

Madame Pécresse n'a évidemment pas à se justifier, et il est à espérer que cette boue qu'on lui lance lâchement reviendra au visage de son accusateur. 

 

Reste que Claude Bartolone, en employant ces méthodes de voyou, participe à la dégradation de notre vie politique et au rejet massif que celle-ci suscite chez un nombre croissant de nos concitoyens. 

 

Ajout du 14 décembre : 

 

Bartolone a été heureusement battu; il ne méritait pas d'être élu et Valls s'est déshonoré en lui passant ses insultes.

Mais voici qu'il va un peu plus loin dans l'hypocrisie en remettant en jeu son siège au perchoir de l'Assemblae Nationale alors qu'il sait pertinemment qu'en cette période plus que délicate pour les socialistes, il ne court aucun danger d'être remercié. Tartuffe !  

 

 

 

Articles liés
Un tout petit bonhomme.
 


Commentaires

 

1. Bellatrix  le 12-12-2015 à 10:42:10  (site)

Pouah!!!! Pouah!!! Voilà ce que tout cela m'inspire...
Entièrement d'accord.Il faudrait le déchoir de sa fonction de président à l'Assemblée Nationale.
Et qu'il ne puisse plus être éligible une bonne fois pour toutes.
Ce n'est pas la première fois que Manuel Valls a l'indignation sélective.
Il s'est porté ainsi garant de l'honneur de Michel Platini au début de ses ennuis avec la FIFA.
Il a fait une déclaration en ce sens.J'étais outrée!
Quand on est un homme d'Etat l'on ne fait pas ce genre de déclarations intempestives.L'on se garde bien d'intervenir en aucune façon en préjugeant à l'avance du résultat d'une enquête de probité sur une personne...d'autant plus si l'on entretient un lien d'amitié avec cette personne.
Un homme d'Etat se doit d'être impartial et rester neutre.
Ils agissent comme toute entreprise mafieuse qui soutient ses membres tant que ceux-ci font partie de leur clan.Tant que les membres oeuvrent pour assurer la pérennité de leurs privilèges.Tant qu'ils obéissent à la loi complètement pervertie du milieu.
Tout cela pour garder leurs postes et privilèges.. les leurs d'abord et ceux qui transitent autour..les droits des citoyens,quant à eux, passent bien après leurs petits combines entre gens de la même con-fré-rie!
Ce qu'ils nous donnent à voir me donne envie de gerber..c'est désolant..à vous dégoûter de la politique!

2. La cigogne  le 12-12-2015 à 12:23:36

Ce monsieur vaut-il un billet?..c'est un mufle..un sinistre et triste sire..arrogant..partial..obtus..un president de l'assemblée terne..pas du genre à élever le débat..!! Allez..!! Aux urnes citoyens..!! Fse

3. Florentin  le 12-12-2015 à 15:56:44  (site)

Je suis d'autant plus scandalisé par le discours de Bartolone que je suis un homme de gauche (enfin, de la vraie, pas de celle d'aujourd'hui). J'aimerais qu'en l'occurrence Valérie Pécresse lui dame le pion. Rien que pour voir blêmir sa tronche de faux-cul ...

 
 
 
posté le jeudi 10 décembre 2015

Les sondages modifient les sondages.

Deux sondages viennent de donner au Nord et au Sud, Mesdames Marine Le Pen et Marion Maréchal Le Pen  battues d'une courte tête par Messieurs Bertrand et Estrosi.

 

 

 

Pour surprenants qu'ils puissent sembler, ces scores ne sont pas tout à fait inattendus.

A deux reprises dans mes billets précédents j'ai envisagé l'hypothèse que malgré les résultats très flatteurs du premier tour, l'électorat du second tour pouvait fort bien se reprendre et barrer in extremis la route aux candidats du Front National arrivés en tête.

En effet, après avoir dit leur mécontentement sans frais, les électeurs se trouvent confrontés à la nécessité de choisir ceux qui durant six ans vont diriger leurs affaires, et ce choix crucial est influencé par les craintes que les candidats frontistes eux-mêmes, et le tapage médiatique qui les précède, ont enraciné dans leurs consciences.

 

L'extraordinaire succès du FN au premier tour est évidemment de nature à pousser les abstentionnistes aux urnes et, ce faisant, à infléchir les résultats du second. La montée qu'on observe depuis deux jours du nombre de procurations est un signal intéressant.

Le retrait des listes de gauche dans les régions Nord et PACA bouleversent les données, et obligent les électeurs de gauche à faire un choix plus que difficile, surtout dans le cas de C. Estrosi dont le moins qu'on puisse dire est que ses options passées ne montrent pas une franche hostilité à l'égard des idées du FN.

 

Deux remarques, cependant, me semblent  devoir être faites.

D'abord, il est étonnant que les sondages ne s'intéressent qu'aux deux régions où ont lieu des duels et ne concernent pas les onze autres où les choses ne sont pas du tout jouées. Je pense en particulier au Grand Est, au Languedoc Aquitaine, à la Normandie, etc. 

Il est vrai qu'il est plus facile de dégager des chiffres clairs avec deux listes qu'avec trois ou quatre, comme en Corse.

Mais il y a dans ce silence sur les trois quarts de la France quelque chose de pesant et d'anormal, qui pourrait laisser à penser que les sondages sont moins destinés à informer qu'à influencer.

Dans quel sens, finalement, jouera cette influence, si elle existe, telle est la question. Est-il impossible d'imaginer que les sondages défavorables à Mmes Le Pen depuis hier produisent un effet stimulant sur les électeurs qui leur sont favorables et qui ne sont pas allés voter dimanche dernier ? Ces questions réversibles à l'infini montrent bien le caractère pervers des sondages effectués à proximité d'un scrutin. 

