Le journal de Frank THOMAS

Libre parole d'un citoyen.

posté le lundi 18 avril 2016

Marseille !

En me baladant sur le vieux port de Marseille je suis passé, comme tout le monde, devant le beau bâtiment de la mairie.

 

 

 

Regardez attentivement cette façade. N'y manque-t-il rien ?

(Cliquez sur les photos pour les agrandir.) 

 

 ...  et n'y a-t-il pas, au contraire, quelque chose en trop ?

 

C'est si gros que depuis tant d'années que je connais ces lieux, c'est la première fois que cette anomalie me saute ainsi aux yeux ! 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 19-04-2016 à 10:33:48

La photo n'est pas tres nette..mais je ne trouve pas la devise de notre beau pays..!! Ai-je gagne??!

2. Frank-Marie-THOMAS  le 19-04-2016 à 10:51:47  (site)

@ La cigogne

Vous avez à moitié gagné : en effet la trilogie républicaine est absente, ce qui est une anomalie incroyable.
Mais il y a plus : deux éléments antirépublicains "ornent" cette façade...

3. La cigog'e  le 24-04-2016 à 15:31:36

Pouvez vous m'en dire plus?..je sèche..!!merci.francoise

4. Frank-Marie-THOMAS  le 24-04-2016 à 22:31:46  (site)

@ La cigogne

Au dessus de la porte : la couronne royale et les fleurs de lys de France; en haut, au dessus du drapeau, le buste de Louis XIV.

 
 
 
posté le lundi 18 avril 2016

Un immobilisme mortel.

Personne en France n'est en mesure de dire  ce que François Hollande et sa ministre de l'environnement, Ségolène Royal ont réellement l'intention de faire dans le domaine de l'énergie, et notamment du nucléaire. Là comme ailleurs règnent confusion, double langage et improvisation calamiteuse.

 

 

A y regarder de près et sans a priori ni dans un sens ni dans l'autre, Hollande est en train, dans les faits - et non dans les paroles toujours aussi alambiquées et troubles - d'enterrer la loi de transition énergétique, c'est à dire la programmation de la baisse de la part du nucléaire et de la montée de celle des énergies nouvelles. 

La grand messe de la COP 21 en décembre de l'an dernier n'était donc qu'une mascarade de plus. Celle-ci se poursuivra sans vergogne dans quatre jours à New-York lors de la cérémonie de la signature officielle de l'accord de Paris. 

 

S'asseyant lourdement sur toutes ses promesses de campagne et sur le refrain seriné par Ségolène Royal, notre pitoyable président repousse à 2019, donc à la prochaine présidence, toute fermeture de réacteur nucléaire. Dans ces conditions un enfant de cinq ans peut comprendre que la promesse de 2012 de ramener de 75 %  à 50 % la part de l'énergie provenant de l'atome est un mensonge, un de plus. 

 

Mais il y a plus cocasse encore : la décision de fermer des réacteurs, déjà repoussée à 2019, sera fonction du développement des énergies renouvelables capables de prendre le relai pour que soit maintenue en France la production d'électricité.

Or chacun sait que pour que les énergies non fossiles se développent il faut qu'EDF y soit contrainte par la baisse du nucléaire. Cette dissociation de l'un et de l'autre est en réalité une manière de ne rien décider et de ne rien faire en renonçant à toute politique claire et volontariste.

 

Car les énergies renouvelables ne se développeront que dans la mesure où la baisse effective du nucléaire laissera un vide qu'il faudra immédiatement combler.

Le cercle vicieux dans lequel nous enferme la politique hésitante et floue de cette présidence est à l'image du caractère cauteleux et lâche de celui qui la dirige.

A force de ménager tout et son contraire, il fait perdre au pays ses plus belles chances et l'enfonce dans un immobilisme mortel. 

 

 


 
 
posté le vendredi 08 avril 2016

Sécurité, égalité, fraternité !

Jour après jour, aux applaudissements de certains et au grand dam de la majorité d'entre nous, l'étau sécuritaire installé pour notre bien se resserre dangereusement.

 

 

 

Je le disais dans le précédent billet, cette restriction de nos libertés élémentaires est l'une des causes du grand mouvement d'humeur qui parcourt notre pays depuis quelques semaines et qui a trouvé son expression dans Nuit Debout. Les billets en lien montreront que cette question me préoccupe depuis bien longtemps.

 

Cela a commencé il y a déjà plusieurs décennies par la multiplication des obligations légales décidées par le législateur et appliquées avec zèle par les responsables politiques et administratifs, nées de divers accidents et catastrophes auxquels on pensait apporter remède.

L'incendie de la boîte de nuit de Saint-Laurent du Pont près de Grenoble entraîna, par exemple, toute une série d'interdictions et de prescriptions obligatoires et coûteuses. Une fois installées elles ne sont jamais plus remises en cause au nom du principe de précaution qui rassure plus qu'il n'assure.

Peu à peu le champ d'autonomie et de liberté des citoyens s'est rabougri de façon quasi insensible, par petites touches successives, aussi insensible que le rapprochement entre le continent européen et le continent africain.

Mais quand on se retourne sur les dernières quarante années, le temps de deux générations, on peut mesurer les espaces parcourus.

Quiconque, comme moi, a eu vingt ans à la fin des années soixante ne peut être qu'effaré du nombre de choses qui allaient alors de soi et qui aujourd'hui sembleraient une preuve d'inconscience coupable. Il serait trop long d'en dresser la liste.

Toujours est-il que si, du jour au lendemain, tous ces noeuds dans lesquels nous sommes enserrés avaient été mis en place à l'époque, une immense révolte aurait éclaté devant la société étouffante qu'on nous aurait brusquement imposée.

 

Eh bien ! l'actuel mouvement de rejet du monde trop policé et trop policier dans lequel nous nous obligeons nous-même à vivre, est un brusque réveil, comme après quarante ans de semi-coma. Et c'est une excellente chose.

Mais ce qu'il y a de profondément incohérent et à bien des égards inquiétant, c'est que tandis que certains, surtout parmi la jeunesse, sont en train de rejeter les carcans qu'on nous impose, nos législateurs et nos "décideurs", sourds à la révolte qui monte, continuent d'accumuler les chaînes qu'ils nous imposent pour notre bien, évidemment, et au nom de la sécurité individuelle et collective. 

 

Dernières inventions : les drones qui surveillent les routes, les caméras de surveillance parlantes qui interpellent le contrevenant au sortir de sa voiture, et la privatisation des contrôles de vitesse par les radars mobiles qui permettra de décupler le nombre des amendes et des sanctions diverses. 

Certes quelques chauffards seront arrêtés; mais pour y parvenir, tous les automobilistes seront fliqués. Un peu comme ces professeurs incapables de sanctionner l'élève fautif, qui punissent l'ensemble de la classe, ce qui m'a toujours paru, outre une preuve évidente de faiblesse, d'une insupportable injustice.

 

Si l'on n'y met pas de frein, le "principe de précaution"  rendra très vite invivable cette société qui vit dans l'illusion qu'elle supprimera le risque en sacrifiant la liberté. 

Et sur les frontons de nos édifices, il faudra remplacer notre devise par :

 

SECURITÉ- EGALITÉ-FRATERNITÉ.  

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 09-04-2016 à 00:43:44  (site)

Egalité, fraternité .... euh ... pas sûr.

 
 
 
posté le jeudi 07 avril 2016

La nuit debout

Aux USA, en Espagne, des mouvements spontanés ont fleuri ces dernières années dont La Nuit Debout, partie de Paris  il y a quelques jours et qui semble gagner la province, est un nouvelle incarnation.

 

 

Les politiques, surtout à l'extrême gauche s'efforcent de récupérer ce mouvement spontané.

Monsieur Besancenot, Monsieur Laurent se multiplient pour faire mine d'organiser ce qui s'est fait sans eux. Classique.

 

Le mouvement est parti de la mobilisation contre la loi Travail, mais est en quelques jours devenu  bien plus général, bien plus large.

En écoutant les participants à ce grand hapening, je pense aux cahiers de doléances qui fusaient de toutes les villes et de tous les villages en préparation aux Etats Généraux de 1789. C'est un de ces moments où le peuple, du moins une partie du peuple, se réveille et multiplie les propositions de changement et de liberté pour changer la vieille société arrivée à une sorte d'impasse.

  

Un peu à la manière, aussi,  de mai 68 qui traduisait le rejet d'une société guindée et presque bloquée, Nuit Debout traduit l'angoisse de toute une génération devant la société inégalitaire, policière et sans joie qui semble se profiler à l'horizon. Il est un rejet d'une vie politique sclérosée, où les partis et les syndicats n'inspirent plus aucune confiance et où les scandaleux salaires de certains sont comme une injure à la vie médiocre qu'on promet à notre jeunesse.

 

En ce qui me concerne, je suis très intéressé par ce qui semble en train de se passer. Instruit par les exemples du passé, je ne suis pas du tout sûr que le mouvement aura assez de souffle pour survivre à la période des examens et des grandes vacances, mais tel qu'il est il me paraît être une lueur d'espoir dont il ne faudrait pas ridiculiser la fraîcheur et la naïveté. 

 


 
 
posté le mardi 05 avril 2016

La Rochefoucaud (1613-1680)

 

 

On ne devrait s'étonner

que de pouvoir encore s'étonner. 

 

Maximes (384) 

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 06-04-2016 à 15:20:21  (site)

Dommage tout de même que nous ne puissions qu'être blasés ...

2. Frank-Marie-THOMAS  le 07-04-2016 à 11:51:18  (site)

@ Florentin

Dans cette maxime assez pessimiste, comme les autres, La Rochefoucauld ne parle que des mesquineries humaines.
Il n'évoque pas l'étonnement admiratif devant les merveilles de la nature, par exemple.

 
 
 
posté le dimanche 03 avril 2016

J'embrasse mon rival...

« Il n'y a pas d'alternative à François Hollande à gauche. Je serai à ses côtés ...

François Hollande est la voix de l'intérêt général. Celui qui doit incarner cette parole, c'est celui qui a été élu par les Français, qui est président et candidat, s'il le décide. La logique, c'est qu'il soit candidat puisqu'il est président ».

 

 

Cette audacieuse - et risible - tautologie est signée du grand spécialiste du genre, Manuel Valls. Il est le champion toutes catégories de cette figure circulaire et stérile. Il est vrai qu'elle est parfaitement adaptée à l'homme dont il explique qu'il est à la fois incontournable et indispensable.