 

Ensuite, ces incertitudes et ces interrogations, les manipulations toujours possibles de ces enquêtes dont la rigueur n'est pas certaine, les intérêts en jeu, tout me pousse à aborder avec la plus grande méfiance les sondages électoraux.

En ce qui me concerne, et depuis de très nombreuses années, je serais favorable à ce qu'ils soient absolument bannis des périodes de campagne.

Dans la majeure partie des communes de France par exemple, faute de moyens pour les candidats de s'offrir des sondages, et faute d'intérêt pour les instituts à en pratiquer, les élections municipales se déroulent sans qu'aucune enquête d'opinion ne vienne influencer le vote des électeurs;  chaque liste part  donc avec le même espoir de l'emporter. Cela me semble infiniment plus sain.

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 10-12-2015 à 15:41:55  (site)

Bonjour. Je suis un sportif .De fauteuil aujourd'hui (c'est l'âge, mon bon monsieur).. Aussi, j'aime le suspense et que la partie de soit pas gagnée ou perdu d'avance. C'est pourquoi, je n'apprécie guère tous ces sondage qui faussent ou infléchissent le résultat des courses. Mais, bon, il ne faut pas espérer qu'ils disparaissent. Les candidats en font le baromètre de leur campagne. A propos, j'ai lu avec gourmandise (voyez comme on est !) dans mon quotidien, ce matin, que les sondages en question sonnaient les glas des espoirs du FN aussi bien en NPDC qu'en PACA.

2. Florentin  le 10-12-2015 à 21:07:30  (site)

Je vous prie, une fois de plus, de ne pas avoir relu mon commentaire ci-dessous. Je suis impardonnable.

3. Frank-Marie-THOMAS  le 11-12-2015 à 08:01:10  (site)

@ Florentin

Vous êtes tout excusé.

4. Florentin  le 11-12-2015 à 14:21:18  (site)

Même mon "mot d'excuse" est troué. Va falloir que je fasse des brouillons ...

5. Frank-Marie-THOMAS  le 11-12-2015 à 19:48:24  (site)

@ Florentin
Au moins n'avez-vous pas perdu votre humour !

 
 
 
posté le mardi 08 décembre 2015

Estrosi ? Moi, jamais !

La rue de Solférino et son Grand Mamamouchi, JC Cambadélis, ont enjoint aux listes socialistes dans les régions PACA, Nord et Grand Est de se retirer du second tour des élections régionales.

 

 

Cet épisode assez lamentable de la vie politique française est plus important et significatif qu'on pourrait le penser au premier abord.

Je l'ai dit dans le précédent billet et je le répète : c'est une violence très grande faite aux électeurs et aux candidats que de les forcer à renoncer à tout ce pourquoi ils s'engagent, souvent au détriment de leur vie personnelle, pour permettre un montage politicien dont le résultat escompté est rien moins qu'assuré.

Tout ce que je puis dire à titre personnel, c'est que, m'étant moi-même trouvé, dans une élection municipale, dans une situation où le retrait de ma liste aurait permis à la liste sortante que je combattais jour après jour depuis des années, de l'emporter au second tour, je refusais de me soumettre à cette prétendue nécessité. Je ne l'ai jamais regretté. 

 

Une candidature est une sorte de contrat entre les candidats et les citoyens électeurs. Le terme principal de ce contrat est  de représenter ceux-ci durant les années du mandat qu'on sollicite et de porter dans l'assemblée qu'on rejoint la parole et les espérances de ses mandants.

Toute défection autre que contrainte par des raisons personnelles majeures, tout refus de continuer la lutte entre les deux tours est une trahison.

On pourra l'habiller des oripeaux que l'on voudra, ce fait demeure et sera toujours reproché à ceux qui s'en sont rendus coupables.

 

Le Front National est un parti légal, subventionné comme tous les autres partis de France et son élection à la tête d'une collectivité municipale, départementale ou régionale l'est par conséquent aussi. Ce pseudo-cordon sanitaire que certains, dans l'affolement, prétendent dresser contre lui est à la fois  injustifiable, inopérant et - je le crois - totalement contreproductif.

En effet, l'état d'esprit des Français étant ce qu'il est, leur rejet des politiques étant parvenu au degré où il se trouve, je suis convaincu que ces oukazes et ces consignes produiront l'effet inverse de celui qu'on prétend vouloir atteindre.

Et à supposer qu'on y parvienne, l'échec des listes FN alors que tout permettait leur succès, créerait une frustration telle que la prochaine élection tournerait en raz de marée en faveur de ce parti. 

Ceci n'est pas une hypothèse; c'est un fait démontré par la montée continue du vote FN dont la cause principale est sa sous représentation dans les assemblées nationales et départementales, laquelle entretien le phantasme que les affaires iraient peut-être mieux si "on les essayait". 

 

 

Et sur un plan purement technique, puisqu'aussi bien il est tout à fait probable que le second tour, comme toujours, confirmera voire amplifiera les résultats du premier, ce retrait forcé de deux ou trois listes de gauche non seulement n'empêchera pas celles du FN de gagner, mais aboutira à ce que dans deux ou trois immenses régions le Front National gèrera les affaires sans aucun contrôle  la Gauche.

Double peine, donc.