 

Mais il ne faudrait pas en déduire que M. Valls soit  privé de bon sens. Au contraire, si l'on fait un peu attention non au mots qu'il emploie, mais à leur destination réelle, on s'aperçoit que cet éloge du président est à la fois un assassinat et une assurance sur l'avenir.

 

Un assassinat parce que, dans l'état de dénuement où se trouve notre malheureux président, un panégyrique aussi décalé par rapport à la réalité et aux sentiments du peuple est l'équivalent du coup de pied de l'âne.

 

Une assurance sur l'avenir puisque de deux choses l'une : ou bien Hollande se présente, et effectivement la primaire à gauche n'aura pas lieu, et Valls pourra se targuer de l'avoir clairement annoncé.

Ou bien il renonce et Valls espère récolter les fruits de sa "fidélité" en étant lui même candidat, légitimé par cette fidélité même.

 

Je pense à ce vers de Britannicus de Racine, prononcé par le jeune Néron :

 

« J'embrasse mon rival, mais c'est pour l'étouffer ! » 

 

 

Articles liés
La Cour des Miracles.
 


Commentaires

 

1. Florentin  le 04-04-2016 à 17:42:56  (site)

Quand on est aux environs de 15% de jugements favorables, on devrait se faire tout petit et se cacher. M.Hollande espère-t-il cependant se faire élire en 2017 ? Si oui, il rêve.Mais s'il a la lucidité de se dire "Les carottes sont cuites, n'y allons", je ne suis pas sûr que M Valls puisse, sur ce coup-là, tirer les marrons du feu. Il paraît encore moins socialiste que son mentor.

 
 
 
posté le jeudi 31 mars 2016

Le fiasco et le mensonge.

Solennellement, le président de la République est venu hier expliquer aux Français qu'il renonçait à la réforme de la Constitution qu'il avait annoncée devant le Parlement réuni en congrès à Versailles le 16 novembre dernier.

 

 

 

Il aurait pu commencer par là et éviter au pays ce psychodrame ridicule qui l'occupe depuis quatre mois quand tant d'autres questions plus urgentes restent à traiter. 

Rappelons les faits.

 

Après l'atroce boucherie du 13 novembre, l'émotion était telle dans le pays que même l'être insensible et froid qu'est François Hollande se laissa emporter et, sans aucune préparation, comme à son habitude, promit aux parlementaires que désormais les terroristes binationaux, même nés français, coupables d'attentats meurtriers seraient privés de leur nationalité française.

Cette annonce souleva l'enthousiasme de la quasi totalité du Parlement qui applaudit debout le chef de l'Etat.

 

Las ! très vite les bonnes consciences de gauche se mirent à pinailler sur cette mesure qu'elles avaient applaudie quelques jours auparavant, et à trouver qu'elle froissait "leurs valeurs". Les députés s'attachèrent donc à triturer le texte de loi tant et si bien que la droite, qui avait unanimement approuvé la proposition présidentielle, considéra que dans ces conditions ce qu'on lui proposait, notamment la déchéance de nationalité pour les ressortissants mononationaux  qui créerait des apatrides,  était inacceptable. 

 

Le Sénat, à son tour consulté, fut d'avis d'en revenir à la proposition du président de la République et de rejeter les modifications faites par la majorité de gauche de l'Assemblée Nationale.

On se trouva donc dans cette invraisemblable situation où une chambre représentant la majorité présidentielle refusait la proposition du président tandis qu'une chambre d'opposition la reprenait terme à terme !

 

Dans ces conditions il ne restait plus à M. Hollande qu'à tirer l'échelle et à conclure ce lamentable épisode de cette non moins lamentable présidence.

Mais comme il ne saurait être question d'admettre un échec aussi honteux, le voilà qui, suivi par son premier ministre, essaye de faire endosser à l'opposition la responsabilité de ce fiasco, elle qui non seulement n'y est pour rien, mais qui au contraire souhaitait mettre en oeuvre les annonces du président devant le Congrès. 

 

Fiasco et mensonge, nullité et malhonnêteté, la mesure est pleine ! 

 

  

 


Commentaires

 

1. decapedepee  le 02-04-2016 à 13:26:39

A ce jour: 17 % d opinions favorables parait-il !?

C est un peu maigre pour le "moi président je ..."

La fin, c est maintenant !

smiley_id172958

2. Frank-Marie-THOMAS  le 02-04-2016 à 15:51:14  (site)

@ decapedepee

17%, non ! Le dernier sondage sérieux le donne encore plus bas de 2 à 3 points

3. Galinette  le 02-04-2016 à 20:19:40  (site)

Avec une telle défiance envers sa personne et sa politique l'honneur commanderait qu'il organise son départ anticipé. Mais est-ce un mot qui a encore cours dans ce monde politique narcissique et "hors sol"..

4. Florentin  le 02-04-2016 à 23:33:15  (site)

Le Sénat ne l'a tout de même pas aidé. Mais, j'imagine qu'il n'avait pas envie d'offrir une victoire à Hollande, lequel, le cas échéant, aurait levé bien haut son trophée.

5. Frank-Marie-THOMAS  le 03-04-2016 à 09:49:38  (site)

@ Florentin

Vous avez raison : le Sénat et son rusé président n'ont pas fait à Hollande le cadeau de suivre ses palinodies.
S'il avait accepté les changements du texte de loi, le Congrès eût sans doute été possible. Mais c'était impéritie et folie de la part de l'exécutif de s'imaginer que dans la décrépitude où il se trouve et à un an de l'élection présidentielle, l'opposition lui ferait un tel cadeau; de surcroît à propos d'un texte parfaitement creux et inutile.

6. Nicolaï Vavilov  le 03-04-2016 à 10:52:45

il y a pourtant une voie contraire, celle de son partenaire de danse... macabre ... Mr. Valls...
"le seul recours en 2017 c'est François Hollande..". (ou quelque chose comme ça...)
vont-ils s'entraîner mutuellement dans la chute et nous avec...
Le pire n'est jamais sûr... Mais Cassandre a souvent raison...

7. Frank-Marie-THOMAS  le 03-04-2016 à 13:52:39  (site)

@ Nicolaï Vavilov

Comme moi, je pense, vous comprenez fort bien que le petit jeu de Valls est d'une totale hypocrisie.
Il se sert d'une vieille ficelle de la vie politique magnifiquement traduite par ce vers de Racine :
" j'embrasse mon rival, mais c'est pour l'étouffer ".

 
 
 
posté le dimanche 27 mars 2016

Ruquier le roquet.

Laurent Ruquier, animateur de télévision et de radio, semble perdre tout repère.

 

 

Il vient d'accuser François Hollande de manquer de courage.

L'affirmation, en soi, n'a rien de bouleversant, le président de la République n'étant pas, c'est assez clair, caractérisé par sa bravoure et son audace.

 

Mais les propos de M. Ruquier prennent une tout autre dimension quand on apprend que ce manque de courage est selon lui démontré par le fait que le président de la République - contrairement à M. Valls, son premier ministre - refuse de venir participer à "On N'est Pas Couché".

 

 http://actu.orange.fr/france/onpc-hollande-froussard-selon-ruquier-magic-CNT000000lV6nI.html

 

François Hollande a parfaitement raison de ne pas y aller. Il devrait se mettre dans une position indigne de sa fonction, et affronter des railleries et des piques qui représenteraient autant de pièges inévitables puisque l'alternative serait soit d'y répondre en perdant toute dignité, soit de ne pas y répondre en se mettant le public sur le dos.

 

Mais dans quelle société vivons-nous donc pour qu'un roquet au talent douteux, pipelette aigrie et vindicative, se permette d'assigner ainsi le plus haut magistrat du pays à comparaître devant son ridicule tribunal ?

Comme à Mélenchon qui a osé lancer un "du balai" à Cyrille Eldin de Canal+, je dis bravo à François Hollande de refuser de descendre aussi bas. 

 

 

  

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 27-03-2016 à 11:46:06  (site)

Pour plein de raisons, je ne suis pas fan de M. Hollande, mais j'ai du respect pour la fonction de président de la république. Aussi, je trouve tout à fait convenable qu'il n'ait ps voulu répondre à la "convocation" de Ruquier, ni participer à son émission, laquelle me semble pour le moins racoleuse.

2. Galinette   le 27-03-2016 à 19:57:57  (site)

L'arrogance de ces animateurs n'a plus de limite mais il faut dire que tout est en place pour leur donner l'illusion d'être incontournables et intouchables. Serviteur et propagateur zélé de la pensée normée, cet histrion ne fait que suivre le vent dominant. Il est au diapason de ce qu'est devenue la société. Du moins de l'image qu'en donne les médias.
Beaucoup de "déçus" se "lachent" de plus en plus ouvertement. Pour ces gens , F. H est presque "has been" . De là, on peut impunément le traiter de "froussard" tout en se hissant du col et quasiment sans risque.
C'est une comédie pour dupes.
Je ne crois pas que les politiques au pouvoir le craigne. (On a bien vu la machine de guerre qui s'est mise en place pour "éradiquer" Dieudonné). Je pense que Ruquier leur est (encore) utile. Ne serait-ce que pour continuer d'anesthésier les esprits . Instillant inlassablement les idées vertueuses avec lesquelles ces nouveaux "maîtres" veulent formater nos pensées.
Personnellement, je ne regarde plus les émissions de LR. Lorsque j'y fais un tour (parce qu'un invité m'intéresse) , je suis frappé par la morgue de ses interviewers. La dernière en date, Léa Salamé est un cas d'école. Lorsque j'ai l'humeur à la galéjade je l'observe, l'écoute et j'avoue ne jamais être déçue. C'est un condensé de ce qui se fait de mieux dans la prétention, les plates certitudes, les critiques attendues, la satisfaction de soi. Bref : la médiocrité dans sa gloire.
Bien sûr qu'un président de la république n'a rien à faire parmi ces faiseurs mais, à mon avis, (et je ne prétends pas avoir raison) il n'y a pas lieu de donner un satisfecit à FH. C'est la moindre des choses.
Et je ne désespère pas d'assister à un retournement de situation et de voir un jour FH venir chercher à redorer son blason, chez le bateleur du samedi soir.


3. Frank-Marie-THOMAS  le 27-03-2016 à 22:44:08  (site)

@ Galinette

Merci pour cet excellent commentaire et ce qu'il apporte.
Comme vous, je crains un retournement de Hollande...qui nous y a habitués.

 
 
 
posté le samedi 26 mars 2016

Michel de Montaigne (1533-1592)

 

« L'homme est bien insensé :

il ne saurait forger un ciron

et forge des dieux à la douzaine »

Articles liés
Montaigne ( 1533-1592)
 


Commentaires

 

1. Florentin  le 26-03-2016 à 15:42:59  (site)

Quand il ne prend pas pour Dieu lui-même ...

2. Florentin  le 26-03-2016 à 21:34:30  (site)

Quand il ne SE prend pas pour Dieu lui-même. Evidement- Pardon.

3. Frank-Marie-THOMAS  le 27-03-2016 à 06:43:34  (site)

@Florentin

Evidemment.

 
 
 
posté le jeudi 24 mars 2016

L'épicerie sécuritaire.

Est-il encore permis de sourire dans ce monde angoissant ? Plus que jamais !

 

 

En bas de notre immeuble sur le plateau de Fourvière, à Lyon, où nous habitions de retour d'Algérie,  il y avait un épicier particulièrement disert.

On avait par lui des nouvelles de tout le quartier et même de toute la ville.

Mais là où il excellait, c'était dans la rédaction des petites ardoises qu''il plantait dans ses fruits et légumes.

La qualité la plus courante, le bas de gamme, était décoré du qualificatif de "extra".

Au dessus on avait droit à " super extra".

L'apothéose, l'aristocratie de la pomme de terre se voyait décorer du titre de "super extra premier choix". 

 

 

 

 

 

C'est à lui que je pense avec mélancolie lorsque j'entends monsieur Cazeneuve nous expliquer que nous franchissons les degrés de plus en plus élevés de la protection civile : niveau 1,2,3,4, couleur écarlate, état d'urgence, état d'urgence renforcé, etc. 

Mais les pommes de terre restent des pommes de terre. 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. Bellatrix  le 24-03-2016 à 09:14:26  (site)

Bonjour à vous.
Oui, l'humour sert à ça...
Ils fourbissent surtout leurs armes pour leur réélection.
Sur la lame du fil sécuritaire..pierre à feu explosive du populisme.
(bien nommé pour une fois..car souvent on le met à toutes les sauces!)

2. decapedee  le 26-03-2016 à 20:22:53

Oui, c'est cela, exactement!
Tout détaillant donne dans le détail, la minutie, l'art de couper les cheveux en quatre sous couvert d'une forme de perfection, de qualité et de finesse.
C'est d'ailleurs la grande différence avec l'homme d'affaires qui entrevoit les choses "en grand", de façon globale, générale, avec une autre analyse sur les choses, sans s'arrêter à un détail.
Le parallèle que vous faites est très parlant.
On a un gouvernement qui pinaille, qui donne dans le petit - et donc un gouvernement qui manque, évidemment, de hauteur !smiley_id2385139

 
 
 
posté le mardi 22 mars 2016

"Surtout, pas d'amalgame !"

A chaque nouvel attentat, c'est à dire à peu près tous les jours, on nous rebat les oreilles avec ce "pas d'amalgame" censé prouver l'équité et la sagesse de celui qui le prononce.

 

 

 

Qu'est-ce que les vertueux commentateurs qui prononcent cet abracadabra de la "pensée mesurée" entendent -ils par là ?

Ils veulent nous faire comprendre que les assassins islamistes, les fous de dieu, les abrutis qui se font exploser pour gagner le paradis d'Allah ne sont qu'une infime minorité, quelques centaines tout au plus dans notre pays, sur une "communauté" de six millions de personnes.

Soit. C'est tellement évident qu'on ne voit pas l'utilité de le répéter à toute occasion.

 

Sauf, peut-être, si ce rappel sans cesse ressassé avait pour objet d'occulter une autre évidence, plus dérangeante celle-là, à savoir que si en effet tous les musulmans de France ne sont pas prêts à se laisser aller à de tels excès, la violence est dans la religion  elle-même. 

Une étude un peu sérieuse des textes fondateurs en apporte des preuves par centaines. On me dira que les autres textes "sacrés", la Bible notamment, regorgent aussi de violence, d'intolérance, de tortures et de meurtres.

 

C'est vrai, mais il y a cependant une différence fondamentale entre une religion qui s'en tient à développer ses points de vue et ses croyances et une foi en un texte censé être la loi suprême, écrite par dieu lui-même et qui s'impose à tous, dans la vie civile aussi bien que religieuse.

Le salafisme, le wahabisme, le djihadisme ne font qu'un(*) et tendent à imposer à la société tout entière les règles religieuses et à subordonner toute la vie familiale, civile, politique, économique aux préceptes du Coran. S'écarter de la lettre du texte, c'est commettre une faute majeure, chercher ailleurs que dans les sourates des réponses à ses questions est blasphématoire.

 

Dans ces conditions, qu'on ne vienne pas nous expliquer qu'il existe un islam modéré. Ces mots constituent un  oxymore. Tout ce que l'on peut dire avec vérité c'est qu'il existe des musulmans modérés par nature, qui ne souhaitent que de vivre en paix et de vaquer tranquillement à leur vie de famille et à leurs affaires. C'est fort différent.

 

Mais lorsque je vois, à chaque nouvel attentat, les autorités religieuses musulmanes, le recteur de la mosquée de Paris en tête et l'ensemble du CFCM monter au créneau pour crier "pas d'amalgame !", je me dis qu'il est plus qu'urgent que les choses soient clarifiées une bonne fois pour toutes.

On pourra valablement repousser tout amalgame le jour où ces instances auront défini nettement ce qui, dans le Coran, doit être suivi par le croyant-citoyen, et ce qui doit être rejeté comme contraire aux valeurs de notre République laïque. Ce travail reste à faire.

 

S'il n'est pas fait, nous continuerons tous à en payer le prix , à commencer par nos concitoyens musulmans. 

 

 

 

 

 

 (*) Notre incapable président vient de décorer de la légion d'honneur un éminent représentant de cette secte alors que nous déployons nos forces pour lutter contre ceux qu'elle nourrit....

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. Nicolaï Vavilov  le 24-03-2016 à 23:22:01

Feu la regretté Anne-Marie Delcambre avait dénombré 300 versets violents sur 6000. certes les musulmans "modérés" ne les lisent pas ...
L'islam n'est pas vraiment une religion mais un système politique, le coran un code civil, qui ne rend pas à césar ce qui est à césar.. Et pour faire un "isalm de France il faudrait faire une édition expurgée..

2. colea  le 26-03-2016 à 11:09:32  (site)

N'oublions pas non plus de Gaulle et Ceaucescu, Chirac et Poutine, Sarkozy et Ali Bongo etc...!!!

 
 
 
posté le dimanche 20 mars 2016

Marcus Tullius Cicéron (106-43)

 

« Si hortum in bibliotheca habes, nihil deerit » 

 

Si vous possédez une bibliothèque et un jardin,

vous avez tout ce qu'il vous faut.

 

Ad Familiares, IX, 4 Lettre à Varron. 

 


Commentaires

 

1. colea  le 20-03-2016 à 18:13:44  (site)

J'ai donc tout ce qu'il me faut! Culture, culture!
Ce qui m'intrigue c'est "hortum IN bibliotheca".???
léa

2. Frank-Marie-THOMAS  le 20-03-2016 à 20:12:55  (site)

@ colea

Cela en effet peut surprendre.
J'avance une explication qui tient à la structure de la maison du riche Varron dont la bibliothèque devait se trouver dans une pièce du péristyle enfermant le jardin.
Je m'en vais consulter une amie archéologue et épigraphiste pour confirmation.

3. Florentin  le 22-03-2016 à 12:10:52  (site)

J'ai sué aussi sur les lettres de Cicéron et j'ai gardé mémoire de la grammaire élémentaire latine. Ce "in" m'a aussi étonné. Car j'imagine qu'il n'y avait pas à l'époque de catalogues de jardinerie. Votre explication me semble la bonne.

4. Frank-Marie-THOMAS  le 23-03-2016 à 21:58:32  (site)

@ colea et Florentin

Après avis de mon amie épigraphiste, mon interprétation est presque la bonne.
Mais ce "in" qui nous a légitimement surpris est un trait d'esprit de Cicéron ( qui en est coutumier dans ses lettres). La bibliothèque de Varron donnant sur son jardin, Cicéron exagère plaisamment en la plaçant "dans" le jardin, soulignant ainsi le luxe de la maison.

5. colea  le 31-03-2016 à 16:12:53  (site)

Merci pour l'explication, elle est très intéressante.
léa

 
 
 
posté le samedi 19 mars 2016

19 mars 1962.

Le 18 mars 1962, il y a 54 ans, était signé à Evian un accord de cessez-le-feu entre le gouvernement français et le gouvernement provisoire de la République algérienne.

 

 

 

 

En 2002 et 2012 l'Assemblée Nationale et le Sénat ont décidé que la date du 19 mars, celle du début du cessez-le-feu, serait consacrée aux célébrations en l'honneur des victimes de la guerre d'Algérie, commencée le 1e novembre 1954 et qui aboutit huit ans plus tard  au désastre politique, économique et humain que l'on connaît. 

 

Personne parmi ceux qui ont vécu ces évènements tragiques dans un camp ou dans l'autre, ne peut se satisfaire de ce choix.

Lors d'une conférence de presse en 1981, l'année de sa première élection à la présidence de la République, François Mitterrand - qui, 26 ans plus tôt avait été ministre de l'Intérieur chargé de l'Algérie - avait déclaré que cette date ne pouvait convenir au souvenir des victimes de la guerre d'Algérie.

 

Pourquoi ? C'est que les accords du 18 mars, prétendûment entrés en vigueur le 19 n'ont absolument pas mis fin aux violences et les ont même aggravées.

Dès ce jour, en effet, le FLN indépendantiste, profitant du cessez-le-feu pour reconstituer ses forces, lança une grande vague d'attentats et d'enlèvements auxquels les "pieds noirs" répliquèrent avec une extrême violence au sein de l'OAS.

Le pire fut que ces accords ne prévoyant aucune vérification de leur bonne application, le FLN déclencha immédiatement le massacre des harkis, ces soldtas français musulmans restés fidèles à la France,  livrés ainsi sans défense à leurs ennemis. 