 

Dans de telles conditions il y  fort à parier qu'après une semaine de réflexion les électeurs de gauche ne se précipitent pas aux urnes pour y déposer un bulletin Bertrand et encore moins Estrosi. (*)

Je dirais même que tenter de les y contraindre par un matraquage de propagande a toute chance de les en dissuader, si ce n'est pas, surtout en région PACA, de les pousser à voter FN par rejet de Christian Estrosi, qu'ils combattent depuis des décennies et dont la proximité idéologique avec ses prétendus adversaires rend incompréhensible le soutien appuyé qu'il reçoit des socialistes officiels à commencer par le premier ministre.

 

On voudrait éloigner définitivement les citoyens les plus dubitatifs à l'égard de l'engagement politique et du vote qu'on ne s'y prendrait pas autrement.

Dimanche prochain, il est à craindre que cette tactique montrera son inanité : non seulement elle n'empêchera  pas la victoire du Front National, non seulement elle désespèrera un peu plus les électeurs, mais elle déséquilibrera durablement le fonctionnement de l'exécutif régional en privant de représentation une très grande partie de l'électorat, aggravant encore la méfiance des citoyens à l'endroit de la politique et des élus qu'on ne pourra plus vraiment appeler leurs représentants.

 

(*)  Le même jour à 19 heures 

On vient d'apprendre que dans le Grand Est la liste socialiste  se maintient, les candidats désireux de suivre M. Masseret étant plus nombreux que ceux qui souhaitent obéir au mot d'ordre du PS parisien.

Ainsi sera-t-il possible dimanche soir de comparer  les résultats des deux régions où les listes socialistes se sont retirées et celle où la liste s'est maintenue.

Ou bien ces retraits auront empêché Mmes Le Pen de gagner leurs régions, et la stratégie de la rue de Solferino sera validée; ou bien les listes FN seront tout de même élues et la preuve sera faite que les stratégies de parti ne peuvent rien contre la volonté populaire et que, liste Masseret ou pas dans le Grand Est, l'élection de Florian Philippot, si elle a lieu, n'aurait pas été empêchée par le retrait de la liste de gauche.

Ce qui, par conséquent, signifierait que dans le Nord et en PACA, les socialistes ont eu tort d'abandonner le combat. 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 08-12-2015 à 09:55:35

La statue de cire-me M Cambadelis-s'est animée..elle parle même..!! PITIE.. Messieurs: laissez nous voter pour qui nous voulons..respectez nos choix..soyez respectueux de ces derniers..et le bon peuple vous écoutera peut être un eu plus..je n'ai pu aller voter dimanche dernier -raison médicale- mais je vais me déplacer cetre semaine..non pas pour faire barrage à qui que ce soit.. Mais parce que j'ai mes convictions, mes envies..au fait: ces beaux messieurs qui se retirent des conseils généraux..auront-ils la décence de se taire et de ne rien contester dans les années qui viennent..?? Car quand on ne prend pas part au débat électoral.:on la ferme..!!fse

2. Florentin  le 08-12-2015 à 15:26:14  (site)

J'avoue que je suis partagé. Je veux bien admettre que le FN soit un parti républicain. En tout cas, il est autorisé.Mais j'ai autant de mal à accepter l'idée qu'il gouverne. Précisément à cause de ses prises de position extrêmes. Qu'on lui fasse barrage me conviendrait donc bien. Ceci étant, je suis sensible à votre raisonnement. Comme d'habitude plein de bon sens. Conclusion : je vous remercie de m'avoir mis dans le potage !

3. decapedee  le 09-12-2015 à 20:41:26

La "gauche de salon", j'entends l'actuel PS, voit trop les choses depuis ses fenêtres de la rue de Solférino.
smiley_id2007634

Le problème du retrait a été géré de la même façon que petites intrigues internes, les stratégies de retrait ou de ralliement qui se font autour des fameuses "motions" concoctées puis présentées religieusement aux militants avant la Grand Messe du Congrès du PS.
smiley_id2007634

Nous serons bientôt fixés sur l'avenir même de ce parti qui hélas devrait disparaître fatalement du paysage politique.
smiley_id2354611

Tout jusqu'à présent nous a habitué à système bipartite et je pense que la situation actuelle (3 partis) n'est que provisoire.
Sarkozy a été très habile de renommer "Les Républicains" son parti, laissant présupposer que les autres partis ne le seraient pas ...
Nouvelle dénomination cousue d'un fil grossier.

Cependant,
le dernier danger qui menace le PS c'est Juppé car c'est lui, s'il est désigné à la suite des primaires, qui syphonnera au PS les voix qui lui resteront.....

En nous retrouvant ainsi à nouveau avec 2 partis, la nouvelle dénomination de l'UMP pourra prendre un sens davantage pudibond:
un parti forcément républicain puisqu'il s'appelle "les Républicains" et l'autre qui ne le serait pas.
(tout en signalisant un peu la chose comme le font dans les pays anaphabetes les dentistes avec une enseigne représentant une grande dent)

Dommage que le PS se plante encore (décidément) parce que je crois pas que son véritable adversaire soit Sarkozy. Bref!

J'ai l'air de m'être un peu éloigné du sujet.

En fait j'avais fait l'association d'idées selon laquelle, compte tenu de ses erreurs répétées, ce beau parti aujourd'hui gangréné par les cancres, n'aurait bientôt plus l'occasion de se poser de questions existentielles puisqu'il n'existerait alors que dans les livres d'histoire.

smiley_id118678
smiley_id118678

 
 
 
posté le lundi 07 décembre 2015

La logique proportionnelle

Les scores écrasants réalisés hier soir par les listes du Front National ne sont une surprise pour personne, et surtout pas pour ceux qui crient le plus fort pour faire oublier leur responsabilité. Quoi qu'on dise ils ne garantissent pas la victoire de ce parti pour le second tour, mais il faut admettre qu'ils la rendent possible voire probable dans trois ou quatre régions.

 

 

 

Dans six régions sur treize, le parti de Mme Le Pen arrive en tête, souvent très largement. Ce score est le résultat  des hésitations et des incohérences de la Droite,  du bilan calamiteux de la Gauche et des évènements que la France et le monde traversent. Mais cette occasion unique n'aurait pas eu ce résultat sans la stratégie extrêmement habile et constante du Front National. Rarement dans l'histoire politique républicaine un tel alignement des planètes n'a à ce point favorisé un parti

Mais il est vain et trop facile d'expliquer ce triomphe du premier tour par la chance dont aurait bénéficié ce parti. Il n'y a de bon vent en politique comme sur mer que pour ceux qui savent où est le cap et qui s'y tiennent. 

. 

Personne, à l'heure qu'il est, ne peut préjuger de ce que feront les électeurs dans ces régions et dans les autres., même si, d'habitude, la liste arrivée en tête au premier tour amplifie son avance au second.

Les magouilles d'appareils qui consistent ici à retirer purement et simplement sa liste, là à la maintenir alors que la conjecture est à peu près semblable ne changeront rien au vote des électeurs du second tour. 

 

Une chose est sûre : on a voulu ce mode de scrutin  en partie proportionnel aux élections régionales - sur le modèle de celui des municipales - pour que toutes les sensibilités de l'opinion fussent représentées au sein de l'assemblée régionale et de l'executif.

Forcer, en lui tordant le bras, une tête de liste à se retirer du second tour est une ineptie au regard de l'esprit de ce mode de scrutin. C'est prendre aussi la responsabilité extrêmement lourde de disparaître des débats de la région durant six ans.

Et tout cela sans être le moins du monde assuré que les électeurs suivront la consigne et reporteront leurs voix sur une liste combattue jusqu'à hier.

 

Si les évènements nationaux et internationaux sont une chance pour le Front National, ces retraits des listes de gauche en sont une autre, en avalisant son refrain de "l'UMPS". 

Selon moi les socialistes et leurs alliés devraient au contraire considérer que plus il y a de chance pour qu'une région soit gérée par le FN, plus il est indispensable que l'opposition y joue le rôle de contre  pouvoir sans lequel il n'y a pas de vraie démocratie.

Les régions Nord Pas de Calais, Provence Alpes Côte d'Azur, on le sait déjà, n'auront aucun élu de gauche. Sans doute en sera-t-il de même dans le Grand Est.

 On mesure le désarroi des électeurs socialistes, communistes ou écologistes de n'avoir plus accès aux dossiers régionaux et d'être privés de tribune durant six longues années.

Cela est-il républicain ? 

 

 

 


Commentaires

 

1. J.Com  le 07-12-2015 à 18:06:17  (site)

Salut citoyen,
Merci pour ton blog citoyen,
en ce qui concerne le mien, il est surprenant,
mais de surprises c'est ce que l'on attend.
Passe une bonne soirée, au plaisir de partager.
J.Com

2. decapedepee  le 07-12-2015 à 23:44:41

Cette analyse est très juste.
Après avoir été trompés, les électeurs de Gauche vont maintenant, dans les régions concernées, être privés, par leur propre parti, de leurs représentants.
Dans ces conditions là. ..pourquoi la Gauche se priverait elle de voter FN encore plus massivement ?!

Quel camouflet! Quel manque de respect pour ses électeurs! Quelle peur anti-republicaine de la démocratie.

Zéro en politique, zéro en finances, zéro en diplomatie, zéro en tout et probablement encore zéro dans une guerre que les français n auront pas voulue..

A quoi prépare-t-on ainsi notre pays?

Ce qui est sûr c est que cette gauche stupide est au moins en train de scier la branche sur laquelle elle est assise.

 
 
 
posté le dimanche 06 décembre 2015

Réquisitoire contre la charité.

La banque alimentaire, les restos du coeur, le téléthon...

Il n'est sans doute pas inutile de prendre un moment pour réfléchir à ce qu'écrivait Oscar Wilde sur les oeuvres de charité à la fin du XIXe siècle.

 

 

 

Chez l'homme, les émotions se déclenchent plus vite que la réflexion (...) il est bien plus facile d'entrer en sympathie avec la souffrance que d'entrer en sympathie avec la pensée.

En conséquence (...) ils s'attellent avec le plus grand sérieux et la plus grande sensiblerie à cette tâche qui consiste à remédier aux maux qu'ils constatent.

Mais leurs remèdes ne guérissent pas la maladie; ils ne font que la prolonger. Mieux: les remèdes font partie intégrante de la maladie.

(...) Ils essaient de résoudre le problème de la pauvreté en maintenant les pauvres en vie.  Mais cela ne résout rien; cela aggrave les difficultés.

L'objectif correct consiste à essayer de reconstruire la société sur une base telle que la pauvreté soit impossible. Et l'altruisme vertueux a bel et bien empêché d'atteindre cet objectif.

De même que chez les propriétaires d'esclaves ceux qui étaient bons pour leurs esclaves étaient les pires, car ils empêchaient par là que le caractère horrible du système fût resenti par ceux qui le subissaient et compris par ceux qui le contemplaient.

 

 

                                            L'âme de l'homme sous le socialisme 

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 06-12-2015 à 11:10:49  (site)

Raisonnement imparable, auquel je souscris volontiers.Mais, je suppose que Wilde était bien nourri.On aura beau faire (nos gouvernants y compris), la misère existera toujours. Alors, victimes de notre impuissance à l'éradiquer, donnons. Même si, quelque part, on se sent faits aux pattes...