 

Célébrer cette date comme si elle était un jour de concorde et de paix est à bien des égards non seulement une erreur, mais une cynique provocation à laquelle Monsieur Hollande, premier président à assister à cette cérémonie, apporte sa douteuse contribution.(*)

 

(*) On réfléchira à la coïncidence, le même jour, entre l'arrestation d'un jeune criminel d'origine maghrébine impliqué dans le massacre du 13 novembre 2015 à Paris et cette commémoration plus que mal venue.

On met à l'honneur les révolutionnaires terroristes des années 60 et, une fois de plus, on insulte, en les oubliant, la mémoire des musulmans engagés aux côtés de la France.  

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. decapedepee  le 21-03-2016 à 20:23:19

Cet homme mielleux aux allures de Tartuffe de salons (au moins de ceux de la rue de Solferino!) a réussi, sans susciter le moindre engouement, à se faire élire chef de l Etat.
On a cru que sa seule fonction le distinguerait.
Il s est montré au monde entier comme un cynique (les "sans dents" etc..) et un goujat.
Voici qu il provoque, en les insultant, les pieds noirs et les harkis?!
CaliCaliCaliCaliC est un scandale !!

2. Florentin  le 22-03-2016 à 15:35:49  (site)

Ce qui m'a marqué, moi, ancien d'Algérie, c'est la lâcheté avec laquelle nous avons abandonné les harkis à la vindicte meurtrière du FLN. Nous les avons laissés là-bas, sans armes et sans défense, sûrs qu'ils allaient être massacrés.Honte à la France et au général de Gaulle, qui a permis ça.

3. Frank-Marie-THOMAS  le 23-03-2016 à 06:57:19  (site)

@ Florentin.
Oui.
On nous rebat les oreilles avec la lucidité de De Gaulle. En l'occurrence cet abandon ignoble des harkis est en grande partie à l'origine de ce que nous vivons en France. Comment les petits fils de ces soldats abandonnés aimeraient-ils ce pays ?

 
 
 
posté le samedi 19 mars 2016

Cayenne ? Kerguelen ? Clipperton ?

Le député-maire d'Yerres, président du petit parti de droite Debout la France (en lien sur ce blog) répète depuis quelques mois une proposition décoiffante : envoyer les djihadistes au loin, à Cayenne en Guyane. Sa proposition indigne les Guyanais qui ne sont pas des Français de seconde zone, et ravive maladroitement de bien cruels souvenirs.

Formulée autrement, cependant, elle ne serait pas sans fondement. 

 

 

 

Indignation ! horreur !

"Quoi ! rétablir le bagne ! Quel retour en arrière ! Quelle anachronique barbarie !

Et pourtant, à y bien réfléchir, son idée n'est pas si absurde qu'il y paraît, et rien ne dit qu'on n'y viendra pas un jour.

 

Depuis qu'en 1981 la peine capitale a été abolie en France, la hiérarchie des peines, fondement de l'édifice pénal, a été décapitée, bouleversée. Le résultat immédiat de cette abolition était pourtant prévisible, et à l'époque je faisais partie de ceux qui en mesuraient les délétères conséquences : c'est que dorénavant tous les délits graves et tous les crimes seraient punis de prison et de prison seulement.

 

 

 

 

Il me paraissait alors - et il me paraît toujours aujourd'hui - que frapper d'une même peine l'escroc, le faussaire et l'assassin récidiviste et crapuleux était une incongruité à la fois bancale et profondément injuste.

Certes le faux-monnayeur écopera de quelques années de prison seulement alors que l'assassin d'enfants, ou le terroriste sanguinaire eux, seront condamnés à la "perpétuité". Mais reste que frapper d'une peine de même nature, en ne jouant que sur sa durée, des personnages coupables de choses aussi  éloignées par leur gravité et leurs conséquences, aurait dû révolter les consciences et exciter les intelligences à trouver d'autres recours.

 

Dans ces conditions - et plus que jamais depuis que la peine de mort n'existe plus en France - il conviendrait de créer une peine plus sévère que la prison "à perpétuité". L'actualité, d'ailleurs rend ce sujet brûlant. 

Cette peine, autrefois appelée "bagne" ou "travaux forcés" est la seule qui puisse être infligée pour punir les crimes les plus graves sans mettre à mort le coupable. Contrairement à la peine de mort dont les adversaires mettaient en avant le caractère irréversible et le risque d'erreur judiciaire, le bagne, lui, est à tout moment réversible. 

 

Il est vrai que dans le passé, les bagnes de Marseille, de Toulon, de Guyane et de Nouvelle Calédonie furent des lieux de corruption où l'administration pénitentiaire ( cf la grande enquête d'Albert Londres dans les années 20) se rendit coupable d'exactions graves et de corruption quasi généralisée.

 

Reste que bien encadré et soumis à la surveillance exigeante de la Chancellerie, un lieu de relégation éloigné de la Métropole, suffisamment coupé du monde extérieur par des centaines de kilomètres de mer, ne nécessitant qu'un nombre restreint de personnel de surveillance aurait l'avantage d'une part d'être sûr et d'autre part de constituer un châtiment à la hauteur des crimes commis. 

 

 

 

 

 

L'ancien président du Conseil, Edgar Faure, répétait souvent que l'idéal serait l'îlot Clipperton.

Monsieur Dupont-Aignan devrait cesser de parler de "Cayenne", qui ne convient à aucun égard, et qui est associé à de sombres souvenirs, et ajouter Clipperton aux îles Kerguelen. 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. decapedepee  le 21-03-2016 à 20:41:05

L énorme sanction au bagne était notamment d être éloigné géographiquement de la civilisation, du monde, de ses proches.

Un terroriste haineux de notre monde devrait donc être moins blessé par cet éloignement.

Mais quid de tous les petits conforts offerts aux prisonniers ? (Viagra offert à gogo, etc...)

 
 
 
posté le vendredi 18 mars 2016

Nicolas CHAMPFORT (1740-1794)

 

 

 

 

  Un malade qui ne voulait pas recevoir les sacrements

disait à son ami :

 « je vais faire semblant de ne pas mourir.»

 

*** 

 

Un homme disait à table :

« j'ai beau manger, je n'ai plus faim. » 

 

*** 

 

Quand l'archevêque de Lyon, Montazet,

alla prendre possesssion de son siège,

une vieille chanoinesse lui fit compliment

de ses succès auprès des femmes

et entre autres de l'enfant qu'il avait eu de Mme de Mazarin.

Le prélat nia tout et ajouta :

« Madame, vous savez que la calomnie

ne vous a pas ménagée vous-même;

mon histoire avec Mme de Mazarin n'est pas plus vraie

que celle qu'on vous prête avec M. le Cardinal

-  En ce cas, dit la chanoinesse tranquillement :

l'enfant est de vous.» 

 

***

 

Quand on veut plaire dans le monde,

il faut se résoudre à se laisser apprendre

beaucoup de choses qu'on sait

par des gens qui les ignorent. 

 


 
 
posté le jeudi 17 mars 2016

Lecture de l'épître de Saint-Hulot aux Terriens.

Voici déjà quatre ans que j'ai fini de pratiquer le commentaire de texte. Cela doit me manquer. En voici un, assez beau ma foi, signé Nicolas Hulot; voyons.

 

 

 

 

«  Les jours du monde tel que nous le connaissons sont comptés. Comme les passagers du Titanic, nous fonçons dans la nuit noire en dansant et en riant, avec l'égoïsme et l'arrogance de ceux qui sont convaincus d'être maîtres d'eux mêmes comme de l'univers. (*)

Et pourtant, les signes annonciateurs du naufrage s'accumulent : dérèglements climatiques en série, pollution omniprésente, extinction exponentielle d'espèces animales et végétales, pillage anarchique des ressources, multiplication des crises sanitaires. Nous nous comportons comme si nous étions seuls au monde et la dernière génération d'hommes à occuper cette Terre : après nous le déluge...

J'ai parcouru la planète sous toutes les latitudes. Nul ne le sait mieux que moi : c'est un espace exigu, aux équilibres précaires. C'est un ultime cri d'alerte que je lance plutôt que de céder au désespoir : si nous tous, riches comme pauvres, ne modifions pas immédiatement notre comportement pour faire "mieux avec moins" et mettre l'écologie au centre de nos décisions individuelles et collectives, nous sombrerons inéluctablement. »

Le syndrome du Titanic (2004) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si l'on commence l'étude de ce texte par l'analyse du champ lexical dominant, on se rend compte très vite qu'il renvoit à la traditionnelle rhétorique morale, religieuse et millénariste : " Les jours du monde sont comptés" (Apocalypse), "nous fonçons dans la nuit noire, en dansant et en riant" (crime diabolique dénoncé par le moine bibliothécaire du Nom de la Rose), " les signes annonciateurs du naufrage", "le déluge", "nous sombrerons" (Ancien Testament, le Déluge), "ultime cri d'alerte" (c'est Savonarole tonnant depuis sa chaire).

 

Une observation attentive et structuraliste de ce texte enflammé permet d'y retrouver le canevas suivant : 

                                                 faute, péché, mal,

menace,

 punition,

rachat. 

 

C'est le plan de la Bible, c'est celui de tous les sermons depuis qu'il y a des religions sur terre.

Nicolas Hulot - qui au passage ne se fait pas une petite idée de lui-même ("nul ne le sait mieux que moi") - est un grand-prêtre et nous sommes  ses ouailles.

 

 (*) Monsieur Hulot cite Corneille (Cinna) sans guillemets.

 

 

 


Commentaires

 

1. decapedepee  le 29-03-2016 à 23:34:28

Un envoyé de Dieu qui se prend pour Cinna en fait ?
Au secours !smiley_id118877

 
 
 
posté le mercredi 16 mars 2016

La France première du monde ?

A l'exception notable de Jean-Luc Mélenchon (*), personne ne semble s'intéresser au domaine maritime de la France qui représente un magnifique atout pour l'avenir.

 

 

Qui en a entendu parler ?

La Commission des Limites du Plateau Continental (CLPC) vient de décider d'étendre de 579.000 km2 le domaine maritime de la France, soit l'équivalent de la superficie de son territoire métropolitain.

Cet agrandissement considérable vient donc s'ajouter aux 11.700.000 km2 de surface maritime qui place notre pays au deuxième rang mondial, très près des USA qui avec 12.200.000 km2 pourraient bien être bientôt relégués au deuxième rang.