2. La cigogne  le 06-12-2015 à 15:38:07

-"tu donnes aux pauvres dans le métro..aux sdf dans la rue..a la fin de la journée..t'es obligé de faire comme eux..mendier.. Tendre la main..t'as plus rien..t'as tout donné..!-la Madeleine Proust.. Fse

 
 
 
posté le vendredi 04 décembre 2015

Déchéance...pour qui ?

Un des revirements les plus spectaculaires opérés par Hollande est son souhait de voir appliquer aux djihadistes la déchéance de nationalité française.

 

 

 

Ce revirement est d'autant plus surprenant et  emblématique qu'il revient à avaliser une revendication déjà ancienne de la Droite et du FN.

Comme citoyens nous avons tous à avoir et à exprimer notre avis sur cette question qui est si fondamentale qu'elle nécessiterait sans doute d'être soumise au peuple par référendum lorsque le calme sera revenu et que les esprits seront moins échauffés, si du moins les médias leur en laissent le loisir.

 

Avant de donner mon opinion sur cette mesure capitale, je pense qu'il faut en quelques mots dire de quoi il s'agit.

Toute personne ayant un droit imprescriptible à posséder une nationalité, selon la déclaration de 1789, la déchéance ne peut s'appliquer, cela va de soi, qu'à celle qui dispose de deux nationalités dont la nationalité française, celle-ci ayant été acquise par naturalisation et à condition que cette acquisition date de moins de 10 ans.

 

Le président de la République, lui, va bien plus loin. Il vient, rappelons le, de déclarer devant le Congrès, le 16 novembre dernier :

" nous devons pouvoir déchoir de sa nationalité française un individu condamné pour une atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ou un acte de terrorisme, même s’il est né Français. Je dis bien même s'il est né Français, dès lors qu'il bénéficie d'une autre nationalité".

 

 

Pour faire court, pourrait perdre la nationalité française tout Français binational ayant pris les armes contre la France et ce  - c'est là que réside la nouveauté - sans considération du mode ou de la date d'acquisition.

 

Spontanément, disons même instinctivement, je suis favorable à cette inflexion de la loi dans un sens plus sévère à l'encontre de ceux qui assassinent nos compatriotes ou nos visiteurs. Je pense qu'une large majorité de mes concitoyens sont dans le même état d'esprit.

Mais à y regarder de plus près je crains que ce durcissement, même s'il est logique et juste, ne porte avec lui certains inconvénients.

 

Tout d'abord il risque de paraître  aux yeux de nos ennemis djihadistes - puisque c'est eux qui sont clairement visés par la mesure - comme une victoire, comme l'est déjà l'état de siège quasi permanent dans lequel nous nous installons.

Ensuite on a du mal à croire que la menace de perdre la nationalité française soit un frein pour qui s'apprête à perdre la vie. Il est d'ailleurs étrange, soit dit en passant, que les mêmes qui ont souhaité l'abolition de la peine de mort en nous expliquant qu'elle n'était pas du tout dissuasive, pensent aujourd'hui que la privation d'un passeport puisse l'être.

Enfin, et surtout, en cessant d'être français, ces assassins risquent d'échapper à la justice française.

 

Ainsi, sans être fermé aux arguments en faveur de cette mesure réclamée par la Gauche, la Droite et le FN, j'émets des réserves sur son efficacité, et je crains que les inconvénients ne l'emportent sur les bénéfices.   

 

 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 04-12-2015 à 15:30:35

Ne s'agit -il pas d'un effet de belles paroles..d'effet de manches..pour calmer un peuple qui aurait envie de réagir..de gronder..je suis lassée de ces pas en avant..de ces pas en arrière..de ces discours qui ne disent rien..que l'impuissance totale et lamentable de ces équipes de bras cassés..au pouvoir..ou non..!..de ceux qui brandissent la peur comme un étendard devoue a la noble cause d'une nation qui "fout le camp"..mesurent-ils, ces politiques la portée de leurs propos..alors: ce discours sur la destitution.. Un episode de plus..!! Fse

2. La cigogne  le 05-12-2015 à 15:38:49

Une pause de joie, de lumière..de ldouceur..de tendresse.. D'innocence..pour toutes et tous lecteurs de ce blog, pour vous Monsieur..une Jolie fête de la saint Nicolas..dans le partage..Françoise, Marc et M-S..!!

3. Florentin  le 05-12-2015 à 15:39:12  (site)

Le cas mérite réflexion. Mais, je ne pense pas qu'il faille soumettre la question au peuple par référendum. Ni maintenant, ni jamais. On sait quelle serait la réponse. De même qu'on sait quelle serait la réponse si on opérait le même traitement à la question de la peine de mort.

4. Frank-Marie-THOMAS  le 06-12-2015 à 08:32:43  (site)

@Florentin
Le referendum a l'avantage d'obliger les uns et les autres à clarifier et approfondir leurs arguments.
Pour ne pas qu'il serve de défouloir, il faut qu'il soit moins rare et qu'on le banalise.
Certes le risque existe que le peuple s'écarte de ses élites.
Il est probable en effet qu'en 1981 il aurait voté le maintien de la peine capitale et qu'aujourd'hui, spontanément, il serait favorable à la déchéance de la nationalité française pour les binationaux (en accord, cette fois, avec tous les responsables politiques). En l'occurrence, donc, nous allons avoir cette déchéance sans réel débat et sans l'avis du peuple, dans un domaine qui le concerne au premier chef.

 
 
 
posté le jeudi 03 décembre 2015

Sus au FN !

Les prévisions électorales ne sont pas bonnes pour tous ceux qui craignent l'arrivée au pouvoir du Front National.