Nous attendons en effet les décisions de la CLPC concernant les demandes que nous avons formulées pour la révision des surfaces économiques au large de nos possessions des trois océans lesquelles pourraient nous attribuer entre un et deux millions de km2 supplémentaires au large des îles Crozet, Saint-Paul, Amsterdam, La Réunion, Saint-Pierre et Miquelon et Wallis et Futuna.

 

 

 

 

 

La convention de Montego Bay stipule que les pays peuvent étendre leur plateau continental au delà de 370 kms de la zone économique exclusive et jusqu'à 700 km s'ils sont en mesure de prouver que leur territoire terrestre se prolonge au fond des océans. C'est notre cas en plusieurs points de la planète. 


Il y a bien sûr un enjeu de souveraineté, mais aussi et surtout, pour les décennies qui viennent, une extraordinaire perspective d'exploitation des fonds marins ( hydrocarbures, nodules polymétalliques, ressources biologiques, terres rares, métaux indispensables aux technologies de demain) qui, grâce aux technologies modernes que cette recherche développera, devront  et pourront être extraits sans dommage pour le fragile milieu marin.

 

La désespérance et l'accablement de nos concitoyens , et notamment des plus jeunes d'entre eux, viennent en grande partie de ce qu'on ne leur offre aucune perspective enthousiasmante et qu'on cultive l'idée que nous sommes un pays de second rang, voué à une inéluctable décadence. 

A cela il faut ajouter les écologistes  les plus intégristes qui déroulent leur argumentaire millénariste pour bloquer tout progrès et transformer une chance en menace.

 

L'immensité du domaine maritime de la France devrait être mise en avant et constituer une priorité de l'action publique, parce qu'elle ouvre des perspectives infinies aux générations à venir plus que tout autre domaine.

 

(*) Concernant Monsieur Mélenchon, son enthousiasme sur ce sujet  n'est pas douteux. Mais encore faudrait-il qu'il ne soutînt pas les mouvements indépendantistes plus ou moins farfelus qui, s'ils  venaient à l'emporter, réduiraient ce patrimoine maritime qu'il prise tant comme une peau de chagrin. Un peu de cohérence ne nuirait pas.

 

 


Commentaires

 

1. Galinette  le 18-03-2016 à 05:28:18  (site)

Merci pour ce billet.
Vous aviez dejà attiré notre attention précédemment et j'ai eu beau tendre l'oreille : silence radio à tous les étages à l'exception effectivement de J-L Mélenchon.
C'est tout à fait incompréhensible. Aux temps des combines et de la communication tout azimut se pourrait-il que ce silence fasse partie d'une "stratégie" (obscure et suicidaire- on cède bien petit à petit des pans de territoire national a des intérêt privés ) ou est-ce simplement l'expression une fois de plus de la bêtise, de l'inculture, de l'incompétence, du manque d'ambition, de vision des arrogants qui nous "gouvernent" si mal?

2. Florentin  le 18-03-2016 à 17:12:41  (site)

On est assis sur un tas d'or et on ne le sait pas ! On nous cache tout ! Que fait la police ? Espérons que nos enfants soient moins bêtes que nous et exploitent ce formidable gisement. Il faudra bien, parce qu'on commence à être à l'étroit dans notre hexagone.

 
 
 
posté le mercredi 16 mars 2016

Le PS se meurt !

Il y a la mousse médiatique, la fumée, le blabla et puis il y a la réalité. Elle est souvent assez dure. Elle l'est en tout cas cette semaine pour le Parti Socialiste.

 

 

 

 

Celui-ci, déchiré par des désaccords idéologiques qui semblent de plus en plus impossibles à surmonter, fragmenté en autant de petits groupes qu'il y a d'ambitions personnelles - ce qui lui fait un point commun avec les Républicains - est en voie de marginalisation, voire de désagrégation pure et simple.

 

Dans un passé pas si ancien, on a vu un grand parti dominateur, le Parti Radical, qui faisait la base des gouvernements de la IIIe et de la IVe Républiques, éclater en deux blocs puis quasiment disparaître. Il n'en reste plus aujourd'hui, place de Valois, qu'un fragment d'os paléontologique.

Car, comme tous les corps vivants, les partis naissent, grandissent, vieillissent et meurent, même si quelque fidèles en conservent les reliques.

Cela est arrivé aussi au Parti Communiste.

 

Dimanche dernier avaient lieu trois élections législatives partielles dans les Yvelines, l'Aisne et le Nord.

Les résultats sont sans appel .

27 % de participation ce qui est infime, même pour ce genre de consultation et qui traduit un inquiétant désengagement de nos concitoyens.

Le Parti Socialiste se trouve en situation désespérée pour le second tour dans les Yvelines avec 15 % des suffrages (soit 5,2% des inscrits).

Dans l'Aisne et dans le Nord il est purement et simplement éliminé ! 

Et voici que, hors de lui et impuissant, Monsieur Cambadélis s'énerve et s'en prend à Alain Juppé  qu'il traite "d'arrière grand-père"... comme le ferait Sarkozy que les socialistes rêveraient d'avoir pour adversaire en 2017.

Immédiatement après, il lui présente ses excuses ! 

 

 

" Mes excuses à @alainjuppe ! On me parlait du renouveau politique... Une mauvaise formule pour dire qu'il ne l'incarnait pas."

 

Que les scores du Front National soient somme toute plutôt médiocres ( 25, 28 et 1O %) est certes une consolation,  mais insuffisante, on l'avouera.

 

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 18-03-2016 à 17:04:03  (site)

Je ne suis pas d'accord. Le Ps ne se meurt pas. Le PS est mort.

2. Frank-Marie-THOMAS  le 18-03-2016 à 17:09:10  (site)

@Florentin

C'est que justement ce que je voulais (subtilement) suggérer :
"Madame se meurt, Madame est morte !" Bravo !

 
 
 
posté le mardi 15 mars 2016

L'horreur Cyrille ELDIN.

Cela a commencé il y a un quart de siècle : souvenez-vous, Yves Mourousi s'asseyant sur le bureau du président de la République, et lui parlant en verlan.

 

 

 

Depuis, année après année, les politiques s'enferrent dans un piège mortel.

La mode en est, comme on pouvait s'y attendre, venue des Etats Unis d'Amérique. Là-bas il y a plus de cinquante ans que les "late-night shows" sont une sorte de passage obligé pour tous les candidats ou responsables en exercice. Il s'agit d'un mélange de rubriques humoristiques, de sketches, et d'interviews interrompus par des "respirations" musicales et publicitaires. 

Soit dit en passant, en cette année électorale aux USA, ces émissions font florès, d'autant qu'avec Donald Trump, on peut dire que les medias ont trouvé un bon client. 

Même les candidats apparemment les plus sérieux, tels Bernie Sanders ou Hilary Clinton s'adonnent régulièrement à l'exercice dont il semble devenu impossible de s'abstenir si l'on veut avoir la moindre chance d'être élu.

 

A qui la faute ?  Au système médiatique, sans aucun doute, mais aussi aux politiques et plus encore aux spectateurs qui en redemandent, tout en ressentant je ne sais quel mépris pour ces personnages qui aspirent à des fonctions d'une haute dignité mais se comportent de façon souvent indigne. «Ad augusta per angusta».

 

Chez nous, rares sont devenus les élus, ministres, responsables de parti, etc. qui résistent à ce syndrome de la démocratie populiste. Car le populisme n'est pas, contrairement à l'idée répandue partout, l'apanage des partis extrêmistes. Il est à mon avis bien plus pervers et efficace lorsqu'il prend le visage aimable et souriant des animateurs télévisés.

Grand oral interrompu d'éclats de rires, passage sur le "divan", participation à des talk shows superficiels et dérisoires.

Ce qu'en quarante ans de professorat je n'ai jamais toléré de la part de mes élèves pour qui j'avais trop de respect pour leur offrir l'image dégradée de leur professeur, ces éminents personnages s'y vautrent et en redemandent.

 

Ruquier, bien sûr; mais depuis quelque temps un certain Cyrille Eldin qui sévit sur Canal +  et qui pousse très loin la dérision et l'irrespect.

Et nos huiles de se laisser faire, lâchement, pris dans les mâchoires d'un piège redoutable : ou bien elles le repoussent et passent aux yeux du public pour d'affreux ringards, voire - pourquoi pas en cette ère de soupçon général - pour des gens qui ont des choses à cacher; ou bien elles se laissent faire et participent à la farce, et perdent le respect sans lequel les institutions de la République ne sauraient fonctionner. 

Un coup de chapeau, au passage, à Jean-Luc Mélenchon qui, devant les caméras,  osé un « du balai ! » de fort bonne facture. Eldin s'en est dit "blessé"... 

 

Comment comprendre qu'un homme ou une femme dépositaire de la puissance publique ou des suffrages du peuple, qui, protégé par un impressionnant service de sécurité dans la vie réelle ne peut être approché par aucun d'entre nous, se laisse ainsi malmener et tripoter par des histrions à la culture approximative mais au culot d'airain?

Je prétends pour ma part que ce mélange entre hautes responsabilités et pitreries télévisées est à terme mortel pour la République.

« Le poisson pourrit par la tête », disaient les Romains. L'exemple calamiteux de nos "élites" ne manquera pas de descendre dans les couches inférieures de la société. Le mouvement, d'ailleurs est déjà largement entammé.

Un jour viendra, si l'on continue sur cette pente, où plus personne ne respectera personne.

C'est l'horreur Cyrille Eldin. 

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 15-03-2016 à 16:30:35  (site)

Bonjour. Entre la rigueur guindée et le relâchement coupable, il y a un espace d'équilibre qui devrait permettre des échanges intelligemment détendus. Florentin

 
 
 
posté le dimanche 13 mars 2016

Respect pour Henri III !

Le 6 mars 2010, à la suite d'une visite de la basilique royale de Saint-Denis, je consacrais un billet au roi Henri III. ( voir article en lien)

 

 

Certains lecteurs ont pu alors s'en étonner, vu la réputation sulfureuse de ce souverain et le monceau d'horreurs qu'on a débité sur son compte au fil des siècles.

Fourbe, égocentique, futile, livré à ses mignons, impliqué, peut-être dans la mort de son frère Charles IX, coupable du massacre de la Saint-Barthélémy, et j'en passe.

Rien de toutes ces accusations infâmantes ne tient à un sérieux examen historique.

Heureusement certains chercheurs consciencieux dissipent peu à peu ces rumeurs et essayent de rétablir la vérité historique.

 

Déchiré entre les protestants soutenus par l'Angleterre et la ligue extrêmiste catholique financée par le roi d'Espagne, ces deux royaumes ayant la claire intention de se partager les dépouilles de la France, Henri III  dut lutter à la fois contre son cousin huguenot, Henri, roi de Navarre, et contre la Ligue menée par deux ambitieux sanguinaires : le duc de Guise et son frère, le cardinal de Lorraine.

 

 

 Massacre de la Saint-Barthélémy à Paris.

 

 

Les pamphlets, les caricatures ignobles, les accusations sanglantes ne firent pas reculer l'un et l'autre camp.

D'un côté les délires d'un Agrippa d'Aubigné, de l'autre les prêches hystériques des moines ligueurs.

Comment l'image du Roi n'en eût-elle pas été souillée dans l'esprit du peuple et des grands du royaume ? Comment ces ignominies ne seraient-elles pas parvenues jusqu'à nous ?

 

C'est cette image mensongère et doublement partisane qui, hélas, continue de régner parmi nous.

Or ce roi fut de toute la lignée des souverains de la France celui,  avec deux ou trois autres - parmi lesquels Louis XI - auquel au contraire devrait aller la gratitude du peuple; celui-ci d'ailleurs  la reporta, non sans raison, sur son successeur, le roi de Navarre devenu grâce à lui roi de France. C'est pourquoi je lui rends hommage en mettant son visage spirituel et fin en haut de cette page.

 

Car Henri III, martyre du fanatime religieux, lâchement assassiné par le moine fanatique Jacques Clément lui même instrumentalisé par le parti ultra-catholique ( comme vingt ans plus tard le fut Ravaillac), eut une double audace qui sauva le royaume d'une mort certaine.

Il fit tuer le duc de Guise,  et son frère le cardinal de Lorraine  qui ne prétendait pas  moins qu'à devenir roi en titre sous l'autorité du roi d'Espagne.

Le neveu du pape Médicis faisant assassiner un cardinal ! Qui, dans notre histoire, eut une audace plus grande, en un temps de superstition où, pour moins que cela, on encourait l'excommunication et la "damnation éternelle" ?

 

Mais, aux yeux du Roi, seules comptaient l'unité et la survie de la France.

On peut dire qu'Henri III fut le véritable fondateur de notre nation moderne.

Et le coup de génie politique final achève le portrait de ce grand souverain : frappé à mort par le couteau du moine en son château de Saint-Cloud le premier août 1589, il fit jurer aux seigneurs présents dans sa chambre de se ranger sous les ordres de celui qu'il avait pourtant combattu sa vie durant et qu'il avait battu, le 13 mars 1569 (anniversaire) du temps qu'il était duc d'Anjou, à Jarnac.

Il s'agit de son cousin Henri, le chef du parti protestant; le Roi  recommanda à celui-ci d'abjurer sa religion réformée et de se faire catholique pour ramener paix et sérénité dans le royaume. Splendide conseil, inspiré par la sagesse de Montaigne, et qui devait se révéler si essentielle au bonheur des Français !

 

 

 Henri III à son lit de mort, Henri de Navarre à ses côtés.

 

 

La célèbre phrase " Paris vaut bien une messe" que prononça Henri IV, fonde ce qui, plus tard, deviendra la laïcité à la française. On la doit au dernier des Valois. 

En ce sens la figure d'Henri III a sa place dans la galerie glorieuse des victimes du fanatisme religieux et de ceux qui ont oeuvré pour la concorde et la paix civiles.

 

Je ne sache pas qu'au cours de notre histoire une telle lucidité et un tel courage se soient jamais vus.

Grâce à lui, le royaume de France vécut ensuite dans la paix  et Henri, le huguenot, le roi du petit royaume de Navarre, devenu Henri IV Roi de France et de Navarre, publia le magnifique Edit de Nantes, fondement de l'unité nationale.

En ces temps troublés que nous vivons, au milieu de ce déferlement de brutalité sauvage exercée au nom des dieux, dans cette nuit profonde ou des fous voudrait nous ensevelir, son action est une lumière.  

 

Gloire au roi Henri III, victime et vainqueur du fanatisme religieux !   

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 13-03-2016 à 17:36:36  (site)

On devrait se méfier des idées reçues. J'avoue que je n'avais pas de sympathie particulière pour ce monarque. J'avais tort. Ceci étant ; j'ai la (mauvaise) excuse de ne ps être un spécialiste de l'Histoire de France ... Florentin

 
 
 
posté le vendredi 11 mars 2016

Le sourire de la foi.

 

 

 

 

 

Le visage aimant, aimable et rassurant du "Primat des Gaules",

l'archevêque de Lyon Barbarin

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 11-03-2016 à 16:24:23  (site)

Je suis totalement d'accord avec votre billet du dessous. Ce qui me permet, plus librement, de vous dire que je ne trouve pas de bon goût ce post-ci. Je pense qu'il est un peu trop facile de jouer sur le physique des gens pour illustrer sa thèse. En toute amitié évidemment..

2. colea  le 11-03-2016 à 18:26:23  (site)

En tout cas vous m'avez fait sourire!
léa

3. Frank-Marie-THOMAS  le 11-03-2016 à 20:27:41  (site)

@Florentin.
Vous avez raison, mais je n'ai pas tort. Une seconde photo pour le plaisir.

5. fugace  le 12-03-2016 à 02:16:29

"“Un peu de mépris épargne beaucoup de haine. ”"
Ce billet ne vous ressemble pas.
Je ne sais pas ce que vaut ce Barbarin, mais ce que je sais c'est que l'on est jugé par ses propres jugements.

6. Galinette.   le 12-03-2016 à 18:37:06  (site)

Simple curiosité et hors sujet : pourquoi cette image d'un roi de France (Henri III?).
Y a-t-il un sens communicable?

Bon week-end à tous.

7. decapedee  le 12-03-2016 à 20:06:47

Hélas ou pas, pour beaucoup d'entre nous qui avons tous un visage et une personnalité différents, il faut avouer que les caractères connus de La Bruyère ou tout simplement les grands traits connus en caractérologie sont traduis (ou trahis) par notre physique et se lisent notamment, de façon scientifiquement connue, sur notre visage..

Profilages dans les enquêtes judiciaires, castings au cinéma, bref les exemples abondent pour illustrer cette réalité de l'expression de l'âme sur le visage - à moins de se cacher en permanence sous un masque.

Je trouve que cet article aussi sonne vrai et bien.

smiley_id2386868

8. Frank-Marie-THOMAS  le 12-03-2016 à 23:31:58  (site)

@Galinette
C'est bien, en effet, le portrait du roi Henri III du temps qu'il n'était encore que duc d'Anjou.
Le républicain que je suis essaie de ne pas oublier que la France n'a pas commencé en 1793. Etre citoyen suppose que l'on prenne en compte toute notre histoire.
Henri III fut un grand politique; on lui doit - chose extraordinaire - la pacification du royaume après 40 ans de guerres religieuses. Il fut assassiné par un moine fanatique et de ce point de vue est une figure plus qu'emblématique par les temps qui courent.
J'ai pensé intéressant de rendre cet hommage à ce grand Français d'origine italienne et qui fut aussi roi de Pologne.
Il restera sur cette page de garde avant d'être remplacé par d'autres grandes figures

9. Galinette.   le 13-03-2016 à 01:57:24  (site)

Merci pour votre explication. (Finalement ma question n'etait pas tellement hors sujet). Le visage juvénile de ce roi injustement méconnu traduit, par la finesse des traits et la profondeur du regard, une personnalité complexe, une "âme " empreinte de douceur mais déterminée.
C'est vrai que sa mort brutale, étant donné la personne qui l'a assassiné et du fait des motifs de cet assassinat (à la fois politiques et religieux), "est plus qu' emblématique par les temps qui courent".
Merci de nous rappeler que l'histoire de la France n'a pas commencé en 1793, que la construction s'est faite lentement et je me réjouis dejà de découvrir ou redécouvrir les grands personnages auxquels vous rendrez hommage.

10. La cigogne  le 13-03-2016 à 02:10:54

Ou avez-vous déniche de tels clichés?..!! Et qu'apportent-ils au débat..!!?? rien..je ne connais pas monseigneur Barbarin..mais un minimum de respect ne serait pas pour me déplaire..!! Je pratique pourtant l'auto dérision, le sarcasme et la moquerie..mais je m'impose des limites..par ailleurs, cet homme a affronté la maladie..avec dignité, courage et discrétion..cela aussi mérite le respect..bon dimanche à toutes et tous..fse

11. Frank-Marie-THOMAS  le 13-03-2016 à 07:45:50  (site)

@La cigogne

Tout simplement en tapant son nom et en choisissant les plus parlantes des photos de la galerie.
Je ne vois pas en quoi le respect est ici en question. Je me contente de montrer ce visage crispé et antipathique au moment où ce monsieur défie la société en continuant à nier l'évidence.
Il me souvient que dans mon village, il y a une vingtaine d'années, l'Ecole Saint-Jacques avait elle aussi connu un énorme scandale de pédophilie et que l'évêque d'Auxerre, dont j'ai oublié le nom, avait lui aussi refusé de se justifier.
Une "bonne" sœur employée du diocèse était même allée jusqu'à faire renvoyer la trésorière de l'école, qui n'avait été que la lanceuse d'alerte, en la faisant accuser de malversations. Pouah !
Que ces tartuffes peuvent être répugnants !

12. Frank-Marie-THOMAS  le 13-03-2016 à 15:09:01  (site)

@fugace
Navré de vous avoir déçu.
Je maintiens cependant que le visage des gens n'est pas sans rapport avec leur "âme".
Dans notre République soi-disant amoureuse de la liberté, on ne peut à peu près plus rien dire d'un peu coloré.
Le syndrome "Restos du Cœur", les bons sentiments gnan-gnan, l'extrême prudence devant le tollé de la foule ont rendu les Français frileux, eux qui étaient si fiers, à juste titre, de leur esprit de sarcasme. Ils ne savent plus critiquer qu'en foule, comme des moutons bêlants.
Je maintiens que je n'aurais pas aimé avoir affaire à ce Grand Inquisiteur en 1432 si j'avais été Jeanne.
En revanche, la bonne balle du regretté Père Jaouen plaide en sa faveur.