 

 

 

On dit qu'une, deux ou même trois régions pourraient tomber dans son escarcelle ( ce que, personnellement, je ne crois pas ).

Du coup, à quelques heures du premier tour de scrutin des régionales, c'est à qui se montrera le plus intransigeant avec ce parti et ses têtes de liste, à commencer par sa présidente et sa nièce.

 

A un moment où, de toute évidence, les évènements et l'inflexion spectaculaire de la Gauche vers une politique fermement sécuritaire avalise les mises en garde et les thèses du FN, comme si l'on s'efforçait de faire oublier qu'on s'est rangé derrière ses idées après les avoir si longtemps vilipendées, on crie de toute sa force qu'il est dangereux.

 

Je ne sais pas si les électeurs seront sensibles aux anathèmes de mesdames et messieurs Aubry, Valls, Gattaz, etc. et à la mobilisation des médias nationaux et locaux.

Mais si, comme je le crois, le Front National ne parvient pas à arracher la victoire au second tour, parce que, au fond, tout en reconnaissant que leurs mises en garde n'étaient pas dénuées de fondement, les électeurs ne  font pas confiance à ses représentants pour gouverner une région - et encore moins le pays -  ces personnes pourront toujours essayer de faire croire qu'ils sont la cause de cette défaite. 

 


Commentaires

 

1. gegedu28  le 03-12-2015 à 13:59:01  (site)

... il peut y avoir des surprises !
Mais au fait, combien d'électeurs feront le déplacement jusqu'aux urnes ?
... that's the question !!

2. La cigogne  le 03-12-2015 à 16:35:44

Je partage l'avis du lecteur précédent..le taux d'abstention pourrait nous surprendre..mais de toute façon.. Ces messieurs et dames de notre brillantissime classe politique seront tous heureux..personne n'aura perdu..et de toute façon..tout sera de la faute de... L'autre.yala..!!bonne soirée..fse

 
 
 
posté le jeudi 03 décembre 2015

A quoi sert donc le CSA ?

J'admets bien volontiers que je n'ai pas chronométré avec précision les divers temps de parole depuis le début de la campagne officielle des élections régionales. Mais...

 

 

 

Je suis interloqué par la criante inégalité de traitement entre les uns et les autres.

D'un côté on prend la peine, dès qu'on invite un responsable politique appartenant à une liste ou la soutenant, d'énumérer les noms de toutes les autres têtes de liste. Ni vous ni moi ni personne n'a le temps de les lire, encore moins de les mémoriser, mais on a appliqué la loi. C'est à peu près aussi efficace que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé " sous une affiche vantant les mérites d'un apéritif.

Cette hypocrisie que je n'ai de cesse de dénoncer parce qu'elle me semble une des tares les plus irritantes de notre époque, triomphe en politique.

 

Mais ce n'est pas tout.

Matin, midi et soir se succèdent au micro et sur les écrans Hollande,  Valls,   Cazeneuve, ou Le Drian (*), pour ne citer qu'eux. Jamais dans le passé les représentants les plus importants de l'exécutif n'ont à ce point envahi les médias de masse. Encore une fois, je n'ai pas mesuré leur temps de parole, mais il est évident qu'il est, comparativement au reste du spectre politique, absolument exorbitant.

 

Qui dénonce cette dérive insupportable ? A peu près personne.

Les évènements de ces dernières semaines, c'est aisé à comprendre, offrent aux responsables en titre de multiples occasions de prendre la parole ou d'être vus dans de belles et nobles postures : attentats, guerres, COP 21, minutes de silence, Marseillaises, dépôts de fleurs, discours,  etc.

Mais sous prétexte qu'ils peuvent s'imposer devant les caméras, le doivent-ils ? Ne faudrait-il pas au contraire que, respectueux en pleine période électorale, de l'équilibre des temps de parole, ils s'imposent à eux mêmes la salutaire discipline de n'intervenir que peu et rarement ? Et les médias eux-mêmes ne devraient-ils pas s'abstenir de montrer ces images en boucle ? 

 

Non seulement ils n'ont pas ce minimum d'exigence républicaine à l'égard d'eux-mêmes, mais ils abusent sans vergogne de la bonne aubaine. Cela semble payant, du moins si l'on en croit les sondages de popularité. Alors pourquoi se gêner ?

Je me souviens pourtant des reproches que l'opposition d'alors formulait, à juste titre, à l'encontre de Sarkozy qui vibrionnait sans cesse devant micros et caméras :  les élèves ont largement dépassé le maître.

 

Quant au  CSA, censé faire régner l'équité dans la répartition des temps de parole, a quoi peut-il bien sevir  (**)? 

 

 

   (*) Ce dernier peut se dispenser de faire campagne en Bretagne, où il mène la liste socialiste : on le voit suffisament partout, et toujours à son avantage. J'imagine fort bien le dépit de ses concurrents locaux.

(**) Le CSA se contente "d'observer des déséquilibres dans les temps de parole" et invite les médias « à ne pas privilégier l'exposition des candidats aux élections régionales appelés à s'exprimer sur l'actualité nationale et internationale ».

On ne saurait être plus sévère ni efficace ! 

 

 

 

 

 


 
 
posté le mardi 01 décembre 2015

Les gaîtés des textes sacrés (3)

« Il (Dieu) a mis à votre service le vaisseau

pour que celui-ci, par son ordre, vogue sur la mer. »

 

Le Coran, sourate XIV, 32

 

C'est la fameuse théorie des "causes finales" ridiculisée par Voltaire dans Candide qui va jusqu'à prétendre que Dieu a créé l'écume pour avertir les marins de la présence des rochers, qu'il a voulu que l'abeille fît du miel pour nos tartines, qu'il a fait les poux sombres pour qu'on pût les voir sur la peau blanche ( tant pis pour les noirs !), qu'il a divisé le melon en côtes pour que le père de famille, en le découpant, ne fît pas de jaloux, etc.