13. Nicolaï Vavilov  le 13-03-2016 à 23:25:50

La bonne "balle du Père Jaouen" ... enfant de la bille !!!
Pédophilie:
les escrocs hantent les banques ..; les pédophiles encadrent les jeunes...
Dans l'Yonne nombre d'affaires se sont déroulées dans l'école laïque ..s'en suivait une simple mutation ... autrefois...(liste sur demande)
mais j'accorde que c'est plus scandaleux s'il s'agit d'un prêtre... mais pour l'enfant c'est la même chose

Morphopsychologie de Corman.. physiognomonie de Lavater voire métoscopie de Cardan...outils à manier avec précaution... oublié Le Senne
Monsieur François Hollande fait souvent la une des journaux avec une triste figure, clichés choisis travaillés? ,... cela reflète-t-il son âme? personnalité multiple: dur à l'extérieur ... mou à l'intérieur. la guerre là-bas,..les reculettes dans l'hexagone... Flamby ..ou Churchill ?
Quelle tête pour Jekill homme à personnalité multiple... pour Céline le médecin des pauvres le jour...? Qui a vu les caricatures de SK l'homme du sofitel en pourceau d'Epicure en moine paillard???
Le personnage en devenait presque sympathique... Michel Polac Monsieur Cohn aux inconduites avouées, ne sont pas des écclésiastiques encore qu'ils s'essaient souvent (ou se sont ) à la morale ...

Une saynète d'un bateleur talentueux imitateur surdoué avait singé un parkinsonien ... ce qui relève de la loi... mais comme il s'agissait d'un pape il n' y a pas eu de suite ... en tous cas pas de fatwa...
Gerra plutôt maladroit...
on se moquait de Monsier Sarkozy pour sa taille...Monsieur Hollande n'est pas plus grand ... on en parle jamais...


14. Frank-Marie-THOMAS  le 14-03-2016 à 08:11:21  (site)

@ Nicolaï Vavilov

"Morphopsychologie de Corman.. physiognomonie de Lavater voire métoscopie de Cardan...outils à manier avec précaution... oublié Le Senne"

Toutes ces pseudosciences, en effet, n'ont été qu'approximations et généralisations à fort parfum raciste. Elles ont causé en grande partie les désastres du XXe siècle.
Mais que nous sommes loin de mon petit billet d'humeur !
Le cardinal Barbarin m'est profondément antipathique; je le dis en riant; c'est tout.
Reste que je souhaite qu'il puisse se justifier et sauver son honneur s'il est innocent du laxisme qu'on lui reproche.

15. Nicolaï Vavilov  le 14-03-2016 à 15:14:43

laissons faire la justice qui opère sans passion dans la durée... laissons la vendetta , le lynchage à la populace...
je vous donnerai l'IA de la mutation, jamais inquiété ... il y a même un cas récent d'embauche sans précaution..
Nous avons tous, potaches, caricaturé nos maîtres...
cet age est sans pitié... pratiquant même le "pecking order" ... voir "sa majesté des mouches"*
la première impression est la bonne dit-on...
effet pygmalion garanti.

amitiés d'un modeste "penseur libre"
épigone de l'ombre de F.T (?)

 
 
 
posté le jeudi 10 mars 2016

Le degré zéro de l'esprit.

J'imagine qu'elle a dû l'entendre un grand nombre de fois lorsqu'elle était au collège et au lycée, cette lourde plaisanterie sur son nom,  Madame El Khomri.

 

 

Je trouve désolant que le député Bernard Debré se soit le premier laissé aller à franchir le pas en évoquant la loi "El Connerie".

 

 

 

 

 

 

 

Je suis navré aussi du peu d'imagination des manifestants d'hier qui, tels des moutons, sont allés bêlant jusqu'à l'extinction de voix ce calembour d'un goût détestable.

 

 

 

 Même en ch'ti...

 

Imaginons un instant que ce soit Marine Le Pen qui l'ait proféré la première...

 

Décidément ces militants, ces syndicalistes, ces jeunes gens et ces jeunes filles devraient essayer de penser par eux-mêmes, et un peu plus haut. 

 


Commentaires

 

1. fugace  le 12-03-2016 à 02:18:33

Mais pourquoi donc tous ces gens aspirent à une loi à leur nom ?

2. fugace  le 12-03-2016 à 02:23:43

[Décidément ces militants, ces syndicalistes, ces jeunes gens et ces jeunes filles devraient essayer de penser par eux-mêmes, et un peu plus haut. ]
Vous n'y pensez pas ! Cà c'était avant.
Fort heureusement d'autres pensent pour eux. Et quand, demain, les robots dotés d'intelligences supérieures artificielles les coacheront, j'imagine déjà le spectacle.

 
 
 
posté le mercredi 09 mars 2016

Lettre ouverte à la "jeunesse".

Avec une régularité métronomique la jeunesse, tous les dix ans, descend dans les rues de nos villes pour protester contre ce qu'elle imagine être une série de complots contre elle.

 

 

 

La démagogie répugnante de certains politiques et de medias avides de désordres (très vendeurs) essaye de faire beaucoup de mousse autour du mouvement d'aujourd'hui; cela, pourtant, ne semble pas suffire à susciter une grande mobilisation des lycéens et des étudiants. C'est que ceux-ci, dans leur grande majorité ont un peu de bon sens.

 

Il ne se trouve pas grand monde pour dénoncer l'absurdité des angoisses qui sont censées être à l'origine du mécontentement, voire de la révolte de la "jeunesse", arificiellement attisée par de jeunes intrigants ambitieux ,et engagés dans certaines sectes politiques, et qui, à l'instar de leurs aînés de 1968, de 1986 ou de 2006 manipulent leurs camarades afin  de commencer une carrière de politicien professionnel.

 

Certes il est clair que pour un président de la République qui s'est fait élire - entre autres équivoques - sur la promotion de la jeunesse, ces évènements tombent vraiment très mal ! Cependant, sans sous estimer la faute initiale de Hollande qui consiste a avoir promis l'impossible durant sa campagne de 2012, soit par cynisme soit par ignorance, je considère pour ma part que cette petite poussée de fièvre est tout à fait bénigne et au total insignifiante.

 

Comment ne pas rire, en effet devant ces slogans répétés sans aucune connaissance de la loi qu'on dit refuser ?

Comment ne pas se moquer de voir ces jeunes gens, qui en sont au début de leurs études, se préoccuper déjà des conditions de leur futur licenciement ? C'est vraiment brûler un peu vite les étapes et mettre la charrue avant les boeufs.

 

Commencez-donc par travailler, lâchez un peu vos tablettes et vos portables, cessez de vous inonder de mails creux, donnez-vous totalement à vos études, réussissez vos examens et concours, battez-vous pour obtenir un emploi et alors seulement, peut-être pourrez-vous vous préoccuper de la façon dont vous en sortirez.

Et puis n'oubliez pas que vous qui faites des études et dont une moitié environ décrochera un diplôme suffisant pour trouver un emploi, n'êtes pas les principaux intéressés par ce projet de loi que vous n'avez évidemment pas lu.

Ce sont vos concitoyens de votre âge, mais sans qualification, qui sont concernés par ces mesures.

Cessez donc d'être nombrilistes et de faire passer votre égoïsme pour de l'indignation. 

 

Il est vrai que dans un passé récent on vu encore plus ridicule quand les élèves qui vous ont précédés manifestaient pour garantir les conditions de leur future retraite ! 

 

  

 


Commentaires

 

1. fugace  le 10-03-2016 à 03:14:49

Oui je partage ce point de vue.
Il y aurait bien évidemment lieu pour notre jeunesse de s'inquiéter, voir se révolter de la charge de la dette que leurs aînés sont en train de faire exploser.
- Avons nous dépassé les 2 200 000 000 000 € ?

2. Nicolaï Vavilov  le 11-03-2016 à 12:48:15

Excellent...
"on (t) un peu de bon sens".(lapsus calami)
Nous préférons courriel à "mail" comme vous nous l'avez enseigné
("castigat ridendo morene" que l'on peut reprendre à propos de votre billet-pamphlet que l'on distribue sous le manteau en ville...et qui fait un tabac
Nous avions encouragé le premier magistrat dans sa quête de sénat..; il s'étonna de ce ralliement (feint), nous lui offrons alors cet argumentaire ":ravi de vous voir neutralisé par cette rente de situation..en effet on a jamais vu un sénateur même au port soixante-huitard, lancer des pavés sur l Hotel de Lassay" ..."donnez des hochets à vos amis et même à vos opposants ... et le changement ne sera pas pour maintenant..."
Revenons à l'enseignement:
Ne vous trompez, pas les gouvernements tombent sous le coup des bambins... Dewaquet Allègre Ferry plus un autre qui n'est pas tombé parce qu'il avait retiré sa réforme...
On se demande comment se fait-il qu'un corps aussi improductif a (ait?) un tel pouvoir.(merci Maître de me corriger) ( je veux dire que le retour sur investissemnt doit se faire attendre)
Les enseignants manifestent ... seuls, il n'ont pas de poids ..Alors .ils emmènent avec eux les enfants...c'est un équivalent de la" crosière des enfants" (!!!)Rire1
En troisième, nous avons fait un "sittingue"
sur le pont Saint-Nicolas contre je ne sais je ne sais plus quelle loi... mais nous ne la savions pas davantage à l'époque ...mimétisme ?.. Qui nous avait manipulés??? (maintenant je le sais :nos maîtres (pas tous)
Les parents ont alors reçu une lettre de feu Monsieur le Proviseur... une seule famille s'est émue de l'absence de leur enfant en cours... la mienne...qui a demandé au Proviseur de faire appliquer la consigne qu'ils avaient demandé en début d'année: pas de sortie en ville.... Les mineurs n'ont pas le droit de vote... il serait judicieux qu'ils n'aient pas le droit de manifester.
On voit maintenant le Père Hollande soutenir les manifestants ... diabolique ... dans la pure lignée du Jarnacais le bien nommé!!!
Une des dernière manif a été pour les retraites ... c'est la première fois dans l'histoire de l'humanité que l'on voyait des enfants manifester pour leur retraite...
Ave

.

3. Frank-Marie-THOMAS  le 11-03-2016 à 14:56:31  (site)

@ Nicolaï Vavilov

Ce que vous m'apprenez me réjouit, bien sûr.
Vous remuez de vieux souvenirs qui réveillent en moi la même indignation (amusée) qu'il y a vingt ans, lorsque j'éclatais de rire devant les "grèves lycéennes" que la majorité de mes collègues faisaient mine de prendre au sérieux.
Merci pour le T de "on".

 
 
 
posté le lundi 07 mars 2016

Larbi BEN M'HIDI (1923-1957)

Larbi BEN M'HIDI né dans le Constantinois, fut l'un des neufs dirigeants les plus importants de la guerre d'indépendance de l'Algérie.

 

 

 

Après avoir été arrêté pour sa participation aux masssacres de Sétif en 1945, il réussit à s'enfuir, fut condamné par défaut à dix ans de prison pour menées subversives et réussit à vivre dans la clandestinité jusqu'au début des évènements d'Algérie le 1e novembre 1954.

Devenu chef de la Wilawa d'Oran (n°5),  il la laissa à son lieutenant BOUSSOUF et devint le chef de l'action armée à Alger.

 

 

 

 

 

Arrêté par les troupes du colonel Bigeard durant la bataille d'Alger, il meurt pendu en 1957, sans avoir parlé, en insistant pour qu'on ne le prît pas en pitié.

Ce dangereux et courageux personnage s'écria, sur l'échafaud :

 

« Vous parlez de la France de Dunkerque à Tamanrasset

et moi je vous prédis l'Algérie de Tamanrasset à Dunkerque !  »

 

Prémonition ? 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 07-03-2016 à 13:23:19

Une telle lucidité aurait mérité une grâce..!! Je suis par ailleurs, outrée, choquée, scandalisée..par la remise de la Légion d'Honneur au prince héritier d'Arabie..par le culbuto de l'Elysée..Napoléon doit se retourner dans son cataphalqe....quelle comédie..apres les artistes.. les sportifs..les grands démocrates..!! Bonne semaine..sous la neige au bord de l'Yonne..fse

2. Frank-Marie-THOMAS  le 07-03-2016 à 17:14:03  (site)

Oui, décidément, à Joigny comme à La Mecque, on décore vraiment n'importe qui.

3. Nicolaî Vavilov  le 08-03-2016 à 19:50:04

puisque l'on revient sur l'affaire de la caricature municipale qui circule en ville...mais anonyme
on ajoutera que la quête du sénat était déjà un signe de ralliement au système ..voire la recherche d'un rente de situation... on a jamais vu un sénateur lancer , des pavés sur la chambre... réjouissons nous on est maintenant certain que le changement n'est pas pour demain..le 4 août n'est pas au programme. La méritocratie républicaine: oui , la cooptation le copinage de gôche :non ... à droite c'est normal... c'est dans leur gènes (!!!)

Je pourrais communiquer une photo de voile intégral
à la gare de Joigny, au marché de Sens et 3 place du Capitole ou plutôt capturée en sous-sol...

4. Frank-Marie-THOMAS  le 08-03-2016 à 22:32:55  (site)

@Nicolaï Vavilov
Ce que vous dites est un peu éloigné de mon billet, mais n'importe.
De quelle caricature parlez-vous ?

 
 
 
posté le dimanche 06 mars 2016

Vous parlez d'une morale !

Les grecs anciens les appelaient sycophantes, la "Sainte-Inquisition" les cultivait avec amour, la République Sérénissime leur ouvrait toutes grandes ses" bocce di verità ", ils inondaient de leurs dénonciations anonymes les Kommandanturs de la France occupée... Les délateurs font leur grand retour.

 

 

 

 

 Bocca di verità à Venise, destinée aux dénonciations anonymes.

 

Mais tandis que tout au long de l'Histoire, la délation a toujours été considérée comme un déshonneur absolu, une tache indélébile, un crime inavouable, voici qu'elle nous revient, pimpante et fraîche, lavée au grand bain d'eau claire de l'intérêt public et de la santé des Finances nationales.

 

Passé presque inaperçu, l'article 13 du Code des Transports vient de crimaliser le fait de signaler la présence de contrôleurs dans un transport en commun. La peine encourue n'est pas mince : deux mois de prison et 3750 euros d'amende.

 

Loin de moi l'idée de chanter les louanges de ceux qui, comme moi, ferment parfois les yeux sur le passager qui profite de l'ouverture de leur portillon pour se faufiler derrière eux, sans ticket.

Je sais qu'il agit mal,  ce fraudeur, que la RATP en est de sa poche, que la collectivité toute entière est lésée. Je sais, je sais...

Mais que voulez-vous, ce petit coup de pouce un peu malhonnête mais tellement humain non seulement ne me fait pas rougir, mais suscite même en moi une certaine satisfaction de nature un peu libertaire.

 

Allons ! un petit appel de phare pour signaler la présence de gendarmes planqués derrière un bosquet...ce n'est pas bien, mais cela fait tant de bien !

 

Mais allez donc expliquer cela à Bercy qui, par l'autorité de la concurrence, encourage une entreprise à dénoncer une entente illicite dont elle a bénéficié et à signaler ses complices moyennant une exonération plus ou moins substantielle de sa peine.

Yoplait l'a fait l'an dernier et en a retiré un bénéfice sonnant et trébuchant à travers une remise totale de son amende.

 

Et vous parlez de morale ?  

 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 06-03-2016 à 13:25:30

Et que penser de la délation encouragée..voire rémunérée chez nos voisins grands producteurs de chocolat..?!! Je veux dire les suisses. Foutue mentalité..je vous prie de croire que l'ambiance peut devenir très vite très lourde.et infernale..!! Je suis née a la frontière suisse..je vais souvent sur Suisse..et non pas en Suisse..!!

 
 
 
posté le vendredi 04 mars 2016

Revenant.

Encore un tout petit peu de repos, et je reprends mes petites chroniques.

Merci pour votre patience et votre fidélité. 

 


Commentaires

 

1. La cigogne   le 05-03-2016 à 05:54:29

Je suis heureuse de vous retrouver..je m'inquiétais, car je n'avais pas aimé le dernier billet..j'avais craint une forme d'au revoir..!! Pardonnez -moi cette franchise..!! Prenez soin de vous..!!a très vite..jolie fin de semaine..Françoise

 
 
 
posté le vendredi 19 février 2016

Sur l'île déserte...

Vous connaissez le jeu : "qu'emporteriez-vous sur l'île déserte ?"

Comme tableau, sans hésiter, cette Jeune Fille à la Perle de Vermeer,

revue cet été au Mauritshuis de La Haye . 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. Florentin  le 20-02-2016 à 15:42:53  (site)

J'aime aussi ce tableau. Je me suis même un jour demandé, sur mon site, ce qui pouvait bien se cacher dans les yeux de cette belle jeune fille ...

2. La cigogne  le 22-02-2016 à 13:45:16

Moi:je prendrais "la Célestine" de Picasso..et quel livre emporteriez-vous?? Mon choix: " les misérables"..bonne semaine..fse

3. Frank-Marie-THOMAS  le 22-02-2016 à 17:10:20  (site)

@La cigogne

La Celestina ! Brrrr...
Les Maximes de La Rochefoucauld.

 
 
 
posté le jeudi 18 février 2016

La plus belle photo animalière de 2015

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 18-02-2016 à 11:28:41

Merci pour cette respiration..beauté..grâce..légèreté..!! Bonne journée..a Toutes et tous..fse

2. Bellatrix  le 19-02-2016 à 08:38:51  (site)

Sublime photo! D'une légèreté arachnéenne.
Mais plus sublime encore, c'est la vôtre, tenant tout contre vous ce si bel enfant!
Il en émane un tel aura de tendresse...j'en ai des frissons.
Bonne fin de semaine à vous.

 
 
 
posté le mardi 16 février 2016

Lang : le coup de pied de l'âne.

 L'ancien minitre de la culture, actuel président de l'Institut du Monde Arabe, n'y va pas par quatre chemins à propos du nouveau gouvernement et de ceux qui l'ont précédé.

 

 

 

 

 

 

« En quelques heures, entre deux portes, on change un gouvernement. C'est typiquement français, c'est une "french touch".

En Allemagne on prend deux mois, ils sont sérieux, solides.

Ici il y a un truc qui craque et on change deux, trois têtes, d'où le sentiment de replâtrage.

 Plus grave encore, c'est l'instabilité ministérielle : trois ministres de l'Education nationale en trois ans, trois ministres de la Culture, trois du Logement...

Comment peut-on conduire des politiques de changement alors que les responsables sont à ce point sur des sièges éjectables ?»

 

Et l'ancien ministre de continuer s'agissant de Madame Cosse : 

 

« Le plus grave dans ce remaniement, c'est l'immoralité de certains personnages qui, hier, étaient les contempteurs les plus durs à l'égard du président de la République et du gouvernement, notamment sur la déchéance de nationalité. Aujourd'hui, ils s'installent dans leur fonction comme si de rien n'était!

Il faut que madame Cosse sache, ou qu'elle apprenne, qu'un gouvernement, c'est une équipe. Et donc qu'elle tire dans le même sens. Elle n'a pas à faire part de ses états d'âme ».

 

L'opposition est moins dure que Jacq Lang avec ses"amis" ! 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. La cigogne  le 16-02-2016 à 19:01:43

Qui connaît un fabricant de muselières??...pour que tout ce beau monde la ferme..!!..fse

 
 
 
posté le lundi 15 février 2016

Nuance cambadélisienne.

 Cette nuance involontairement comique ciselée par J.C. Cambadélis, premier secrétaire du PS :

 

 

 

« Je crois que l'émiettement est à droite,

même si la fragmentation est à gauche .»

 

C'est rassurant ! 

 


Commentaires

 

1. Galinette  le 15-02-2016 à 15:51:04  (site)

La nuance se veut subtile... J'imagine que le message subliminal est d'introduire une nuance entre ces deux synonymes pour nous faire avaler que les divergences des uns conduisent à une pulvérisation tandis que les divisions des autres ne sont que l'expression d'un partage!!
Jusqu'où M.Cambadelis pense-t-il pouvoir nous prendre pour des abrutis? Imagine-t-il vraiment que ces contorsions sémantiques sont crédibles?
Quelle arrogance et quel cynisme!!
mais qu'il se taise!!!

2. Frank-Marie-THOMAS  le 16-02-2016 à 09:03:50  (site)

@Galinette

...Ou plutôt qu'il continue : il nous fait bien rire.

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Per tenebras nitent