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 02-12-2015 à 15:38:15  (site)

Comme aurait dit monsieur de La Palisse ...

 
 
 
posté le mardi 01 décembre 2015

Carnet de notes (5)

 

 

 

 

Sur les cent quatre vingt chefs d'état et de gouvernement

qui sont venus hier à Paris,

plus de cent cinquante ont pris l'avion, parfois depuis les antipodes.

Leurs délégations en ont pris d'autres.

Certains se sont déplacés avec leur service de sécurité...

et leur parc automobile, tel Obama qu'accompagnent quarante cinq voitures,

la sienne consommant 63 litres aux 100 kms.

Tout ceci pour une journée. 

Quel "bilan carbone" ! 

Les parisiens, eux, sont invités à prendre leur vélo. 

 

*** 

 

Aujourd'hui, le MEDEF prend violemment parti contre le Front National.

C'est un coup de pouce inespéré.

 

*** 

Ma vieille copine perroquet a pris l'habitude de faire "PFFFF"

à chaque fois qu'elle entend la voix de François Hollande.

Mais où a-t-elle bien pu prendre cela ?

 

*** 

Vous qui avez un chien chez vous,

savez-vous qu'il pèse deux tonnes d'équivalent carbone par an,

c'est à dire autant qu'un 4x4 ?

 

*** 

 

Vu au Bourget au salon de la COP 21 :

 il faut pédaler pour extraire le jus du fruit;

 on l'appelle "jus climatique". 

 

*** 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 01-12-2015 à 11:37:45

J'aime bien votre copine perroquet..!! Moi:quand j'entends Hollande, je lui trouve des intonations de voix de cure d'autrefois..celui qui montait en chaire.. Qui parlait longtemps..qui nous retardait le passage de la corbeille de pain béni..!! C'était il y a plus de 50 ans..je me sens vieille..d'un seul coup..!! Cela me rappelle autre chose..quand MS etait petite..et qu'elle voyait Jacques Chirac a la TV elle criait:maman.. Le guignol..'' nous étions accros à ceux de Canal..!! Bonne semaine..a l'abri des mauvais gaz..des mauvaises ondes..!! Fse

2. La cigogne  le 02-12-2015 à 08:10:53

Et quand on a 2 chiens et un 4x4?..on fait quoi??ou comment..?? Vu aux infos le jus de fruit climatique..le rechargement du téléphone par pédalage..!!?..difficile de garder son calme..j'ai beau faire le tri de nos ordures..le compost pour le jardin..je ris jaune, tres jaune quand mon voisin arrose ses champs à grands coups de pesticides d'un "joli"jaune, vert..qui recouvrent les cultures d'un joli duvet ..!!..bon mercredi..fse

3. Frank-Marie-THOMAS  le 02-12-2015 à 14:07:33  (site)

@La cigogne
Ce ressassage est du plus haut comique. Comme vous j'ai vu le "jus de fruit climatique" et le rechargement à pédales.
Ce déferlement que rien ne semble plus pouvoir endiguer est à la fois extrêmement drôle et insupportable.
Il y a une telle surenchère que je crains fort que nous n'en soyons qu'au début et que nous ayons encore bien des absurdités à endurer.
A quand la mesure d'une histoire d'amour ou d'un poème en "équivalent carbone" ? Cela viendra.

4. Florentin  le 02-12-2015 à 15:34:45  (site)

Je crois que, comme d'habitude, il ne sortira rien de valablement tangible de cette grand messe écologique. On restera dans les voeux pieux.Il ya trop d'intérêts financiers et économiques mis en jeu. Comme toujours, on va raionner à court terme. Et pendant ce temps-là, la planète continue de mourir ...

5. Frank-Marie-THOMAS  le 03-12-2015 à 09:11:57  (site)

@Florentin

Je partage votre avis : une fois rangés les tréteaux de la foire, les intérêts divergents reprendront le dessus.
En revanche je ne pense pas du tout que la planète soit en train de mourir.

 
 
 
posté le lundi 30 novembre 2015

Carnet de notes (4)


 

 

 

 

La chute de Strauss-Kahn lui a dégagé la route de l'Elysée en 2012.

 Le massacre du 7 janvier 2015  a redoré son blason,

relégué au second plan la crise de l'emploi

et lui a permis de jouer les grands de ce monde

en prenant la tête d'une marche des chefs d'état

venus exprimer leur compassion à Paris.

 

La boucherie du 13 novembre lui permet de rejouer cette pièce à succès,

de remonter dans les sondages,

de faire passer au second plan  tous ses échecs,

dont encore et toujours celui du chômage.

Et il n'est pas impossible que cette horreur

oblige les chefs d'état  participant à la grand messe écologique de la COP 21

à se montrer moins intransigeants.

 

Les malheurs du monde profitent à notre président.

Tant mieux pour lui, tant pis pour nous...ou l'inverse. 

 

***  

 

Place de la République, un cardinal a déposé une paire de chaussures

au nom de François Ier.

 On nous précise que ce ne sont pas les siennes.

 Des fois qu'elles se se seraient retrouvées

dans une châsse dorée à Notre-Dame.

 

***

On sait depuis toujours que les religions prétendent

 gérer notre vie quotidienne.

On n'arrête pas le progrès :

Pierre Vogel, ancien pasteur devenu imam, affirme sans rire : 

« Le Coran organise tous les détails de notre vie.

C'est un guide.

Il règle la façon de manger, de se marier, d'aller aux toilettes. »

 

Apparemment, il ne rend pas ses sectateurs plus délicats.

 

*** 

 

Et une contorsion de plus de l'homme-caoutchouc

le ministre des Affaires Etrangères, 

le pontifiant président de la COP 21,

Laurent Fabius

qui souhaite à présent

que les troupes du régime syrien combattent à nos côtés !

 

*** 

 

" Un accord contraignant et différencié "

Tel est, parait-il, l'objectif du grand show climatique de Paris.

On est dans la synthèse, c'est à dire dans le flou. 

Car ou c'est l'un ou c'est l'autre, non ? 

 

*** 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. fugace  le 30-11-2015 à 14:42:20

Ce n'est que mon avis :

Les religions quelles qu'elles soient sont évidemment des poisons. Il semble que la longue histoire de l'Homme n'arrivera jamais à s'en débarrasser. Perfusées d'abord insidieusement dans les petits cerveaux naissants, ils vont malgré eux être rapidement rendus esclaves de codes et pensées imposées. Des soldats qui même s'ils rencontrent plus tard d'autres voies, d'autres choix de vie, auront (et ont en réalité) d'énormes difficultés, même avec une ferme volonté, à se débarrasser d'une majeure partie de l'enfermement dans lequel leurs cercles sociaux les auront enfermés, car je demeure convaincu que les traces profondes sont ineffaçables pour l'immense majorité.
Sans doute les religions et croyances sont -elles nécessaires à nombre d'individus pour vivre leur condition humaine, mais elles sont aussi et surtout comme les autres grandes idéologies politiques, encore et toujours utiles aux pouvoirs de toutes sortes.
La France apparaît tout d'un coup bien petite au regard du nombre, des nombres . J'en suis arrivé pour ma part à me demander si la Loi de 1905, qui a bien produit ce pour quoi elle a été mise en place pendant un siècle n'est pas devenue contre productive au sens de la géopolitique stratégique.
Baptisé, devenu non pratiquant et non croyant à 99,50%, je pense que nous somme arrivés à un terme de civilisation globale qui va nous contraindre de choisir une voie nouvelle.
Si “La démocratie, ce n'est pas la loi de la majorité, mais la protection de la minorité. A. Camus”, il va néanmoins bien falloir et très vite nous trouver un concept qui établira clairement et avec forces le système qui fera consensus.
La laïcité ne suffira plus. Alors quoi ?
J'aurais tendance à croire que dans les décennies qui se profilent, nous en reviendrons à "nommer" une religion d'état, avec en parallèle un système qui tout en protégeant les autres religions minoritaires, aura pour tâche de faire en sorte que les déséquilibres demeurent, justement pour éviter les affrontements. Ces modèles existent déjà il me semble, mais effectivement avec quelle viabilité sur le moyen et long terme.
Déjà, avec le M.O en feu, où en sera l'Occident dans seulement une ou deux décennie ?

2. Frank-Marie-THOMAS  le 30-11-2015 à 16:10:37  (site)

@fugace

Je vous trouve bien sombre.
A 0,5 près, je partage votre incroyance,; comme vous je considère que les religions, notamment monothéistes, sont la plaie de l'humanité. Quoi que disent les prudents qui nous expliquent qu'il ne faut surtout pas faire d'amalgame entre les croyants et les fanatiques, j'ai toujours considéré - et observé qu'entre les uns et les autres il n'y a qu'un pas et sûrement pas solution de continuité.
Je suis en désaccord, cependant avec votre peu de confiance en la solidité de la laïcité.

 
 
 
posté le lundi 30 novembre 2015

Des chaussures et des hommes.

Pour qui a un soupçon de sens critique et d'humour, il faut reconnaître que notre époque se montre particulièrement généreuse.

 

 

 

Si "le climat" ne nous tue pas tout de suite, les Verts, eux risquent bien de nous faire mourir de rire.

Privés par l'état d'urgence de leur "marche pour le climat" ( dénomination qui, en elle même, est déjà du plus haut comique ) les voici qui transforment la place de la République en un immense parvis de mosquée.

 

 

 

 

 

 

A moins que ces grolles, comme dans le tableau de Van Gogh, ne soient censées être la synecdoque de l'être humain qui les a portées.

 

Ah le beau symbole ! Oh le courageux acte citoyen !  Mais surtout quelle action déterminante pour "sauver la planète" !

 

Certes, la manifestation de ces citoyens éclairés s'est achevée dans le désordre, les bougies, fleurs et petits jouets déposés au pied de la statue de la Liberté en hommage aux victimes du 13 novembre ayant servi de projectiles contre les CRS, comme au bon vieux temps du Larzac.

Mais que sont ces broutilles en comparaison de l'immense portée de cette installation de chaussures de toutes races ?

 

Merci à ces illuminés de nous faire sourire dans ces temps difficiles.

La "planète" n'y gagne pas grand chose, mais ils sont bien divertissants. 

 

 

 

 

 

 


 
 
posté le dimanche 29 novembre 2015

Le Pic Saint-Loup

 

 

 

 

 

 

 Et...

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 29-11-2015 à 18:31:49

A votre bonne santé a tous..enfin une bouteille sans commentaire du genre:"à consommer..!!"pour moi ..ce sera une vendange tardive..!!en Suisse, on ne dit pas "sante"..mais :"intelligence"..parce que la sante..: tu l'as déjà..!! Sourire..!! Bonne soirée pour toutes et tous et jolie semaine..en route vers la saint Nicolas..fse

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Per tenebras nitent